ETRE ET CONSCIENCE

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 3 juin 2014

Déconditionnement social - libre pensée

dimanche 27 mai 2012

"Toute vérité passe par trois stades"

"Toute vérité passe par trois stades" :En premier lieu on la ridiculise; en deuxième lieu on s'y oppose violemment; enfin on l'accepte comme si elle allait de soi." Schopenhauer

mercredi 29 février 2012

"En ce moment en avant première"

EN CE MOMENT

RAPPORT remis officiellement à la Présidente du Conseil Général du 37, le 16 mars 2012 aux 2ème Assises de L'Insertion à La Maison des Sports - Parçay-Meslay en Indre et Loire.

http://www.cledart.com/Proposition%20au%20Conseil%20general%2037.pdf

Il s’agit ici d’un inventaire du présent social qui s’enfonce vers un éclatement plus que plausible des classes défavorisées qui n’en peuvent plus et du rappel d’une philosophie détaillée, non nouvelle mais bien oubliée par nos gouvernements, sur la finalité réelle qui devrait être de mise dans notre société. (Constitutionnelle). Ainsi que d’une mise en œuvre d’un programme pilote locale afin de permettre la réinsertion sociale des bénéficiaires volontaires par le retour vers des activités utiles et enrichissantes pour TOUS.

Il faut prendre ce long texte comme une publication avec en plus, de nombreux chapitres et annexes en témoignages, qui apportent un rappel et une remise à plat des idées actuelles développées par nos concitoyens sur la présente Société.

Le social et donc l’idée du Socialisme décrit par Jaurès, est complètement oublié de nos jours. C’est en en réaffirmant les fondements et en apportant une solution immédiate au traitement humaniste des citoyens souvent en grande détresse financière mais aussi morale, que je veux agir avec le CG37 pour l’amélioration des conditions de vie dans notre Nation. Notre société devrait avoir honte de son comportement envers les individus. NOUS TOUS, citoyens et élus sommes coupables des maux du modernisme capitaliste à outrance. Les uns pour le “laisser-faire” par couardise, les autres par collaboration avec le système du tout profit.

J’accuse TOUS ceux qui savent et restent “planqués” ou ceux qui savent et continuent d’appuyer le système des mondialistes génocidaires. En ne faisant rien pour changer la donne, nous assassinons nos enfants.

Je sais que l’effort pour “entrer” complètement dans un tel texte n’est pas anodin. Mais que vous coutera de lire ces lignes et d’essayer d’en assimiler les idées pour essayer de les enrichir, de les appuyer si vous les trouvez opportunes et de les faires appliquer si vous le considérez une avancée ? Du courage de chacun dépend la victoire finale sur les forces de l’ombre.

Je m’adresse ici aux citoyens, aux bénéficiaires autant qu’aux élus et aux fonctionnaires chargés de la bonne marche des services sociaux.

D’un programme pilote bien mené, nous pouvons tirer les enseignements et changer TOUTE la donne. L’idée de base est UNE, et locale. Mais les applications sont nombreuses dans d’autres domaines et au plan national avec le temps si nous le voulons réellement.

Avec ce programme, les autorités peuvent donner un signe dans un sens ou un autres.

Aux citoyens d’en tirer leurs conclusions.

Avec force et foi dans notre Nation.

Courage. L’union et l’harmonie sont au bout du chemin.

Faites moi part de vos remarques et soyez nombreux à vous manifester pour faire appliquer ce plan remis en main propres aux responsables du Social et de la gestion de l’Indre et Loire, le 16 mars 2012, lors des DEUXIÈMES ASSISES DE L’INSERTION .

Bien à Vous

Marc Lesnay/ Lépinay

PS: Ce document n’a aucun lien avec aucun parti politique. Il est issu de l’appréhension du quotidien des hommes et dans le but de collaborer à l’avancée des humains sur le chemin de leur évolution naturelle et sociale.

D’autres textes très courts sur des thèmes concrets très précis sont en préparation pour les Assises : “Les radiateurs bas de gamme du chauffage électrique dans les logements sociaux et le manque d’ouvertures naturelles dans les toitures ou portes d’entrées et garages qui peuvent entrainer de grosses économies de facturation au CG37 et aux bénéficiaires en les rendant obligatoires dans les bâtiments de type “pavillons” en plein développement en zones extra urbaines”. – “L’insertion par la reprise du travail ou d’une activité. Différence entre “Travail” et “activité”. “ – “Le besoin d’étendre le participation des représentants des bénéficiaires dans les commissions du FSL” – “ L’humanisation du traitement des dossiers du social” – “ La nécessité de synergie entre les différents services sociaux “ – “ La création d’une cellule volante d’actions sur le terrain auprès des bénéficiaires (hors cadre “normal”), nécessitant un accompagnement spécifique “. “ Formation des personnels des services sociaux sur le thème du “je” et de “l’autre” et la prise de conscience de l’incidence des décisions les plus minimes sur la vie concrète des bénéficiaires ou “ayant droits”. “ etc.

Voir aussi ce Vidéo: A ne pas manquer - très court - pour comprendre plus encore mon rapport sur l'insertion par la culture

“La parabole des Tuileries ou pourquoi l'économie de la culture a ses propres règles ... et ses incidences sur l’économie, la consommation et la croissance en général...”-20120310-titres|fr]

et aussi :

Vous avez là, confirmation de mon analyse dans mon rapport, avec d’autres termes plus élaborés par un homme préparé à la politique, critique excellent de l’actualité de ses contemporains au pouvoir, médiateur de la République : Jean Paul Delevoye. il parle ay micro de France Inter ce samedi 10 mars 2012 à la fin du journal de 13h. Ecoutez. Toute son analyse est la confirmation de la justesse de la mienne. Analyse d’un “pro” qui rejoint celle d’un citoyen. Le politique à la parole pour répondre par des solutions à ce qui est développé dans ces deux idées complémentaires. Je lui fais parvenir mon (mes)dossier(s) afin de lui demander , et son avis, et son appui à ma démarche plus que citoyenne, en laquelle je crois de plus en plus, car non seulement juste MAIS INDISPENSABLE. J’espère que Madame Marisol Touraine y fera cas et qu’on pourra commencer dans ce sens à mettre en place la et les actions que j’y prône depuis le 37 ce qui serait un honneur pour le Tourangeau attaché à son territoire que je suis.

Ecoutez-l’excellent exposé de M DELEVOYE sur ce lien de son passage sur France Inter le 10 mars 2012. Et Unissons-nous, politiques et citoyens pour un renouveau vital à la continuité fraternelle nationale.

http://www.franceinter.fr/emission-suspends-ton-vol-jean-paul-delevoye

Les énergies masculine et féminine

En décrivant l’état de ces deux énergies, il est impossible de ne pas le lier à l’état historique des hommes et des femmes tout au long de l’histoire connue de nos civilisations. Chacun des deux sexes étant porteur des deux énergies et apte à adopter l’énergie complémentaire pour trouver son équilibre final. Même si on le sait, l’énergie masculine imbibe en plus grande quantité les hommes et la féminine, les femmes. Indépendamment de l’aspect corporel de chacun, un homme pouvant aussi être plus féminisé ou une femme plus masculinisée. Ce qui est l’exception à la règle et crée les conflits “de surface“ et d’apparence entre les composantes sociales. D’où les messages subliminaux autour d’hommes qui se disent “ des femmes comme les autres” ou de femmes “ qui se disent “des hommes comme les autres “. La dose de féminité ou masculinité à chaque corps humain octroyée par la nature à la naissance n’est pas optionnelle. On ne peut pas choisir et cela prouve bien que les énergies masculines et féminines sont bien indépendante de l’aspect physique, même si en général mais pas toujours, elle sont sexuellement respectées.

Tout d'abord, j'aimerais dire un mot sur la nature de l'homme et de la femme. Ces énergies sont deux aspects de l'Un. Par conséquent, elles ne sont pas réellement opposées ou duelles, elles sont une ; ce sont les deux faces d'une même énergie.

L'énergie masculine est l'aspect qui se concentre sur l'extérieur. C'est cet aspect de l'Esprit qui dirige la manifestation extérieure, qui fait se matérialiser l'Esprit et lui fait prendre forme. L'énergie masculine a donc une grande force créatrice. Il lui est donc naturel d'être très concentrée et orientée vers un but. De cette manière, elle crée l'individualité. Elle vous permet de vous séparer de l'Un, du Tout, de vous tenir debout seul et d'être un individu spécifique.

L'énergie féminine est l'énergie du Foyer. C'est l'énergie de la source originelle, de l'émanation de la Lumière, de l'Être pur. C'est l'énergie qui ne s'est pas encore manifestée, l'aspect intérieur des choses. L'énergie féminine englobe tout, elle est océanique ; elle ne différencie pas, elle n'individualise pas.

Imaginez maintenant que l'énergie féminine perçoive un mouvement en elle, un léger frémissement, un désir de franchir ses limites, d'aller au-dehors à la rencontre de l'expérience. Elle rêve d'autre chose, d'aventure ! Et alors, une énergie vient à elle, en réponse à ce rêve. C'est l'énergie masculine qui veut la servir et l'aider à se manifester dans la matière, dans la forme. L'énergie masculine définit et donne forme à l'énergie féminine et c'est grâce à leur coopération que la somme totale de leurs énergies peut prendre une direction complètement nouvelle. Une nouvelle réalité peut être créée, dans laquelle tout peut être exploré et expérimenté, dans les formes toujours changeantes de la manifestation.

La danse du masculin et du féminin génère le spectacle fluctuant de la réalité créée, de votre création. C'est un spectacle d'une grande beauté, où l'énergie masculine et l'énergie féminine s'honorent mutuellement, célèbrent leur coopération et leur union espiègle. Et c'est ainsi que cela doit être. L'énergie masculine et l'énergie féminine s'appartiennent, elles sont deux aspects de l'Un et ensemble, elles célèbrent la manifestation joyeuse que la Création est supposée être.

Il a été dit que la réalisation ultime de ce que vous êtes, la seule réalité qui importe est : JE SUIS. Et dans ce mantra mystique, ces deux aspects fusionnent précisément. Dans le JE, il y a l'énergie masculine, dans le SUIS, l'énergie féminine. Le JE resserre, différencie. Il donne la focalisation, la direction, il individualise : JE, pas l'autre, JE. SUIS est océanique, tout englobant. Il reflète l'océan du Foyer, l'énergie féminine, la source inépuisable qui ne connait pas de limites, pas de différenciation. Cet aspect fluide et unifiant est le cœur de l'énergie féminine. Dans le JE SUIS, le masculin et le féminin s'unissent et, joignent leurs énergies.

Dans l'histoire de l'humanité, voire même avant que l'humanité existe, est né un conflit entre le masculin et le féminin. Il y a une séparation de l'énergie masculine et féminine telle qu'elles paraissent des forces opposées. Le symbole yin-yang illustre très bien la situation réelle. Dans le masculin, il y a toujours un noyau féminin et dans le féminin, un noyau masculin, juste comme il y a un point blanc dans le noir et un point noir dans le blanc. Mais au cours de l'histoire, cette unité mystique du masculin et du féminin a été oubliée et ces énergies sont devenues opposées l'une à l'autre, comme noir et blanc. L'unité sous-jacente n'était plus reconnue.

En ce moment, vous êtes dans la dernière phase de l'histoire de ce conflit, où l'énergie masculine a joué le rôle d'oppresseur pendant des siècles. L'énergie masculine a longtemps tenu un rôle où elle opprime, mutile et détruit l'énergie féminine. Cela n'a pas toujours été ainsi. Il y a eu des temps où l'énergie féminine avait la supériorité et a manipulé et dirigé l'énergie masculine à mauvais escient.

Mais ce temps est révolu. Le conflit a pris une tournure différente à un moment donné et les rôles d'oppresseur et de victime ont été inversés. L'énergie masculine a été au pouvoir pendant longtemps et a mal utilisé ce pouvoir. A cause de cela, l'énergie féminine a été affaiblie et ne réalise plus l'intégrité de son Être. Quand le masculin et le féminin sont en conflit, la désintégration des deux est inévitable. Là où l'énergie féminine est de plus en plus victimisée et se perd dans le déni de soi, l'énergie masculine se perd dans la violence impitoyable et le type d'agression que vous connaissez des guerres du passé.

Le masculin et le féminin dépendent l'un de l'autre. Quand ils se battent, les conséquences sont désastreuses. Mais les temps changent. Depuis les 19e et 20e siècles, l'énergie féminine retrouve sa force et s'élève au-dessus du rôle de victime. Cette résurrection provient du tréfonds de l'énergie féminine. Elle a enfin atteint l'extrême limite du déni de soi. A ce point, elle s'est regardée en face et elle a constaté : ça n'ira pas plus loin.

En passant, c'est toujours ainsi que cela se passe dans la dynamique victime-oppresseur. Cela commence à changer à partir du moment où la victime refuse d'accepter davantage. L'oppresseur peut fort bien continuer dans son rôle, car il n'a aucune raison d'arrêter. La révolution commence quand la victime refuse d'accepter davantage et reprend enfin son pouvoir.

Dans toutes les situations de répression, par exemple les femmes dans leur famille ou dans la société, le vrai moment où cela change, c'est quand la femme (ou l'énergie féminine dans une personne) décide en elle-même : je ne supporterai plus ça. C'est à ce moment-là que le changement commence réellement à se faire. Les mesures externes sont inutiles jusque là.

L'énergie féminine monte et son étoile s'est levée. En fait, le sujet le plus urgent en ce jour et à cette époque, c'est la transformation de l'énergie masculine ! Il est maintenant temps de définir à nouveau l'énergie masculine. Je veux insister sur le fait que c'est seulement par la réunification avec une énergie masculine mûre et équilibrée que l'énergie féminine peut à nouveau s'épanouir.

L'énergie féminine a depuis le siècle dernier et même avant, regagné de la puissance et de la force. Elle a commencé à s'épanouir d'une manière nouvelle et plus équilibrée. Malgré l'inégalité des sexes encore présente dans vos sociétés, la montée de l'énergie féminine est inéluctable. Mais cependant, elle ne peut acquérir toute sa force et sa vitalité sans la coopération avec l'énergie masculine. Ce n'est pas à cause d'une faiblesse en elle, mais à cause de la nature essentielle des énergies masculine et féminine, du fait qu'elles sont enchevêtrées et ne peuvent accomplir leur plein potentiel qu'en coopérant. C'est pourquoi l'énergie masculine doit impérativement se reformer et innover !

Quand vous regardez l'interaction entre le masculin et le féminin au niveau collectif, l'énergie féminine est maintenant en position d'attente. Elle attend. Il y a actuellement une lutte dans l'énergie masculine collective entre l'ancien et le nouveau. Une vague nouvelle d'énergie voit le jour dans l'énergie masculine collective. Elle honore et respecte l'énergie féminine. Cette vague nouvelle d'énergie masculine veut se joindre au féminin et entrer ensemble dans l'ère nouvelle. Mais en même temps, une vague plus ancienne d'énergie masculine est encore active et essaie de persister. Cette énergie est clairement à l'œuvre dans la série d'attentats terroristes qui ont lieu partout dans le monde. L'énergie masculine dans son vieux rôle d'agresseur sans cœur montre là son vilain côté. Chez ceux qui commettent ces effroyables attentats, il y a des émotions très sombres : l'agressivité, la colère en même temps que l'impuissance et le désespoir. C'est de ce désespoir qu'ils attirent les types de démonstration de pouvoir les plus brutaux et les plus destructeurs. Cette énergie masculine dont nous parlons est dans les affres de l'agonie. Cela montre que des changements importants prennent place collectivement et que l'humanité est au seuil d'une ère nouvelle.

L'un des problèmes auxquels nous faisons face maintenant, en évoluant vers une coopération plus équilibrée entre le masculin et le féminin, est : comment gérer cette sorte d'énergie impitoyable ? Qu'allons-nous faire de cette vieille énergie masculine qui essaie de créer autant de ravages et de destruction que possible dans son déclin ? Laissez-moi vous dire ceci : son déclin est un fait. La lutte a été perdue par cette vieille énergie masculine mais elle ne va pas se rendre facilement et elle va résister jusqu'au bout par l'agression et des tentatives de domination impitoyables.

Cela dépendra beaucoup de l'attitude collective intérieure envers ces agresseurs. Allez-vous permettre à la colère et à l'impuissance d'entrer dans votre champ énergétique en réaction à ces actes de violence ? C'est ainsi que vous vous ouvrez au champ énergétique des agresseurs.

A l'instant où vous êtes envahis par la colère et le ressentiment envers eux, ils ont atteint leur cible. Vous êtes alors aspirés dans leur vibration énergétique et vous allez vouloir tuer aussi, tuer les meurtriers des innocents. Tout cela est fort compréhensible, mais il est vital de réaliser ce qu'il se passe ici. Dès l'instant où des émotions intenses surgissent, il est sage de faire une pause, en silence. Revenez à votre part de sagesse, de calme et demandez-vous : que se passe-t-il vraiment ici ? Cela concerne maintenant votre sagesse et votre discernement, votre aptitude à voir derrière les choses et à ressentir quel est réellement l'enjeu. Le monde ne va pas tomber aux mains des terroristes. La vieille énergie masculine a fait son temps et l'heure de sa mort a sonné.

Restez conscients ! Ne vous laissez pas déstabiliser par des émotions d'impuissance, ne vous prenez pas pour des victimes. Sachez que nul ne sera touché par cette énergie agressive s'il ne la laisse pas entrer dans son champ d'énergie. Si vous ne réagissez pas par la colère ou la haine, vous ne l'attirerez pas à vous. Vous serez en sécurité et protégés par votre propre lumière.

L'ego a sa fonction ; il prête de la focalisation à votre conscience, ce qui vous permet de créer et de vous manifester en tant qu'individu séparé. Oui, vous faites partie d'un Tout plus vaste, mais vous êtes aussi « je », séparé et différent de tout autre. L'ego est un complément nécessaire à votre part spirituelle qui transcende le « je ». L'énergie de l'ego est parfaitement honorable et se justifie dans la réalité énergétique que vous vivez. La véritable puissance se trouve dans l'alignement joyeux de l'ego et de l'Esprit.

Votre but est de donner votre compréhension la plus douce et votre soutien attentionné à cet enfant intérieur blessé en vous et de restaurer sa beauté et sa joie de vivre.

Guérissez votre énergie masculine ! L'énergie féminine est en train de récupérer et d'acquérir la force nécessaire pour s'exprimer pleinement et magnifiquement. Les qualités féminines d'intuition, de sensibilité et de communion sont de plus en plus appréciées, individuellement et collectivement. Mais on ne sait pas à quoi ressemble vraiment une énergie masculine équilibrée. L'énergie masculine s'est perdue dans de fausses images de ce qu'est « être un homme », des stéréotypes qui reviennent toujours au pouvoir à travers l'agression. Il est vital de reconnaitre et d'exprimer la véritable nature de l'énergie masculine. Le côté féminin a maintenant besoin de l'énergie masculine équilibrée pour être capable de remplir vraiment son rôle. L'énergie féminine est en attente, pas seulement au niveau collectif mais aussi au niveau individuel. L'énergie féminine sort de son rôle de victime, elle regagne l'estime de soi et elle veut maintenant se manifester puissamment et joyeusement par sa réunification avec le masculin.

Ainsi, quelle est la caractéristique d'une énergie masculine équilibrée ? Ceci est valable à la fois chez l'homme et chez la femme.

Une énergie masculine guérie et équilibrée mène à la conscience de soi. Elle n'a plus à combattre ni à lutter, elle est présente dans la conscience de soi. La présence, c'est-à-dire être pleinement présent de toute votre âme, est une qualité essentielle . Être présent en conscience de soi signifie rester éveillé à vous-même, rester centré, ne pas se perdre dans les opinions de l'autre, dans ses attentes ou ses besoins. Cela concerne l'équilibre entre se relier aux autres et rester vrai envers vous. Une énergie masculine équilibrée vous permet de rester centré et conscient de vous-même tout en étant en interaction avec les autres et le monde extérieur.

Il est essentiel de développer cette qualité de conscience de soi, car cela protège et guide votre énergie féminine. L'énergie féminine a naturellement tendance à se relier aux autres êtres vivants et à être présente aux autres de façon attentionnée, nourricière. L'énergie masculine aide à fixer des limites et à trouver un équilibre entre le don et la réception. Par rapport aux énergies féminines fluides et communicatives, l'énergie masculine remplit le rôle d'ancre et de colonne vertébrale. C'est le point où vous rentrez chez vous, le point où vous relâchez vos liens avec les autres énergies avec lesquelles vous étiez en relation.

Vous avez encore des difficultés avec le concept de l'ego. Spécialement chez les artisans de Lumière, il y a une tendance à considérer les énergies altruistes, celles qui transcendent le soi, comme supérieures. Mais ce n'est pas vrai. Vous vivez dans un monde où deux énergies jouent ensemble et forment les blocs de construction de la création. L'une a tendance à se relier et cherche l'unité, l'autre crée la séparation et l'individualité. Et cette dernière est tout aussi valable et viable que la première.

Il est important de faire la paix avec votre énergie masculine, d'embrasser votre individualité, votre caractère unique, votre « je ». Il y a une qualité essentielle dans la vie, qui est le fait d'être seul et qui n'a rien à voir avec la solitude, mais qui a tout à voir avec le fait d'être un « je », un individu unique. Embrasser votre individualité ne vous empêche pas de vous relier intimement aux autres. Si vous embrassez vraiment votre individualité, vous devenez un individu autonome, indépendant et créatif, capable de partager votre énergie avec tous et toutes choses, parce que vous n'avez pas peur de vous perdre dedans ou de renoncer à votre individualité.

L'énergie masculine vous aide à devenir vraiment créatif et autonome. C'est cela que votre énergie féminine attend. Votre inspiration sincère veut se faire connaitre au niveau matériel, elle veut se manifester d'une manière très terrestre et apporter à la terre des nouvelles d'amour et d'harmonie. L'énergie féminine est porteuse de l'ère nouvelle mais elle a besoin d'une énergie masculine équilibrée pour se manifester vraiment et s'enraciner dans la réalité matérielle. C'est pourquoi il est si important que les énergies soient guéries.

L'énergie d'un ego en bonne santé est la confiance en soi. Ce n'est pas la sorte d'arrogance que vous voyez chez un ego gonflé. C'est simplement se faire confiance : « J'ai le sentiment que je suis capable de le faire ! » C'est être conscient de votre inspiration la plus intime, de vos aptitudes à créer et à agir en fonction. Laissez vos énergies sortir de vous, ayez confiance en vos talents et dons naturels, faites-vous confiance et montrez-vous au monde ! Spécialement pour vous, les artisans de Lumière, qui portez tant de sagesse et de connaissance intérieure, il est temps maintenant de vous montrer et de ne plus vous cacher. Il est temps. C'est votre destinée et vous y trouverez votre plus grand accomplissement.

Faites la paix avec l'énergie masculine en vous. N'hésitez pas à vous affirmer, à recevoir avec abondance et à prendre grand soin de vous. Soyez égoïstes, dans le sens neutre et pur du mot. Vous êtes un égo, vous êtes un individu. Vous ne pouvez ni n'avez besoin d'être tout le temps dans le pardon et la compréhension. Ce n'est pas spirituel de tolérer tout et n'importe quoi. Clairement, il y a des moments où vous devez dire « non », voire « adieu » et ne pas faire de compromis avec ce que vous êtes. Faites-le sans peur ni culpabilité et ressentez comme les énergies de la conscience de soi et de la confiance en soi vous rendent aptes à laisser s'épanouir et briller la délicate fleur de votre énergie féminine.

C'est une question de coopération entre les énergies. Les énergies masculine et féminine se sont abaissées à un long et douloureux combat.

Elles s'élèveront aussi ensemble, car l'une ne peut être équilibrée sans l'autre. A présent que l'énergie féminine est prête à renaitre des cendres de l'humiliation et de la répression, il y a un besoin urgent que l'énergie masculine renaisse. Cette renaissance du masculin va devenir visible à l'échelle collective, finalement, mais elle se manifestera d'abord en chacun de vous séparément, homme et femme. Vous êtes tous porteurs de ces énergies anciennes en vous et c'est votre droit de naissance de rendre leur partenariat équitable et joyeux.

Marc Lesnay - Adapté d’un texte de base de Pamela Kribb

mardi 9 août 2011

Le tigre à dents de sabre

Editions de l'Homme vrai Mardi 9 août 2011 Le tigre à dents de sabre

Le premier homme a dû courir par peur, pour fuir les animaux sauvages. Nous n’avons finalement pas beaucoup changé. Nous courons toujours pour fuir. Le tigre à dents de sabre s’est changé en stress. Il nous attend tous les jours dès le lever, posté devant l’entrée de notre caverne. Et nous sortons en courant, continuant de courir toute la journée, d’abri en abri, devinant sa présence quand nous ne le voyons pas franchement. La psychologie va vous expliquer dans le détail pourquoi vous courez, cela remonte à votre enfance, aux parents de vos grands-parents et vous remonterez ainsi jusqu’à Adam et Ève pour vous apercevoir, sorti de thérapie, que vous avez toujours peur. Alors vous vous tournez vers le bien-être et le développement personnel qui vous font croire, pour l’un, qu’il faut « être bien » alors que la vie ne vous demande que d’être, tout simplement, et enfin l’autre, qui vous fait croire qu’il faut vous « développer personnellement » comme si vous n’étiez pas déjà complet, comme si l’Intelligence de la vie vous avait oublié. Vous pouvez passer ainsi toute une vie à continuer de rêver, à fuir vos peurs, votre vie avec tout de même l’impression de faire des « progrès spirituels » quand vous vous tournez vers les méthodes et pratiques spirituelles qui vous font miroiter la libération. Le tigre est toujours là, mais cette fois-ci vous avez, au choix: vos chaussures à coussin d’air, vos exercices de respiration qui vous permettent de courir plus longtemps sans fatigue, vos exercices de concentration qui vous permettent maintenant de ne plus trébucher durant la course, le yoga qui vous permet de vous plier en deux sous cette branche basse et ainsi de gagner du temps, appeler votre animal totem à la rescousse (pas de bol, c’est un élan, il faut encore courir), vos exercices de visualisation ou d’affirmation positive, mais quand vous visualisez derrière vous, le tigre est toujours là et il n’a rien de positif, contacter les anges, mais vous allez trop vite pour eux et leurs petites ailes, appeler le diable alors, ça tombe bien il est derrière vous, feuilleter vite fait des bouquins psy ou psi (spirituels), mais ça donne mal à la tête (déjà que vous avez mal aux jambes), prendre un billet pour l’inde, là où se trouve la vérité (vous en êtes certain), passant ainsi du sprinter au marathonien, etc. Puis un jour vous en avez marre. Vous abandonnez. Un matin vous sortez de votre caverne comme chaque matin et le tigre évidemment est toujours là. Et vous vous tenez debout face à lui. Debout face à vos peurs. Et vous l’observez. Vous le regardez droit dans les yeux. Il a changé. Vous l’observez plus attentivement. Il n’est pas si gros que ça. Pas si méchant finalement. Votre vue se brouille, se réajuste, plus exactement, l’ex-tigre est à vos pieds, tout petit, il ronronne et se frotte à vous, c’est un chat. Il vous regarde et vous dit: « bon alors, tu viens jouer oui ou non, depuis le temps que je te cours après! » Alors vous tombez en méditation, naturellement, votre respiration se modifie, votre corps se détend puisque les tensions se sont dissipées, vous êtes totalement présent, vous réalisez que la vie est en vous et qu'elle vous attend pour jouer. La vie est en vous et autour de vous, vous aviez simplement oublié qui vous étiez. L’illusion, c’est chaque fois que vous vous identifiez à votre imagination. Un livre à la main, vous n’apprenez rien, vous ne trouvez que des confirmations. L’inde ? Pourquoi pas ? Ou plus loin encore ? La lune ou plus loin encore pourquoi pas ? Tout est en vous n’allez pas si loin.

Extrait de la conférence du 6 août 2011, téléchargeable sur la boutique en ligne des produits numériques des éditions de l'Homme vrai

mercredi 8 juin 2011

Si l’homme et la femme sont heureux, ils ne consomment pas

Si l’homme et la femme sont heureux, ils ne consomment pas. C’est la frustration qui est la base du désir de consommation. Aussi faut-il leur offrir d’inaccessibles modèles de beauté et de richesse, afin que la frustration les mène sur le chemin des achats. Que nos journaux, que nos médias leur tendent sans cesse les images de corps parfaits, de jeunesses éclatantes et éternelles... Au désespoir de ne pas les posséder, ils chercheront à les acheter. Que les cinémas abreuvent la jeunesse d’infatigables super-héros à la libido sans faille. Qu’une coupure forte et nette soit faite entre ceux qui participent à la fête des médias et ceux qui n’en sont que les dérisoires spectateurs. Nos gammes de vêtements, nos cosmétiques, nos lotions, nos produits amincissants, nos publicités sont là pour mettre du baume à leur malaise et nourrir leurs rêves. Et plus ils seront laids, disgracieux et obèses, plus ils débourseront. Car il est dit dans les Circulaires que la Bonheur ne consomme pas. C’est la peur de mourir, c’est la peur de vieillir, c' est la peur d' être différent qui ouvrent les portes de nos magasins. Consommer n’est pas un choix. C’est une obligation morale. Qui oserait ne pas sanctifier les dates sacrées, images mêmes du bonheur, que sont Noël, la Saint-Valentin, le 1er Mai, les soldes d' hiver et d' été ou la fête des Mères? Qui oserait porter des vêtements usés, des chaussures élimées qui le dénonceraient à l’opprobre de tous? Tout doit être neuf, car l’usure est l’image honteuse de la vieillesse et de la mort. Kosy Libran. Extrait ( Le Prophéte du libéralisme).

lundi 9 août 2010

"Le couple et l'amour "

La plupart des relations de couples sont basées sur des liens réciproques névrotiques, en lesquels la femme et l'homme identifiés à des « personnes » fortement conditionnées par des histoires familiales, raciales, ethniques et autres, tissent des rapports liés au manque affectif à combler, au besoin de se remplir de l'autre, de pérenniser des mœurs et traditions ancestrales et ainsi entretenir des schémas de constructions centrées sur des egos en situation de souffrances, de projections et d'attentes à satisfaire. Ainsi les couples donnent-ils à voir des rapports entre images modélisées, achevées ou en voie de consolidation, donc centrées sur des liens de surface, rarement sur des relations dénuées de tout désir d'appropriation, de soumission, de séduction ou autres stratégies mises en place par des « moi » en mal de vie.

On ne peut à proprement parler d'amour dans les couples habituellement rencontrés, mais le désir d'aimer et le désir d'être aimé entre personnes identifiées à des représentations est construites sur des structures et schémas névrotiques remontant souvent à la petite enfance. Ainsi voit-on le plus souvent une femme, prisonnière d'un conditionnement traditionnel, familial, social, éducatif et religieux totalement aliénant, se placer sous le joug dominateur d'un mari soumis aux mêmes schémas archaïques, lui-même soucieux de poursuivre par sécurité et par habitude dans la même voie que ses aïeux. L'un et l'autre ainsi modelés dans des processus identificatoires bétonnés depuis des siècles dans notre société d'ego de masse, ne peuvent rien faire d'autre que de reproduire de façon répétitive les schémas connus et reconnus sur lesquels leurs aînés et eux-mêmes fonctionnent. Les deux individus, identifiés à des personnes fragmentées et séparées, connaissent évidemment un « amour » à la hauteur de leur désir de continuer à vivre dans la segmentation et dans la représentation. Sécurité, assurance, violence et peur sont, aujourd'hui, le lot des relations de couples, jusqu'à ce que l'individu - la femme en général - réalise, dans un éclair de lucidité explosive, l'irréalité et la fausseté d'un tel mode de vie aliénant qui ne lui convient plus. Il casse alors les images projetées qui le clouaient à des stéréotypes de bonne mère ou de mauvais père, de mari jaloux ou de femme soumise. Il ne veut plus alimenter une névrose de couple en lequel l'époux joue le rôle de père ou de fils de substitution et en lequel l'épouse est identifiée à la mère, à l'amante ou à la fille de son mari. Sa vision clairvoyante des jeux et stratégies de l'ego est à ce point si pénétrante qu'elle est un moteur d'action immédiate. L'individu qui perçoit de la sorte la dimension factice du moi enchaîné change de direction journalière, refuse d'alimenter les névroses d'antan et prend un cap à contre-courant de l'ancienne ligne de moindre résistance.

Si cette prise de conscience n'a lieu que chez l'un des partenaires, l'équilibre du couple bascule, l'amour jusque-là basé sur le seul désir d'aimer s'émousse rapidement et le doute d'un avenir commun, projeté dans une même direction, s'installe, laissant planer à l'horizon conflit, séparation et divorce.

Il est aisé de constater que les confusions de représentations et d'images liées à la « personne » ne peuvent pas être négociables ni même être levées par le couple tant que l'ego de l'un et l'autre est maître de la situation, car le « moi » ne sait rien faire d'autre que de se répliquer à l'infini. Chaque couple, s'il veut vivre dans l'amour, doit donc au préalable faire face avec lucidité aux blessures résiduelles de l'enfant intérieur qui habite chaque être, aux représentations et images dans lesquelles il transporte le partenaire à son insu ou avec son accord. S'ils n'y prennent garde, l'un et l'autre tissent de façon névrotique des rapports et des liens entretenus et basés sur des manques et besoins de compensation liés à l'adolescence ou à l'enfance et non sur de libres échanges entre adultes, dénués de tout intérêt personnel d'appropriation ou d'autosatisfaction.

Sans ce travail de réparation individuelle et en l'absence de lucidité portant sur le constat réel du mode de fonctionnement de la vie de couple, il ne peut exister réellement d'amour entre deux partenaires mais une vague liaison centrée sur des désirs, des besoins à combler et sur des fragmentations liés à l'absence affective contractée dans l'histoire psychologique de chacun. La restauration de la dimension authentique de l'être de chacun des partenaires est indispensable et elle passe par l'abolition de l'autorité de son propre ego.

Un couple n'est pas en effet quelque chose de préexistant à la rencontre entre deux personnes - car dans ce cas il s'agit plus de « paire » que de « couple » - mais obéit à une construction tissée sur l'observation libre de soi-même et de l'autre à chaque instant et sur l'écoute désintéressée mais active des schémas d'édification du partenaire et de soi-même. Chacun doit tôt ou tard se mettre totalement à nu face à l'autre, se dépouiller entièrement de tout transfert de rôle ou d'image et de toute peur d'être jugé, déprécié ou culpabilisé. La véritable force d'amour liant deux êtres les conduit naturellement à se livrer entièrement, à s'abandonner pleinement, sans gêne ni retenue, tant au niveau des sens qu'au niveau du corps, du cœur ou de l'esprit. Un état de confiance absolu règne dans l'amour d'un couple, en lequel chacun est « ouverture » libre à l'autre, en tant qu'être harmonique, ayant notamment intégré sa propre non-dualité, c'est-à-dire sa double dimension féminine et masculine. La complicité, l'entraide, la solidarité, l'écoute attentive et la compréhension aimante des faiblesses et forces de chacun, la connaissance des particularités des caractères de chacun, de leurs goûts, de leurs fantasmes, de leurs attentes comme de leurs craintes, renforcent évidemment la qualité des liens d'amour. Toute la « personne » doit être au préalable explorée, vue, observée, livrée puis vidée et abandonnée avant que l'amour ne puisse s'éveiller sur le plan de l'être. Et ce processus ne peut s'engager que si les deux partenaires s'engagent réciproquement dans la même voie et poursuivent le même cap.

La rencontre d'amour se produit donc lorsque le concept de « personne » est entièrement aboli et que n'existe qu'un réel ressenti dépouillé entre les deux êtres. Ce ne sont pas alors deux individualités, deux enfants ou deux adolescents ou deux personnes « étrangères » et séparées qui s'aiment par souhait de domination ou de soumission, de séduction ou par simple désir sexuel, mais deux adultes unis par un lien authentique vivant un plein amour librement consenti, dont la sexualité n'est notamment qu'une partie intégrante du désir d'aimer et d'être aimé. Dans ce cas-là, il devient évident que le couple constitue une unité non différenciée, à telle enseigne qu'on peut affirmer que l'équation 1+1=1 n'est plus un paradoxe mathématique.

L'amour du couple n'est pleinement accompli que si les partenaires sont libres de tout concept, déterminés à s'engager dans une construction commune, en paix avec leurs histoires réciproques, prêts à s'abandonner totalement l'un à l'autre et lorsque l'image de soi liée à la personne séparée cesse définitivement d'être à l'avant-scène. L'effacement du « moi » individuel de chaque partenaire est d'ailleurs le plus sûr garant de la dynamique de la flamme de l'amour qui unit la femme et l'homme.

Serge Pastor

[Extraits de l'ouvrage "AUTORISE-TOI A (T')AIMER" de Serge Pastor, paru en février 2005 aux Editions A.L.T.E.S.S.

vendredi 11 juin 2010

Vidéo à ne pas manquer sur l'escroquerie monétaire

SURTOUT PRENEZ LE TEMPS DE LA VOIR.... ( UNE HEURE EFFRAYANTE DE RÉALITÉ) SEULE MANIÈRE DE COMPRENDRE QUOI CHANGER !!!

LA VIDEO SUR L'ARGENT DETTE

mercredi 21 avril 2010

Les profils des Français dans leur rapport à leur niveau de vie.

Les socio-styles : l'étude de Laserscopie

15 avr. 2010 par Marianne Bourgeois (avec nos excuses pour la reprise de son article ici dans un but de "servir" gratuitement la citoyenneté et non de marketing.)

Chaque année depuis 2000, Laser suit le comportement consumériste de 10 000 foyers et brosse 7 profils de Français dans leur rapport à leur niveau de vie.

Laserscopie est un nouvel instrument de mesure statistique qui croise données objectives (addition du revenu mensuel net au patrimoine) et subjectives (sentiment de chacun sur son revenu et sa position dans la société). Illustration.

Les décomplexés (8 % des Français) Le décomplexé est un jeune actif, ayant fait des études supérieures. Sans complexes, 40 % d’entre eux ont recours au découvert.

Il consomme pour se démarquer. Il apprécie les marques exclusives, prêt à payer davantage pour des biens qui font preuve d’originalité. Très friand de nouvelles technologies, c'est un « téléchargeur », un cyber-acheteur. Il consomme « mondain ». Le décomplexé est un optimiste. À fréquenter, sans complexes.

Les contraints (10 % des Français) Le contraint vit mal sa frénésie de consommation. Sa résolution de se serrer la ceinture est en décalage avec une attitude consumériste qui fait largement appel aux crédits. C'est un chasseur, à l’affût du meilleur rapport qualité-prix. Il découpe consciencieusement les bons de réduction.

Les désimpliqués (10 % des Français) Le désimpliqué a peu de besoin. Souvent retraité, son rapport à l’argent est archaïque. Il dépense en priorité pour assouvir les besoins indispensables (alimentation, équipement de la maison). C'est un ardent lecteur des étiquettes.

Annonces Google Crédit Conso à 2,9% TEG Accédez à un Crédit en Ligne de manière Simple et Rapide ! Clic-finance.com/Credit-ConsoArgent Banques Actualité des banques, économie le forex et votre argent en France www.argentepargne.com/

Les précautionneux (14 % des Français) Les précautionneux ont plus de 50 ans, vivent en milieu rural ou dans de petites ville de province. Ils thésaurisent et consomment « utile ».

Les gestionnaires (14 % des Français) D’un niveau d’études supérieures, les gestionnaires sont plutôt parisiens. Leurs revenus sont supérieurs à la moyenne. Adeptes du crédit à la consommation et collectionneurs de cartes en tout genre (bancaires, crédit, magasin…), 40 % d'entre eux ont recours au découvert. Ils aiment être des précurseurs, très réceptifs aux influences de la société de consommation. Cultivent la "positive attitude".

Les aisés (21 % des Français) Monsieur est cadre supérieur. Ses revenus et patrimoines sont élevés. Il vit dans une belle maison, souvent en région parisienne, possède un « petit » pied-à-terre sur la Côte. M. et Mme « Aisés » sont des hédonistes. Ils consomment « plaisir ». Particulièrement attachés à l’originalité des produits et des marques, ils veulent ce qu’il y a de mieux et s’inscrivent pleinement dans les courants de consommation de leur temps.

Les précaires (23 % des Français) Pour les précaires – ouvriers, employés, retraités, l’argent est le nerf de la guerre et l’objet de toutes leurs préoccupations. 60 % de leur revenu mensuel est consacré aux dépenses obligatoires. Ils ont peu de marge de manœuvre sur leur budget, d’où un sentiment de frustration de ne pouvoir se payer ce qu’ils veulent.

Les socio-styles tentent de cerner un « consommacteur », toujours plus volage, et permettent aux entreprises de mieux appréhender les tendances actuelles. Les « marketers » se penchent aujourd’hui sur une nouvelle approche, basée sur les « étapes » ou « cycles de vie » du consommateur.

Certaines marques se sont déjà engagées dans cette segmentation, offrant des solutions dédiées à des cibles de clientèle déterminées (produits alimentaires, cosmétologiques, adaptés à l’âge). Selon les professionnels, cette troisième génération de socio-styles est promise à de grandes perspectives de développement.

jeudi 1 avril 2010

le blog de Jean Daniel www.nouvelobs.com 10'-7 AVRIL20l0

Pour un réformisme radical

Voici quelques leçons que je tire de mes maîtres. Je suis.selon le mot d'Albert Camus, un « réformiste radical» qui pratique, selon le mot de Michel Foucault, une « morale de l'inconfort », avec l'ambition d'atteindre « un bonheur sans transcendance », comme aurait pu le dire, selon moi, Spinoza. Il s'agit tout simplement d'une éthique de gauche.

1. Je ne veux plus changer le monde, je veux le réformer, Je suis réformiste non pas seulement par renoncement à la révolution mais par croyance aux progrès, et je souligne que j'écris ce der- nier mot au pluriel. On ne peut plus croire au progrès au sens de Condorcet, de Marx ou d'Auguste Comte. Avant d'être condamné au supplice, Prométhée a tout de même réussi à dérober quelques secrets à Zeus, qui ont fait progresser l'humanité en maints domaines. Je maintiens qu'on peut continuer à le faire ici-bas, dans ce monde et tous les jours.

2. Le réformisme radical se conçoit à l'intérieur de l'héritage des Lumières et dans la considération de la raison critique comme un irréversible progrès, même si ces instruments intellectuels de la raison doivent servir à souligner les limites de la raison.

3. Le siècle précédent m'a conduit à refuser toutes les révolu- tions, à accueillir toutes les rèsistances et à m'associer aux entre- prises de réformes, mais avec un rediœlisme qui empêche les compromis de devenir des compromissions. Le « réformisme radi- cal» exclut toute passivité désenchantée. Il est animé d'un esprit de conquête nullement incompatible avec la passion démocratique, la vigilance républicaine, l'imagination de la modernité.

4. L'explosion des dogmes et des idéologies doit conduire à un respect, voire à un véritable culte de la complexité. Eh dehors des joutes de la politique et du divertissement des polémiques, le pé- remptoire n'est plus supportable. J'ai décidé, quant à moi, de m'in- téresser toujours aux raisons pour lesquelles on est en désaccord avec moi. Mon maître en ce domaine est Raymond Ltille, ce moine majorquin du XIIT' siècle qui invitait à ne pas choisir entre les trois monothéismes mais à en faire sa synthèse personnelle.

5. La sagesse consiste désormais à ne jamais séparer les concepts de liberté et d'égalité. La première sans la seconde abou- tit à la jungle des compétitions. L'égalité sans la liberté mène à l'uniformité et à la tyrannie.

6. Ne jamais séparer non plus le souci de la création de ri- chesses du souci de leur répartition. C'est l'homme qui reste le but de toute création.

7. Dans cet esprit, l'argent ne peut être que le symbole d'une marchandise et l'instrwnent qui sert à mieux la faire circuler. Dès que la spéculation conduit à considérer l'argent comme une fin et non comme un moyen, autrement dit, dès que lecapital se « financiarise », la société tout entière se transforme en une bourse des valeurs qui n'a plus le choix qu'entre un comporte- ment suicidaire et le brigandage.

8. La violence est, selon Marx, provoquée par, le saut d'une société à une autre, comme ce fut le cas lors du passage du féo- dalisme au capitalisme. En ce cas seulement, cette violence est considérée par lui comme progressiste ou, si l'on veut, révolution- naire. Cette notion, contrairement à ce que l'on répète partout, n'est pas hégélienne. Hegel a fait!' éloge de la Révolution (1789) mais non de la Terreur (1793), et il a vu dans cette dernière non pas un progrès mais une régression. Il n'y a donc pas de fatalité progres- siste de la violence, bien au contraire.

9. Il peut cependant y avoir une nécessité de la guerre qui est à la fois « inévitable et inexcusable» pour des raisons d'autodéfense. Mais elle ne saurait être entreprise qu'en tout dernier recours, après que toutes les autres solutions ont été envisagées. Lorsque la guerre est décidée, il faut garder à l'esprit trois réflexions: a) « Oui, ilfaut paifois se résigner à la guerre, mais en n'oubliant jamais qu'en dépit de la justesse de la cause on participe à l'éternelle folie de hommes» (Barack Obama) / b) « Chaque fois qu'un opprimé prend les armes au nom de la justice, il fait un pas dans le camp de l'injustice» (Camus) ; c) « La justice, cette fugitive qui déserte souvent le camp des vainqueurs» (Simone Weil).

10. Il n'est pas dans le destin d'une victime de le rester; elle peut, après s'être libérée, aussi devenir bourreau. Cette pensée doit rester présente à l'esprit de tous ceux qui acceptent, en utilisant les mêmes armes que leurs ennemis, d'opposer la barbarie à la barbarie et de trahir ainsi les valeurs au nom desquelles ils combattent. Dans ce cas, il n'y a plus d'innocents, il n'y a que des vainqueurs ou des morts. Dans une époque où l'éclatement des dogmes, où les conflits de la foi conduisent aux fanatismes et où il devient de plus en diffi- cile de parler d'universalité des valeurs, une haine s'impose, et le mot n'est pas trop fort, celle de tous les absolus.

11. La Shoah est un absolu dans le mal? Certes. Même si le prix en est écrasant, cependant, les victimes des génocides ne doivent pas se dire « plus jamais nous! » mais « plus jamais ça 1 »,

12. L'abolition de la peine de mort est l'un des grands progrès dontnous avons dit qu'ils étaient possibles mais à la condition que le délinquant à perpétuité ne soit pas conduit au suicide dans sa pri- son. Sinon, il s'agit seulement d'un meurtre déguisé.

13. J'ai appris depuis mon plus jeune âge à considérer l'humi- liation comme l'un des pires maux de l'humanité. Plus que les oppre si ons, les occupations et les aliénations, c'est elle qui blesse le plus profondément l'âme d'un individu ou d'une collectivité. C'est elle qui est à l'origine des révoltes contrôlées mais aussi des révolutions fanatiques.

14. Il y a plusieurs possibilités de ne pas installer son fauteuil dans le sens d'une rèsignation aux malheurs de la vie et à la malé- diction des hommes. C'est de considérer que « la vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut une vie » (Malraux), qu'« il ne faut pas chercher Dieu ailleurs que partout» (Gide) et que seule l'admiration qui se transforme en amour peut nous empêcher de considérer que « la vie est un conte plein de bruit et de fureur raconté par un idiot et qui ne signifie rien» (Shakespeare). De toute façon, comme le dit magnifiquement François Cheng, « tous les jugements, tous les cultes et tous les rites peuvent disparaître, sauf un seul, celui de la Beauté ». 1. D.

Voir le blog de Jean Daniel

www.nouvelobs.com

10'-7 AVRIL20l0

mercredi 24 février 2010

ALAIN TOURAINE désocialisation de la société

TRES BONNE ANALYSE CONFERENCE VIDEO DE M ALAIN TOURAINE SOCIOLOGUE

SUR :

http://www.dailymotion.com/video/xcaikw_alain-touraine-sortir-de-la-crise-l_news

dimanche 21 février 2010

Le chacun pour soi à remplacé le vivre ensemble

Jean-Paul Delevoye : "Je suis inquiet, le chacun pour soi a remplacé l'envie de vivre ensemble" LE MONDE | 20.02.10 | 14h24 • Mis à jour le 20.02.10 | 17h47

Médiateur de la République depuis 2004, Jean-Paul Delevoye est un observateur privilégié de la société française. Ancien ministre de la fonction publique de Jacques Chirac, ancien président de l'Association des maires de France, maire de Bapaume (Pas-de-Calais), c'est vers lui que se tournent les citoyens lorsqu'ils sont en litige avec l'administration. Son constat d'une société émiettée et en tension alimente le rapport annuel qu'il remet, mardi 23 février, au président de la République et au Parlement. Avec le Desk, suivez l'information qui vous intéresse en temps réel Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts Sur le même sujet "Les cadres sont de moins en moins associés aux décisions stratégiques de l'entreprise, déplore Gérard Botta, 53 ans, qui travaille dans une cimenterie de Thionville. Enquête Le sentiment de déclassement monte chez les cadres

Cela sonne comme un cri d'alarme et un appel politique à retrouver le goût du vivre ensemble. Jean-Paul Delevoye, dont le mandat devrait expirer fin 2010, évoque aussi le futur défenseur des droits, qui se substituera au médiateur de la République en 2011.

Quel diagnostic portez-vous sur l'état du pays ?

Je suis inquiet car je perçois, à travers les dossiers qui me sont adressés, une société qui se fragmente, où le chacun pour soi remplace l'envie de vivre ensemble, où l'on devient de plus en plus consommateur de République plutôt que citoyen. Cette société est en outre en grande tension nerveuse, comme si elle était fatiguée psychiquement.

Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?

La moitié des 76 000 dossiers qui remontent à l'Institution sont des demandes d'information de droits. Un fossé s'est creusé entre le citoyen et l'Etat. Les personnes qui frappent à notre porte ont été mal comprises et mal orientées. Elles se sentent dépassées par des lois devenues trop complexes et changeantes. Elles se sentent mal défendues par l'Etat.

Par ailleurs, des exigences démocratiques nouvelles - besoin de transparence, de dialogue - ne sont pas satisfaites : dans le pôle santé-sécurité des soins que j'ai créé en janvier 2009, 56 % des réclamations sont des demandes d'informations concernant notamment les dossiers médicaux : les patients veulent une information que le monde médical, sous pression, a du mal à lui garantir.

J'ajoute enfin que les Français qui s'adressent à moi sont souvent en situation de grande fragilité sociale.

La crise économique n'obscurcit-elle pas votre jugement ?

La France a de bons amortisseurs sociaux. Mais je ne peux que constater que l'angoisse du déclassement augmente. Sont déjà confrontés à cette réalité un certain nombre de nos concitoyens, ceux qu'on ne connaît pas, que parfois on ne soupçonne pas, et qu'on peine à dénombrer, formant la "France des invisibles".

J'estime à 15 millions le nombre de personnes pour lesquelles les fins de mois se jouent à 50 ou 150 euros près. Je suis inquiet de voir que des personnes surendettées peuvent se retrouver en plan de redressement personnel (PRP) pour la deuxième ou troisième fois parce que leurs dépenses dépassent structurellement le montant de leurs ressources.

Pourquoi l'Etat a-t-il autant de mal à répondre à ces fragilités ?

Parce que sa boîte à outil est mal adaptée. Aujourd'hui, les parcours de vie s'opèrent sur des trajectoires de plus en plus fracturées : le même boulot, le même conjoint pour la vie, c'est fini. Des échecs importants peuvent se produire en cours de route. Or l'administration gère des dossiers, non des personnes dans la difficulté. L'octroi des aides se fait avec un décalage de plusieurs mois.

C'est pourquoi je défends l'idée d'une fiscalisation à la source et individuelle. Elle seule permettrait d'adapter, en temps réel, l'octroi des aides compensatrices à la réalité de la situation des personnes. L'enjeu, c'est de les aider au bon moment, faute de quoi elles s'installent dans une spirale du fatalisme, persuadées qu'elles ne sortiront pas de leur condition sociale.

Je suis frappé par la cohabitation de deux types de sociétés : l'une officielle, que nous connaissons tous, l'autre plus souterraine qui vit d'aides, de travail au noir et de réseaux. Ces deux sociétés ont des fonctionnements parallèles, elles ont leur propre langage, leur propre hiérarchie, leur propre chaîne de responsabilité.

Vous y voyez une menace pour le modèle républicain ?

Observez ce qui s'est passé au fil des campagnes présidentielles. En 1995, le grand thème, c'était la lutte contre la fracture sociale, on se demandait alors encore comment vivre avec l'autre. Sept ans plus tard, en 2002, le thème dominant est devenu la sécurité, se protéger de l'autre dans une société fragmentée, inquiète et sans espérance collective. Politiquement, cela peut mal tourner. L'histoire a montré que le ressentiment et la peur nourrissaient le populisme. C'est pourquoi je pense que la question du vivre ensemble va s'imposer comme le thème central de la présidentielle de 2012.

Entre-temps, il y a eu la présidentielle de 2007, marquée par une forte volonté de rupture. En promettant trop, Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas pris le risque de beaucoup décevoir ?

Le moment est difficile pour les politiques : la distanciation par rapport à eux a rarement été aussi forte, en même temps il y a une très forte attente de réponses politiques. Cela traduit une inadéquation de l'offre à la demande. D'un côté, trop de gestion des émotions collectives, le plus souvent médiatisées, de l'autre, pas assez de construction d'une vision collective.

La politique n'est pas de l'ordre du magique. La question de l'appropriation, par les citoyens, de la décision politique, est devenue essentielle. Un seul exemple : les Français ont accepté l'interdiction du tabac dans les lieux publics une fois que la nocivité du tabac a été suffisamment démontrée. Ils accepteront d'autant mieux la réforme des retraites qu'on aura marqué la volonté de les associer au débat. Sur toute une série de sujets, on aurait intérêt à sortir du petit jeu politicien. Prenez le débat sur la TVA sociale, à mes yeux crucial si l'on veut résoudre le problème du coût du travail et de la sauvegarde de notre industrie. Il a été tué en quelques minutes par une petite phrase à la télé pendant la campagne des élections législatives de 2007.

Vous avez plaidé pour un défenseur des droits, créé par la révision constitutionnelle de 2008. Mais fallait-il vraiment qu'il absorbe les attributions de la Commission nationale de déontologie de la sécurité et du défenseur des enfants ? Une vive polémique a eu lieu.

Je crois que c'est un faux procès. Cette idée d'ombudsman à la française, que je défends, a été préconisée par la commission Balladur. En tant que médiateur, j'ai pu mesurer la nécessité d'avoir un pouvoir d'injonction sur les administrations, pour exiger des réponses plus globales. Constitutionnalisé, le défenseur des droits pèsera davantage que le simple défenseur des enfants. A l'évidence, les deux institutions qui seront intégrées auront plus de droits et de pouvoirs après la réforme qu'avant.

Serez-vous candidat à ce poste ?

On n'est pas candidat à ce type de poste. C'est le président de la République qui choisira celui ou celle qui présidera cette institution. Mais il est vrai que j'ai plus qu'un intérêt pour ce poste, j'ai une passion. Propos recueillis par Françoise Fressoz et Cécile Prieur

mardi 19 janvier 2010

Merci aux voleurs et aux assassins !!!

A tous mes nouveaux amis et à ceux à venir, à tous du Club de Domonique de Villepin, ce matin juste une refflexion pour ceux qui s'indignent de la souffrance de Haïti et qui se posent la question du " pourquoi ? ". Comme certains intervenants de programme TV qui osent courageusement et honnétement rendre publique la question de " S'il y a un Dieu, pourquoi permet-il toute cette souffrance injuste ?" .

Il ya a longtemps que j'ai trouvé MA réponse à cette question et je voulais vous en faire part afin de peut-être au moins essayer de vous apaiser un peu par une prise d'une conscience qui peut être bénéfique pour notre équilibre et meilleure acceptation de la vie... ce qui nous permettra ensuite, de mieux imaginer un monde nouveau, une nouvelle société plus réaliste de l'équilibre corps-esprit indispensable au bien être humain.

En effet au delà de la grande souffrance sur notre planète générée par la nature et aussi par nous même, il faut admettre que que l'on a souvent la chance de n'en être que le spectateur éloigné . Il me semble que ceci a une raison d'être : le fait de nous enseigner la valeur de la Vie. Car comment savoir que le froid existe si l'on ne connait pas le chaud, comment savoir que l'amour existe si l'on ne connait pas la haine. J'irrai plus loin, comment être honnète s'il n'y a pas de voleurs et comment être gentil s'il n'y a pas de méchants et même de cruels ?

C'est la loi des contraires. Il faut des guerres pour savourer la Paix... Alors mes amis, non seulement aujourd'hui et comme à chaque fois, il faut aider bien sûr Les Haïtiens et leur proposer ( et non leur imposer) une reconstruction de leur pays sur des bases qui transformeront ce pays en modèle du futur, ( Ne laissons pas les américains faire n'importe quoi ). Mais il faut comme à chaque malheur "remercier" ceux qui sont décédés, qui sont blessés, qui souffre et sont acteurs de cette catastrophe, car il nous aident Nous, Tous, à la compréhension de l'Essence même de la vie sans que nous soyions obligé de vivre la douleur dans notre propre chair. Merci aux assassins, car ils nous aident à ne pas être assassins nous-même pour comprendre la mort et la valeur de la Vie, merci aux voleurs car ils nous apprennent ce qu'est l'honnêteté sans avoir besoin d'être voleur nous même, merci aux menteurs, car ils nous apprennent à être authentiques sans avoir besoin de mentir nous-même...

La Vie n'est pas qu'une succession d'actes matérialistes, et ne se limite en aucun cas aux bien-être du seul corps.

Pour passer du stade du mammifère à celui d'humain, il nous faut apprendre et apprendre et apprendre toujours... puis rendre, rendre et rendre l'acquis pour continuer le cycle... Ceci s'appelle l'Amour... et il n'y a pas plus grande joie que l'acte de donner à l'autre...

Alors quelle peine pour ceux que la vie a choisi pour être les modèles contraires et qui pourtant sont nécessaires à notre équilibre psychique !!! Oui un peu comme le symbole plus compréhensible chez nous du Christ crucifié qui souffre dans la pénombre pour nous apprendre à nous par le simple exemple, sans le besoin de le ressentir physiquement, la douleur et donc la vision de son contraire: la paix-bonheur-amour dans la lumière.

Alors tout en continuant de les empêcher de nuire au maximum, bien sûr, mais plutôt que de les "battre" en essayant de les ramener vers le côté du bien, OUI remercions les voleurs car il nous enseignent l'honnéteté sans qu'on ait besoin d'être voleur nous-même, et remercions les assassins car il nous permettent de connaitre le respect de la vie et sa valeur sans que nous soyions assassins nous même, remercions le pédophile car il nous permet de connaitre le respect de l'intimité du corps d'un enfant, ou le violeur ( sinon nous serions comme les lapins ou les Bonobos), le dictateur car il nous permet de connaitre la Démocratie, etc etc etc...

Il faut respecter cela et Ceux qui font partie du "mauvais" côté et se rappeler qu'il y a toujours une raison aux choses de la Vie. Tout est voulu et pensé...

Alors je ne sais pas comment Dieu existe, mais je sais que l'Univers a été créé. C'est un miracle infini, sans dimension qui à ce niveau ne veut rien dire, et même si nous pouvions répondre à la question de " Qui est dieu, créateur de l'Univers ?, il faudrait encore ensuite se demander " qui est celui qui a créé celui qui a créé l'Univers et qui est celui qui a créé celui qui a créé celui qui a créé ;.. à l'infini !!! " Arrêteons de nous poser la question, elle n'a pas de réponse dans ce monde...

Ne doutons donc pas qu' une force créatrice existe et ce n'est pas parcequ'il y a les plus grands malheurs sur la planète que cette force n'existe pas. Au contraire, tout est voulu, pensé, créé au départ pour se développer dans une harmonie pas toujours compréhensible aux humains, mais bien en équilibre par rapport aux vrais finalités de la Vie.

Mes amis, sur des bases comme celles-ci, considérant l'Homme au premier plan dans son contexte universel, nous pouvons essayer de construire un monde meilleur pour passer enfin à une autre étape du développement de l'humanité.

Dans une structure comme celle de notre Monde du XXIème siècle il nous faut un leader pour traduire et conduire cette philosophie en politique et la mener à bien. A l'avenir toute notre organisation devra être basée sur le développement de la conscience de l'Homme et nons plus sur le proffit matériel.

A mon humble niveau, je tente " la chose" avec vous et Dominique De Villepin qui me semble pouvoir être notre OBAMA à nous, en mieux...

Je lui recommande aussi de nous traiter comme " ses enfants", et non pas comme des vers de Terre, comme le font la plupart des élus ( il y a des exceptions mais peu). Aucun enfant n'abandonnerait son père et aucun père ne trahirait ses enfants. Alors, une foi de plus dans l'histoire, et sans avoir peur des mots : M De Villepin, devenez notre père en nous considérant tous. ne nous traitez pas de loin. Chaque membre de ce club doit vous connaitre personnellement, physiquement même pour une minute et vous serrer la main les yeux dans les yeux... Le père du peuple en Russie n'a pas en son temps su se tourner vers l'amour. ce n'était pas un vrai père et il fut fourbe, mais Vous n'avez rien de cette fourberie semble t'il. Votre " souffrance" politique et personnelle par les attaque de la part de M Le Président Sarkosy sont gage de votre connaissance de la douleur et de l'injustice. Donc gage pour nous pour que vous agissiez en connaissance de cause contre les injustices au sein d'une nation, d'un continent et du monde... Votre âge, votre grande culture et votre image accessible, loin de la pédanterie d'un François Bayrou, vous permettrait de devenir un Père de notre nation. Faites-le, beaucoup seront avec vous et les autres suivront, mais ne vous trompez pas... et si vous n'êtes pas celui qu'on pense et que vous nous trahissez... alors tan pis et merci à Vous d'être un traitre, ce qui nous permettra de ne pas l'être nous même...Et ce sera parceque les temps ne sont pas venus pour faire disparaitre la " connerie infinie " dont parlait Einstein !!! Nous sommes avec Vous Monsieur DDV, soyez avec nous " à la vie à la mort ", je vous en prie, nous sommes fatigués de cet accouchement de l'humanité qui n'a que trop duré, nous voulons enfin commencer à respirer par nous-même et devenir des enfants seins puis des adultes responsables pour le bien de l'Univers tout entier...

Marc Lesnay/Lépinay le 19 janvier 2010 Maillé, 37800 ( Touraine) ( village martyr le 25 août 1945 - 124 femmes, hommes, bébés et enfants massacrés par les Nazi en déroute) www.maille.fr www.cledart.com

dimanche 10 janvier 2010

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin

Sociologue et philosophe. Né en 1921, est directeur de recherches émérite au CNRS, président de l'Agence européenne pour la culture (Unesco) et président de l'Association pour la pensée complexe. En 2009, iI a notamment publié "Edwige, l'inséparable" (Fayard). A lire également, "La Pensée tourbillonnaire - Introduction à la pensée d'", de Jean Tellez (éditions Germina)

LE MONDE | 09.01.10 | 13h08 • Mis à jour le 10.01.10 | 12h20

Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre ou alors il est capable de susciter un meta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose. Le système Terre est incapable de s'organiser pour traiter ses problèmes vitaux : périls nucléaires qui s'aggravent avec la dissémination et peut-être la privatisation de l'arme atomique ; dégradation de la biosphère ; économie mondiale sans vraie régulation ; retour des famines ; conflits ethno-politico-religieux tendant à se développer en guerres de civilisation.

A LIRE AUSSI Point de vue Pas facile d'imaginer "Sisyphe heureux" dans l'Algérie contemporaine, par Wassyla Tamzali Point de vue Fallait-il préférer sa mère à la justice ou affronter les ultras de l'OAS ?, par Messaoud Benyoucef

L'amplification et l'accélération de tous ces processus peuvent être considérées comme le déchaînement d'un formidable feed-back négatif, processus par lequel se désintègre irrémédiablement un système.

Le probable est la désintégration. L'improbable mais possible est la métamorphose. Qu'est-ce qu'une métamorphose ? Nous en voyons d'innombrables exemples dans le règne animal. La chenille qui s'enferme dans une chrysalide commence alors un processus à la fois d'autodestruction et d'autoreconstruction, selon une organisation et une forme de papillon, autre que la chenille, tout en demeurant le même. La naissance de la vie peut être conçue comme la métamorphose d'une organisation physico-chimique, qui, arrivée à un point de saturation, a créé la méta-organisation vivante, laquelle, tout en comportant les mêmes constituants physico-chimiques, a produit des qualités nouvelles.

La formation des sociétés historiques, au Moyen-Orient, en Inde, en Chine, au Mexique, au Pérou constitue une métamorphose à partir d'un agrégat de sociétés archaïques de chasseurs-cueilleurs, qui a produit les villes, l'Etat, les classes sociales, la spécialisation du travail, les grandes religions, l'architecture, les arts, la littérature, la philosophie. Et cela aussi pour le pire : la guerre, l'esclavage. A partir du XXIe siècle se pose le problème de la métamorphose des sociétés historiques en une société-monde d'un type nouveau, qui engloberait les Etats-nations sans les supprimer. Car la poursuite de l'histoire, c'est-à-dire des guerres, par des Etats disposant des armes d'anéantissement, conduit à la quasi-destruction de l'humanité. Alors que, pour Fukuyama, les capacités créatrices de l'évolution humaine sont épuisées avec la démocratie représentative et l'économie libérale, nous devons penser qu'au contraire c'est l'histoire qui est épuisée et non les capacités créatrices de l'humanité.

L'idée de métamorphose, plus riche que l'idée de révolution, en garde la radicalité transformatrice, mais la lie à la conservation (de la vie, de l'héritage des cultures). Pour aller vers la métamorphose, comment changer de voie ? Mais s'il semble possible d'en corriger certains maux, il est impossible de même freiner le déferlement techno-scientifico-économico-civilisationnel qui conduit la planète aux désastres. Et pourtant l'Histoire humaine a souvent changé de voie. Tout commence, toujours, par une innovation, un nouveau message déviant, marginal, modeste, souvent invisible aux contemporains. Ainsi ont commencé les grandes religions : bouddhisme, christianisme, islam. Le capitalisme se développa en parasite des sociétés féodales pour finalement prendre son essor et, avec l'aide des royautés, les désintégrer.

La science moderne s'est formée à partir de quelques esprits déviants dispersés, Galilée, Bacon, Descartes, puis créa ses réseaux et ses associations, s'introduisit dans les universités au XIXe siècle, puis au XXe siècle dans les économies et les Etats pour devenir l'un des quatre puissants moteurs du vaisseau spatial Terre. Le socialisme est né dans quelques esprits autodidactes et marginalisés au XIXe siècle pour devenir une formidable force historique au XXe. Aujourd'hui, tout est à repenser. Tout est à recommencer.

Tout en fait a recommencé, mais sans qu'on le sache. Nous en sommes au stade de commencements, modestes, invisibles, marginaux, dispersés. Car il existe déjà, sur tous les continents, un bouillonnement créatif, une multitude d'initiatives locales, dans le sens de la régénération économique, ou sociale, ou politique, ou cognitive, ou éducationnelle, ou éthique, ou de la réforme de vie.

Ces initiatives ne se connaissent pas les unes les autres, nulle administration ne les dénombre, nul parti n'en prend connaissance. Mais elles sont le vivier du futur. Il s'agit de les reconnaître, de les recenser, de les collationner, de les répertorier, et de les conjuguer en une pluralité de chemins réformateurs. Ce sont ces voies multiples qui pourront, en se développant conjointement, se conjuguer pour former la voie nouvelle, laquelle nous mènerait vers l'encore invisible et inconcevable métamorphose. Pour élaborer les voies qui se rejoindront dans la Voie, il nous faut nous dégager d'alternatives bornées, auxquelles nous contraint le monde de connaissance et de pensée hégémoniques. Ainsi il faut à la fois mondialiser et démondialiser, croître et décroître, développer et envelopper.

L'orientation mondialisation/démon-dialisation signifie que, s'il faut multiplier les processus de communication et de planétarisation culturelles, s'il faut que se constitue une conscience de "Terre-patrie", il faut aussi promouvoir, de façon démondialisante, l'alimentation de proximité, les artisanats de proximité, les commerces de proximité, le maraîchage périurbain, les communautés locales et régionales.

L'orientation "croissance/décroissan-ce" signifie qu'il faut faire croître les services, les énergies vertes, les transports publics, l'économie plurielle dont l'économie sociale et solidaire, les aménagements d'humanisation des mégapoles, les agricultures et élevages fermiers et biologiques, mais décroître les intoxications consommationnistes, la nourriture industrialisée, la production d'objets jetables et non réparables, le trafic automobile, le trafic camion (au profit du ferroutage). L'orientation développement/envelop-pement signifie que l'objectif n'est plus fondamentalement le développement des biens matériels, de l'efficacité, de la rentabilité, du calculable, il est aussi le retour de chacun sur ses besoins intérieurs, le grand retour à la vie intérieure et au primat de la compréhension d'autrui, de l'amour et de l'amitié.

Il ne suffit plus de dénoncer. Il nous faut maintenant énoncer. Il ne suffit pas de rappeler l'urgence. Il faut savoir aussi commencer par définir les voies qui conduiraient à la Voie. Ce à quoi nous essayons de contribuer. Quelles sont les raisons d'espérer ? Nous pouvons formuler cinq principes d'espérance.

1. Le surgissement de l'improbable. Ainsi la résistance victorieuse par deux fois de la petite Athènes à la formidable puissance perse, cinq siècles avant notre ère, fut hautement improbable et permit la naissance de la démocratie et celle de la philosophie. De même fut inattendue la congélation de l'offensive allemande devant Moscou en automne 1941, puis improbable la contre-offensive victorieuse de Joukov commencée le 5 décembre, et suivie le 8 décembre par l'attaque de Pearl Harbor qui fit entrer les Etats-Unis dans la guerre mondiale.

2. Les vertus génératrices/créatrices inhérentes à l'humanité. De même qu'il existe dans tout organisme humain adulte des cellules souches dotées des aptitudes polyvalentes (totipotentes) propres aux cellules embryonnaires, mais inactivées, de même il existe en tout être humain, en toute société humaine des vertus régénératrices, génératrices, créatrices à l'état dormant ou inhibé.

3. Les vertus de la crise. En même temps que des forces régressives ou désintégratrices, les forces génératrices créatrices s'éveillent dans la crise planétaire de l'humanité.

4. Ce à quoi se combinent les vertus du péril : "Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve." La chance suprême est inséparable du risque suprême.

5. L'aspiration multimillénaire de l'humanité à l'harmonie (paradis, puis utopies, puis idéologies libertaire /socialiste/communiste, puis aspirations et révoltes juvéniles des années 1960). Cette aspiration renaît dans le grouillement des initiatives multiples et dispersées qui pourront nourrir les voies réformatrices, vouées à se rejoindre dans la voie nouvelle.

L'espérance était morte. Les vieilles générations sont désabusées des faux espoirs. Les jeunes générations se désolent qu'il n'y ait plus de cause comme celle de notre résistance durant la seconde guerre mondiale. Mais notre cause portait en elle-même son contraire. Comme disait Vassili Grossman de Stalingrad, la plus grande victoire de l'humanité était en même temps sa plus grande défaite, puisque le totalitarisme stalinien en sortait vainqueur. La victoire des démocraties rétablissait du même coup leur colonialisme. Aujourd'hui, la cause est sans équivoque, sublime : il s'agit de sauver l'humanité.

L'espérance vraie sait qu'elle n'est pas certitude. C'est l'espérance non pas au meilleur des mondes, mais en un monde meilleur. L'origine est devant nous, disait Heidegger. La métamorphose serait effectivement une nouvelle origine.

Article paru dans l'édition du 10.01.10

dimanche 4 octobre 2009

VIDEO de MERCEDES SOZA " Un Niño en la Calle"

VIDEO DE MERCEDES SOZA " UN NIÑO EN LA CALLE " La chanteuse argentine Mercedes Sosa est morte

LEMONDE.FR avec AFP | 04.10.09 | 15h10 • Mis à jour le 04.10.09 | 15h10 La chanteuse argentine Mercedes Sosa est décédée, dimanche 4 octobre, à l'âge de 74 ans au terme d'une longue maladie. REUTERS/AMIR COHEN La chanteuse argentine Mercedes Sosa est décédée, dimanche 4 octobre, à l'âge de 74 ans au terme d'une longue maladie.

La chanteuse argentine Mercedes Sosa, l'une des voix les plus célèbres d'Amérique latine, est décédée, dimanche 4 octobre, à l'âge de 74 ans au terme d'une longue maladie, a annoncé la clinique où elle était en soins intensifs depuis le 18 septembre. Sur le même sujet

Celle qui fut surnommée "La Negra" a conquis les foules d'Amérique latine avec son timbre grave et puissant, sans jamais renoncer à son engagement politique, qui l'a poussée à l'exil sous la dictature (1976-1983). Eloignée de la scène à plusieurs reprises au cours des dernières années, en raison de problèmes de santé, elle avait réussi à enregistrer un dernier double album sorti cette année, Cantora ("Chanteuse"), avec des vedettes espagnoles et latino-américaines (Joan Manuel Serrat, Luis Alberto Spinetta, Caetano Veloso, Shakira).

CALLE 13 Y MERCEDES SOSA: CANCION PARA UN NIÑO EN LA CALLE envoyé par fabianscabuzzo. - L'info video en direct.

Cette femme d'origine indienne aux longs cheveux noirs laisse plus d'une quarantaine de disques, elle qui déclarait encore récemment : "Jamais je n'ai pensé vivre de la chanson." Née le 9 juillet 1935 dans la province de Tucuman (nord), dans la ville où fut célébrée l'Indépendance argentine le 9 juillet 1816, Mercedes Sosa a grandi dans un quartier modeste, bercée par la culture populaire, avant de devenir professeur de danse folklorique, vêtue de son traditionnel poncho rouge. Ses premiers pas artistiques datent des années 1960. Aux côtés de son mari, le musicien Manuel Oscar Matus, avec qui elle a eu un fils, elle rejoint le mouvement Nuevo Cancionero, qui dépoussière le folklore, et enregistre son premier disque "Canciones con fundamento".

Mercedes Sosa - Gracias a La Vida envoyé par Cornebidouille. - Clip, interview et concert.

Dans les années 1970, elle s'essaye également au cinéma, notamment dans deux films du réalisateur argentin Leopoldo Torre Nilsson (El Santo de la espada et Güemes). Mais à la fin de la décennie, vient le temps de l'exil pour cette militante communiste. En 1979, elle est arrêtée lors d'un concert à La Plata, tout comme les spectateurs. Mercedes Sosa n'a plus le droit de chanter et même si elle n'est pas interdite de séjour dans son pays, elle préfère s'installer à Paris puis à Madrid. Elle ne retournera en Argentine qu'en février 1982 pour une série de concerts à Buenos Aires. Par la suite, elle se produira dans les lieux les plus prestigieux comme la Chapelle sixtine au Vatican (1994), le Carnegie Hall de New York (2002) ou encore le Colisée de Rome (2002) lors d'un concert pour la paix, auquel participa notamment Ray Charles.

Sur le plan musical, Mercedes Sosa était une provocatrice née, défiant les tenants de l'orthodoxie, en mêlant le folklore au rock ou en enregistrant des disques avec des chanteurs d'opéra. Elle contribua aussi à la diffusion mondiale de l'œuvre de la poétesse chilienne Violeta Parra. Sa carrière lui a valu de recevoir de nombreuses récompenses, comme en 1992 lorsqu'elle fut déclarée citoyenne d'honneur de Buenos Aires. "Ces prix ne me sont pas seulement décernés parce que je chante, mais parce que je pense. Je pense aux êtres humains et à l'injustice. Je pense que si je n'avais pas pensé, mon destin n'aurait pas été le même", a-t-elle affirmé un jour.

dimanche 31 mai 2009

MAIS ALORS QUI EST COUPAPLE ??? EUROPE !!! SANS REFORME DES INSTITUTION PAS D'EUROPE POSSIBLE. DESINTERET NORMAL DES CITOYENS LAISSES POUR COMPTE ET QUI SUBISSENT ET NE PEUVENT PAS PARTICIPER !!!

" Mais alors qui est coupable ? "

30 mai 2009

Joschka avait raison

Dans tous les pays d’Europe, on va probablement connaître dimanche prochain des taux d’abstention record. Sans doute, les citoyens se sentiraient-ils plus concernés par ces élections si l’Europe avait des institutions plus démocratiques et si le rôle du Parlement était plus clair.

Le débat européen serait nettement plus intéressant si, en 2000, avant l’élargissement, on avait écouté le ministre allemand des Affaires étrangères, Joschka Fischer :

«L’élargissement rend indispensable une réforme fondamentale des institutions, affirmait Joschka Fischer le 12 mai 2000 dans un discours historique prononcé à l’Université Humboldt de Berlin. «Comment imaginer un Conseil européen à 30 chefs d’Etat ? Combien de temps les réunions vont-elles durer ? Dans les institutions actuelles, à 30, comment parvenir encore à agir ? Comment éviter que les compromis ne soient de plus en plus étranges ? Il existe une réponse toute simple: le passage à un système entièrement parlementaire que demandait déjà Robert Schuman il y a 50 ans.»

Elaguer et mettre en place un régime parlementaire

«Les problèmes du XXIème siècle ne peuvent être résolus avec les recettes des XIX et XXème siècles, continuait Joschka Fischer. Une répartition précise des compétences entre la Fédération et les Etats nations devrait laisser à la Fédération uniquement les questions demandant à être réglées impérativement au niveau européen tandis que le reste demeurerait de la compétence des Etats. Il en ressortirait une Fédération élaguée, capable d’agir et compréhensible pour ses citoyens parce qu’elle aurait surmonté son déficit démocratique.»

Dans un système intergouvernemental (le système actuel), il n’y a que des Chefs de gouvernement et des Chefs d’Etat autour de la table de décision.

Or, sur une question importante, mettre un Chef en minorité est quasiment impossible car c’est prendre le risque d’humilier tout son pays. C’est donc la règle d’unanimité qui s’impose sur toutes les questions fondamentales. Mais chercher l’unanimité de 27 gouvernements, représentant toutes les couleurs politiques, c’est se condamner à adopter toujours le plus petit commun dénominateur. La règle d’unanimité est mortifère pour la démocratie. Et quand les politiques sont paralysés, ce sont les technocrates ou le marché qui font la loi.

Alors que si l’on adoptait un système parlementaire, si l’essentiel des décisions étaient prises par un gouvernement responsable devant le Parlement européen, des députés européens français pourraient être mis en minorité sans drame national puisque d’autres députés européens français seraient, eux, dans la majorité… C’est bien un débat politique (droite / gauche) qui est tranché dans un Parlement et non un combat entre nations.

Si l’on adoptait le fonctionnement parlementaire proposé par Joschka Fischer, l’ensemble de la Commission, le Gouvernement européen, serait d’une seule couleur politique (celle qui a la majorité au Parlement européen). Le gouvernement européen n’interviendrait que sur les questions pour lesquelles un pays isolé n’a plus vraiment de souveraineté, celles pour lesquelles nous devons absolument nous unir pour être efficaces : défense, diplomatie, monnaie, recherche, environnement…

On peut très bien avoir une diplomatie et une recherche communes en conservant des politiques différentes dans d’autres domaines : aux Etats-Unis, les lois et les modes de vie sont très différents en Floride et au Texas. De même, en Inde, le Kérala et le Bengale ont des organisations sociales assez différentes. Cela ne les empêche pas d’appartenir à une même fédération…

L’exemple indien est très intéressant. C’est la plus grande démocratie du monde. Sa constitution est une constitution clairement fédérale : l’Union indienne ne s’occupe que des domaines pour lesquels un des 28 états indiens n’aurait pas les moyens d’agir seul (recherche, monnaie, défense, relations internationales…). Et cette Constitution comporte une sorte de “Traité social” qui a permis de rassurer les Etats qui avaient le système social le plus avancé, comme le Kérala. Grâce à ce Traité social, ils étaient sûr de ne pas régresser, de ne pas être tirés vers en bas en intégrant l’Union avec des Etats moins avancés socialement. Ainsi, même si des Etats n’ont pas la même ambition sociale, même si le gouvernement élu au niveau de l’Union est très peu social, le Kérala est sûr de pouvoir garder ses spécificités.

Si l’on adoptait en Europe un système parlementaire, le gouvernement européen serait désigné par la majorité du Parlement européen pour mettre en œuvre le projet exposé aux citoyens avant les élections européennes. Il aurait cinq ans pour mettre en œuvre ce projet (le Conseil n’ayant qu’un rôle limité, comme le Sénat en France). L’Europe disposerait d’une fiscalité propre. Impôt sur les bénéfices, écotaxe ou taxe Tobin améliorée, un impôt voté par le Parlement européen financerait la défense, la diplomatie, la recherche, la politique agricole, les fonds structurels, l’aide aux nouveaux adhérents… Sur ces questions, tous les 5 ans, les élections européennes seraient l’occasion de vrais débats politiques. Les citoyens pourraient faire le bilan de la majorité sortante et décider de lui donner ou non 5 ans de plus… L’Europe aurait les moyens d’agir efficacement et rapidement sur tous les dossiers où la décision politique est aujourd’hui paralysée par l’unanimité.

En 2000, par sa force et sa simplicité (”L’Europe n’avance qu’avec des idées simples” affirmait souvent Jean Monnet ), la proposition de Joschka Fischer avait suscité l’enthousiasme de tous ceux qui veulent construire une Europe politique, capable d’agir dans le monde et de faire équilibre à l’hyper-puissance américaine. Hélas, pour des raisons sur lesquelles je n’ai pas la place de revenir ici, les propositions de Joschka Fischer n’ont pas été retenues.

Avons-nous renoncé à la puissance ?

En 1993, Shimon Pérès et les autres signataires des accords d’Oslo demandaient à l’Europe de les aider à construire la paix au Proche-Orient… Seize ans plus tard, nous n’avons toujours pas les moyens d’agir et nous en sommes réduits à prier pour que Barack Obama mette tout son poids dans la bataille pour construire la Paix entre Israël et la Palestine. Mais l’Europe est incapable d’agir par elle-même !

L’Europe est la première puissance économique du monde. Nous avons la monnaie la plus solide. Globalement, nous avons plus de diplomates et de militaires que les Etats-Unis mais nos diplomates et nos militaires sont éparpillés entre 27 diplomaties et 27 armées dont aucune n’a la masse critique pour agir…

En 2002, déjà, alors que nous n’étions que 15, nous avions nettement plus de diplomates et un peu plus de militaires que les Américains :

Chiffres 2002 __ Diplomates : Europe des 15 : 40.000 Etats-Unis 18.000__


Militaires : Europe des 15 : 1.553.000 Etats-Unis : 1.414.000

C’est évident : le problème est politique et institutionnel bien plus que économique.

Si, en 2000, nous avions accepté la proposition allemande de refondation démocratique de l’Europe, sans doute aurions-nous construit depuis une diplomatie et une force de paix capables d’intervenir au Darfour ou d’agir pour construire la Paix entre Israël et la Palestine. Hélas, en 2000, certains de nos dirigeants ont refusé de construire une Europe politique…

L’Europe est en train de renoncer à la puissance.

« Si, au cours des années 1990, l’Europe avait tenu ses promesses, le monde serait sans doute aujourd’hui bien différent : les Etats-Unis et le vieux continent négocieraient aujourd’hui à présent les termes nouveaux d’une relation fondée sur des puissances à peu près égales.

Dès 1992, les récriminations réciproques allaient bon train à propos de la Bosnie. La première administration Bush refusa d’agir. Les Européens déclarèrent alors qu’ils allaient le faire, soulignant que l’heure de l’Europe avait sonné. Mais cette déclaration devait rester lettre morte. Même en Bosnie, l’Europe ne pouvait se passer des Etats-Unis.

Pourquoi l’Europe n’a-t-elle pas réalisé la promesse de l’Union européenne en matière de politique étrangère et de défense, ni répondu aux sollicitations de certains de ses principaux dirigeants en créant une force militaire juste suffisante pour rétablir un certain équilibre et ainsi se soustraire, même modérément, à la domination de l’Amérique ?

Avec une population productive et très instruite de 400 millions de personnes, l’Europe dispose aujourd’hui de la richesse et des capacités technologiques pour devenir une puissance mondiale sur le plan militaire. A condition de le vouloir.

C’est Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères français, qui forgea le terme hyperpuissance pour désigner un mastodonte américain trop inquiétant par son pouvoir pour être simplement qualifié de superpuissance. (…) Après avoir un jour déploré l’hyperpuissance américaine, Hubert Védrine a cessé de parler du besoin de faire contrepoids aux Etats-Unis. Désormais, il hausse les épaules et déclare qu’il n’y a “aucune raison pour les Européens d’entrer en concurrence avec un pays qui peut livrer quatre guerres à la fois”… L’Europe est en train de renoncer à la puissance.

                                         Robert Kagan
                                         La puissance et la faiblesse
                                        Plon 2003

“Par défaut de volonté,

par insuffisance d’être,

par pleutrerie,

par instinct de servitude,

l’Europe est en train de se résigner

à n’être qu’un espace commercial régi par le libéralisme

et, politiquement, un dominion des Etats-Unis. »

                                         Jacques Julliard
                                         Le Nouvel Observateur

9 janvier 2003

Si un certain nombre de citoyens se détournent aujourd’hui de l’élection européenne, c’est que, « par défaut de volonté, par pleutrerie », les dirigeants européens n’ont pas été capables de construire de nouvelles institutions depuis la chute du Mur en 1989 et la réunification de l’Europe.

Quelques mois avant le référendum français de mai 2005, Joachim Bitterlich, ancien conseiller pour l’Europe du Chancelier Helmut Kohl, écrivait qu’une victoire du Non pourrait ne pas être dramatique si elle était l’occasion d’ouvrir à nouveau un débat de fond sur les institutions européennes. Il y a quelques semaines, en petit comité, il affirmait que si tel ou tel pays rejetait le Traité de Lisbonne, nous aurions à nouveau l’occasion d’ouvrir ce débat fondamental…

Comme Joschka Fischer en 2000, Joachim Bitterlich est convaincu que «l’élargissement de l’Europe rend indispensable une réforme fondamentale des institutions ». Il a raison.

Pierre LARROUTUROU est économiste.

Il vient de publier Crise, la solution interdite.

30 mai 2009 Publié Non classé | Lien permanent | Alerter

Commentaires 1.

Mille fois d’accord, mais quelles chances de voir une telle métamorphose s’opérer de mon vivant, ou de celui de mes enfants ? Vos billets sont désespérants, car ils soulignent en creux l’abîme qui existe entre les ambitions de nos politiques et celles des peuples. Si même La Crise(r)(tm) ne parvient pas à faire bouger les lignes, quel espoir (non-violent) reste-t-il ? Rédigé par : sknob | le 30 mai 2009 à 18:18 | Alerter

2.

Je ne trouve pas votre argumentation très convaincante et pourtant j’adhère volontier au fédéralisme européen version Fischer. Vous semblez appeler de vos voeux un échec de Lisbonne pour que l’on s’offre un grand soir de la construction institutionnelle auquel je ne crois malheuseusement pas. Si ce grand soir institutionnel démocratique avait dû avoir lieu il aurait déjà eu lieu, à vrai dire il aurait lieu actuellement, à l’occasion de ces élections européennes. Malheureusement ni les électeurs ni les représentants du (ou des) bon (s) peuple(s) européen(s) n’ont trouvé opportun de se saisir de cette question institutionnelle qui conditionne pourtant tout l’édifice, et donc l’efficacité de la réponse européenne à la crise. Après une crise institutionnelle, une crise financière puis économique très violente, rien de tel théoriquement pour exiger efficacité et donc clarification institutionnelle en Europe. Hors, … rien. Pas même de critique acerbe vers cette Commission falote alors que la maison brûle.

Je partage vos frustrations tant envers la Commission qu’envers les États, mais ma frustration trouve également sa source au sein même de ce parlement qui ne veut pas prendre le pouvoir, qui ne veut pas s’organiser pour réellement créer et animer une vie politique européenne. Là encore ces élections étaient une chance donnée aux députés sortant et aux partis politiques européens de répondre à l’échec institutionnel en s’appropriant le débat, en osant exister, proposer une campagne entre des projets de partis européens et non pas nationaux, en interpellant États et Commission, el sifflant la fin de la récréation et en proposant institution et réponse à la crise. Rien. Les Non au référendums ont apparemment laissé des traces…

Je ne suis pas partisan d’un régime purement parlementaire, mais je trouve qu’il manque du Mirabeau dans tout cela et qu’il manque le peuple qui a envoyé Mirabeau à l’Assemblée. Souvenons nous du serment du jeu de Paume, d’une assemblée qui s’autoproclame constituante, de ce député enflammé décidé à défier la force des baillonettes. Le parlement européen n’existera que s’il le veut lui-même, l’Europe politique n’existera que si les Européens le veulent vraiment. Le parlement européen a fait déjà tomber une Commission et fait tomber un commissionnaire italien. Espérons que ce n’est qu’un début. On attend.

Au lieu de chercher un nirvana institutionnel théorique inaccessible, prenons vite ce bâtard peu enthousismant qu’est Lisbonne, utilisons le cyniquement pour avancer, Monnet aurait dit pour ‘’continuer'’. Mais ayons aussi le cran d’envoyer des Mirabeau au Parlement Européen, c’est Mirabeau et ses admirateurs qui construiront la force du Parlement Européen. Baudelaire disait, est libre celui qui conquiert sa liberté, est l’égal d’un autre celui qui le prouve. Un peu dur mais malheureusement très vrai… Rédigé par : Jean Brochier | le 30 mai 2009 à 18:57 | Alerter

3.

M. Larrouturou

je suis entièrement d’accord, l’ Europe ne peut rester longtemps un simple marché commun alourdi par des milliers de bureaucrates: un fonctionnement parlementaire à la Fischer est bel et bien nécessaire. Mais cela suppose au préalable une reforme des partis: on ne saurait pas concevoir des centaines des partis dans des aggregations toujours variables suivant l’opportunité politique, nationale, personnelle. En d’autres termes on doit construire une Europe politique avec quelques partis transnationaux, qui parle à l’ensemble des citoyens Européens. Et vous voyez bien que cela ne sera possible que après le choix d’une ou deux langues officielles, problème de base de l’ Europe, ignoré et procrastiné à l’infini. L’Europe n’a pas choisi sa langue ni sa culture: comment pourrait elle choisir sa politique ? Rédigé par : habsb | le 30 mai 2009 à 23:20 | Alerter

4.

Je trouve intéressant toute piste destinée à sortir l’Europe de sa paralysie institutionnelle et de son déficit démocratique. Je pense que l’Europe a laissé passé un train: celui de la Défense européenne, qu’elle n’a pas résisté aux Américains sur le problème de l’indépendance européenne; le meilleur exemple est l’installation sur son sol d’un bouclier anti-missile américain (en Pologne). Si elle veut compter, dans le monde, et même terminer en avance sur les autres puissances, elle a la possibilité de jouer la carte de la paix mondiale, du désarmement et de l’interdépendance économique;elle peut être un laboratoire, un exemple, transposable pour une mondialisation réussie. Je ne crois plus à une Europe fédérale en tant que puissance forte mais je crois très fort à l’émergence d’un exemple européen pour la paix , la justice et la responsabilité environnementale. Rédigé par : Secouet Patrick | le 31 mai 2009 à 02:52 | Alerter

5.

Je n’aurai jamais une attitude péssimiste malgré l’apparence de mes propos et resterai quasi à jamais sur que même et surtout face au pire l’humain sera capable d’être clair-voyant.

Europe doit être c’est une certitude. Sa forme doit aussi évoluer, c’est un fait.

Pour cela, elle doit s’établir ainsi qu’être considérée à une autre échelle que celle des nations. Nous sommes dans une union de cultures différentes, cela engendre de facto une allonge au niveau temps pour que nous atteignons une certaine forme de perfection, que les crises égocentriques nationalistes doivent enfin être dépassées pour atteindre un âge de raison vitale, si nous voulons une vrai Europe.

L’euro-sceptisisme à raison d’être. Car, c’est la clair voyance du peuple qui dénonce l’évidence. Que malheureusement beaucoup de gens dans cette structure Européenne ne se préoccupent que d’une chose : leur avenir, via leur confort et la satisfaction égocentrique d’être au sommet d’une nouvelle montagne de pouvoir. Et de faire comme à leur habitude, utiliser cette outil comme un nouvel accès médiatique à leur stupidite promulgation personnel au sein de leur seul nation, voir pire obtenir ce poste pour atteindre une nouvelle forme de retraite bien méritée, d’où ne rien y faire et laisser les choses dépérir si cela doit en être ainsi … (au pire, doivent-ils se dire, j’aurai tjrs mon pays comme coussin d’une chute européenne éventuelle … superbe mentalité européenne à n’en pas doutée … hum). Le peuple constate de plus en plus … un rien, un vide de véritable action … pire des gens qui ne réfléchissent pas et s’oppose systématiquement (comme des marionnettes …) à tout ce qui pourrait risquer de réduire leur aura de perfection politique infantile et nationaliste tout en faisant ce qu’il faut pour ne pas trop casser ce merveilleux outil financier (qu’est l’Europe actuel) qui leur donne accès de nouveaux rêves bien farfelus … à l’échelle de leur brillosité stellaire ^^,

Il faut se battre pour cette Europe, nous n’avons pas le choix d’autres nations sont en train de grandir se rassembler à cette même échelle même si leur forme sont quelque peu différente. La nation musulman, chinoise, russe, d’amérique latine et bientôt, un jour Africaine se forme. Si nous ne sommes pas existant à cette échelle d’ici là, enfin stable et fort d’un certains dynamisme … nous n’aurons plus aucun choix sur notre avenir, nous n’en auront laisser aucun à nos enfants …

Que l’Europe s’effondre ? oui, c’est une possibilité mais cela ne sera pas la fin … au contraire ce sera probablement le renouveau d’une nouvelle union qui elle sera plus efficace car moins grande et surtout ne comprenant pas tous ces pays qui sont les instruments d’autres (usa, russie, etc) et qui nous paralyse depuis le début. Rédigé par : Ced | le 31 mai 2009 à 09:48 | Alerter

6.

Pour que les peuples d’Europe se mobilisent sur cette idée commune il faut qu’ils en débattent entre eux. Hors toute discussion est impossible du fait de l’existence de langues nationales. Les entreprises ont surmonté le problème, les dirigeants politiques dans leurs réunions de travail aussi : ils utilisent tous l’anglais. Dans les pays scandinaves tout le monde est capable de parler anglais. Ce n’est que lorsque les français, allemands, italiens, etc… auront laissé de coté une fierté mal placée et se seront donné les moyens d’une pratique courante de l’anglais que les échanges seront possibles et que l’idée d’un destin commun émergera. Rédigé par : Ferrand | le 31 mai 2009 à 09:51 | Alerter

7.

La compétence de ce parlement ne doit pas être étendue à la France, pays qui a rejeté sa participation à cette institution et aux autres figurant dans le bloc constitutionnel. Le traité de Rome lui-même, inclus, est désormais caduc en ce qui concerne la France: les citoyens ont refusé sa ratification.

dimanche 24 mai 2009

Il existe un "risque de grave crise sociale" dans le monde, selon Robert Zoellick

Je préviens tout le monde depuis Mars avec La Lettre au Président et au Modem. Personne ne veut entendre et pourtant voici aujourd'hui ce qu'écrit le président de la banque mondiale :

LEMONDE.FR | 24.05.09 | 12h47 • Mis à jour le 24.05.09 | 12h50

Le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a estimé, dimanche dans un entretien au quotidien espagnol El Pais, que la crise mondiale pourrait déboucher sur une "grave crise humaine et sociale, avec des implications politiques très importantes.

Les mesures de relance peuvent être déterminantes".

"Ce qui a commencé comme étant une grande crise financière et est devenu une profonde crise économique, dérive aujourd'hui en une crise du chômage", a-t-il ajouté. "Si l'on crée des infrastructures qui mettent les gens au travail, cela peut être un moyen d'associer des défis à court terme à des stratégies à long terme", a poursuivi M. Zoellick. "A mon avis, dans ce contexte, personne ne sait vraiment ce qui va se passer et le mieux est d'être prêt pour tout imprévu", a-t-il souligné. En savoir plus avant les autres, Le Monde.fr vous fait gagner du temps Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

Par zones géographiques, "l'Amérique latine s'est maintenue raisonnablement bien, même si le Mexique et l'Amérique centrale sont sous tension car ils dépendent beaucoup du marché nord-américain. L'Europe de l'Est est dans une situation délicate, en particulier les pays Baltes ou d'autres comme la Roumanie", selon M. Zoellick.

Autres "zones d'ombre", avertit le président de la Banque mondiale : "les dangers liés au protectionnisme et à la dette privée dans le monde émergent, malgré les aides du FMI". "Et il existe ce que j'appelle le 'facteur X', que l'on ne voit jamais arriver, comme la grippe" porcine, a-t-il ajouté.

La reprise économique "va être de faible intensité pendant une période prolongée" et "le chômage va continuer à augmenter", prévient-il, tout en soulignant que la "probabilité d'une Grande Dépression est faible, mais jamais nulle".

mardi 19 mai 2009

Une espérance de vie plus longue dope la croissance

LE MONDE | 19.05.09 | 13h59 • Mis à jour le 19.05.09 | 15h11 Nous vivons avec l'idée que la santé est un coût, et le vieillissement de la population un fardeau économique. Philippe Aghion, professeur d'économie à Harvard et membre du Conseil d'analyse économique (CAE) prend le contre-pied de ces postulats, dans une étude conjointe avec Fabrice Murtin, de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Recevez dès 9 heures les titres du journal à paraître dans l'après-midi Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts Sur le même sujet

Depuis 2005, il multiplie les publications dans lesquelles il démontre, seul ou en association, que "l'amélioration du niveau de santé se traduit par une baisse de la mortalité à différents âges". Et que "cet allongement de la durée de la vie à un effet positif sur la croissance du produit intérieur brut (PIB) par tête". Cet impact, affirme M. Aghion "joue autant pour les pays de l'OCDE que pour les pays en développement".

Un lourd travail statistique a permis de corréler santé et croissance. Les taux de croissance du PIB par tête sur les soixante dernières années - au plan national et international - ont été mis en relation avec les statistiques sur l'accroissement de l'espérance de vie et l'évolution des taux de mortalité par âge dans les différents pays. "En reliant ces deux séries, dit-il, on voit que, quand on réduit la mortalité, la croissance du PIB par tête augmente." Des méthodes dites d'instrumentation "prouvent qu'il y a une relation de causalité entre baisse de la mortalité et augmentation de la croissance".

Cette hausse du PIB par tête est mesurable. "Nos estimations montrent que si on double le rythme de croissance de l'espérance de vie, laquelle augmente actuellement de trois mois par an, on gagne un point de croissance du PIB. Ce qui est énorme, commente M. Aghion. Bien évidemment, doubler la croissance de l'espérance de vie représente un lourd investissement. Mais au bout, il y a le point de croissance supplémentaire souhaité par le président de la République."

Ces analyses nouvelles, qui tentent de cerner les facteurs constitutifs de la croissance, donnent un statut nouveau à la santé, qui devient "au même titre que l'éducation, une forme de "capital humain", soit un facteur structurant de hausse de la productivité du travail. Un individu en bonne santé est plus productif car moins souvent absent, plus endurant, avec de meilleures capacités cognitives et donc d'absorption de savoirs nouveaux."

"En outre, poursuit M. Aghion, un individu qui prévoit de vivre plus longtemps sera davantage incité à investir dans son éducation et celle de ses enfants, à se maintenir à niveau dans l'apprentissage des nouvelles technologies, car cet investissement lui sera profitable sur un horizon temporel plus grand."

CERCLE VERTUEUX

"Un individu vivant plus longtemps aura aussi intérêt à accroître son épargne tout au long de sa vie active pour s'assurer une retraite confortable. Cette épargne supplémentaire alimente à son tour la croissance du stock de capital physique, et donc celle du revenu par habitant", précise M. Aghion.

Ce cercle vertueux oblige à modifier nos perceptions quant au coût de la santé ou de l'éducation. "Si on appréhende la réforme de l'hôpital ou la réforme de l'université uniquement en termes de coût, on commet une erreur stratégique. L'école et l'hôpital doivent être réformés pour plus d'efficacité, mais ce ne sont pas des entreprises. Ces deux secteurs ont des "externalités" puissantes", ce qui signifie qu'ils rayonnent sur le reste du fonctionnement économique et social. "Toute réforme des systèmes éducatifs et de santé doit avoir pour objectif de maximiser le potentiel de croissance de l'économie", ajoute M. Aghion.

La croissance a également un effet en retour sur la santé. "Les progrès de la médecine ou de la qualité de vie vont de pair avec le développement. Mais notre méthode d'instrumentation permet de montrer l'effet causal de la santé sur la croissance", assure l'universitaire.

Les gains d'espérance de vie des jeunes et des actifs semblent plus à mêmes de se traduire en points de croissance supplémentaires. "Nos séries statistiques montrent que, au-delà de 65 ans, les progrès de l'espérance de vie sont encore corrélés à la croissance. Après 80 ans, la preuve est plus difficile à apporter."

M. Aghion espère que des progrès seront réalisés dans le traitement de la maladie d'Alzheimer. "De nouveaux traitements feront croître la productivité des seniors, dont nous cherchons à augmenter le taux d'emploi (à travers le recul de l'âge d'entrée) en retraite. Mais nous ne sommes pas encore en mesure de réaliser une analyse coûts-bénéfices précise des gains de croissance potentielle associés au traitement de cette maladie."

Yves Mamou

dimanche 15 mars 2009

A M Nicolas Sarkozy Président de la République

__VOICI LE TEXTE INTÉGRAL DE LA LETTRE ENVOYÉE DANS UNE ENVELOPPE GÉANTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE NICOLAS SARKOSY LE 16 MARS 2009 DEPUIS MAILLÉ EN INDRE ET LOIRE.

ORIGINAL EN PDF EN DATE D'ANNIVERSAIRE 1 AN APRES SA PUBLICATION

LES PHOTOS ET LE TEXTE DE CE SITE SONT LIBRES DE DROITS POUR UN USAGE NON COMMERCIAL A EXCEPTION DES ARTICLES DE JOURNAUX OU DE MAGAZINES CITÉS DANS NOS CONTENUS QUI PEUVENT ÊTRE RÉGIS PAR DES DROITS D'AUTEUR. (Voir conditions sur les sites des éditeurs d'origine)...

VOIR LA PREMIERE PARTIE DE LA LETTRE EN ESPAGNOL ( PRIMERA PARTE DE LA CARTA EN IDIOMA ESPAÑOL)

En Hommage au Président, philatéliste avéré selon la Presse, avec cette réalisation d'une lettre à l'ancienne, sur vieux papier, et un des premiers timbres français juxtaposé au dernier sorti... 160 ans les séparent !!!

Quant à la « République » elle cherche « la Lumière » au sein du Cosmos qui l’attend… pendant que les Hommes dorment sur « le Monde » en détresse …

AU PREMIER MAI IL Y A DEUX RÉPONSES VAGUES DE DEUX MINISTÈRES... MERCI TOUT DE MÊME !!! ON ATTEND PLUS ... PATIENCE !!!

Maillé, le 16 Mars 2009

M Nicolas Sarkozy

Président de la République Française

Palais de l'Élysée

75 008 Paris

«LETTRE A TOUS LES FRANÇAIS »

Monsieur le Président,

Je m'adresse à vous, par instinct de survie, au nom de tous ceux qui comme moi sont aujourd'hui terrifiés par la gestion et l’usage par les Humains de la Vie sur notre planète, avec les résultats cauchemardesques que l’on sait.

Au-delà du développement de ma réflexion sur l’état des Hommes au XXIème siècle et de l’avenir de cette société mondiale aberrante, je veux vous proposer ici le plan d’un programme d’action immédiate, sans attendre, à coût financier +plus que minime, pour faire sortir facilement de la souffrance morale et physique les «évincés» du monde du travail (C’est possible et testé sur 46 années), avec à la clé, sous votre quinquennat, la résolution ainsi des problèmes d’exclusion, de sécurité et de l’état dépressif des Français. Mais je dois aussi, avant de rentrer dans l’aspect concret de ce projet, d’abord développer intellectuellement ma vision +plus que réaliste, en tant que citoyen français et du Monde, sur l’état actuel et le futur à moyen terme de notre civilisation planétaire. Ce qui va suivre est d’une clarté limpide mais les pistes et actions futuristes que je suggère pour changer de cap ne doivent être considérées encore dans l’immédiat que comme une utopie pourtant à terme réalisable. Elles vous paraitront déplacées aujourd’hui, et bien lointaines de vos techniques et méthodes de gestions politiciennes contemporaines. (Qu’en est il de l’Europe, pensée par Napoléon, puis De Gaulle et toujours encore aujourd’hui au stade de ses premiers balbutiements !!!) Oui, il faudra être patient pour convaincre, mais sans retard y venir impérativement dès demain. Lisez les s’il vous plait jusqu’au bout avec patience et attention, vous ne perdrez pas votre temps. Car il faudra en tenir compte ensuite, pour la compréhension de l’étude de faisabilité immédiate de mon plan pour la réintégration sociale et humaine de nos citoyens dans l’exclusion ou la précarité qui en découlerait comme point de départ. Ce qui Vous permettrait de Nous engager concrètement aussitôt, sans plus de retard, dans cette nouvelle voie du futur. Après cette lecture attentive, je ne doute pas que vous voudrez bien au moins m’offrir l’opportunité de défendre ce programme devant vous et vos conseillers au plus vite… et me fournir les moyens et les collaborateurs qui permettront de le mener à bien…

Le Monde est aveugle. Les visions de base, les solutions proposées ou développées par les intervenants universitaires de tous bords mais sans expérience réelle «sur le tas», autres qu’intellectuelles, donc virtuelles et basées sur les actions du passé, sans nouvelle approche, sont délirantes. On veut résoudre par les mêmes méthodes les problématiques déjà crées par elles-mêmes auparavant. Cela ne peut pas fonctionner. Les responsables jouent à l’autruche, parce qu’ils n’ont pas de réponse tangible ou ne veulent pas porter atteinte à leurs privilèges. Ils tournent en rond comme un oiseau en vol dans une pièce sombre, derrière les carreaux d’une fenêtre lumineuse mais fermée et qui veut sortir à tout prix… Crash ! ... … K.O.! … Crash ! … ... K.O. … et … … décès par étourdissement et perte de conscience !!!

Alors que cela faisait déjà quatre jours pleins, qu’en m’interrogeant sur son bien fondé, je vous concoctais cette lettre basée sur une cinquantaine d’années de curiosité, d’expériences dans le monde, d’analyses personnelles et de réflexions (www.cledart.com), le matin du 10 mars, sur France-Inter vers 8h50, j’entends (comme un « signe » de la Vie) un commentaire qui m’encourage à vous la faire parvenir avec moins de doutes: (plus ou moins ceci): «Il faut créer de la richesse cérébrale, c’est la manière…etc., etc. …» !!! Ceci me redonne de l’espoir et me conforte dans mon action désespérée. Car, pour moi c’est un cas de conscience que de vous faire parvenir ce courrier. Vue la structure du monde actuel, et les milliers d’années sur lesquelles repose son élaboration, je prends le risque d’être assimilé maintenant, en ce siècle, par cette analyse, à un illuminé et à un« malade mental »… Peut-être est-ce trop tôt ? Mais il est pourtant impératif que l’utopie présentée ici devienne très vite réalité. Ce qui ne serait pas d’ailleurs une première dans l’histoire de l’humanité. C’est bien l’utopie des Hommes, au cours de leur histoire, qui a su faire évoluer positivement nos civilisations en apportant les idées nouvelles aux sociologues et aux scientifiques... Il faut se rappeler Jules Verne et aujourd’hui Enki Bilal mais aussi Platon, Socrate, Saint Augustin, Tommaso Campanella, Thomas More, Aldous Huxley, George Orwel et entre bien d’autres encore: Victor Hugo … qui comme exemple, contribue en son temps à rendre pacifiste le mouvement populaire. C’est grâce à lui que l’appellation d’États-Unis d’Europe, une autre utopie pacifiste, est répandue et que l’étiquette de «doux rêveurs et d’utopistes» est bravée. En 1849, il inaugure le Congrès de la paix de Paris en «humble et obscur ouvrier» et dit qu’il fait partie de ces «doux rêveurs» qui ouvrent brusquement la porte rayonnante d’un avenir délivré des fléaux des guerres. Ces idées choquent puisqu’elles font paraître «l’impossible et l’idéal». Pourtant, les idées pacifistes sont dans l’air et c’est toujours lors du Congrès de la paix de Paris qu’apparaît la résolution de déraciner les préjugés politiques et les haines héréditaires par une meilleure éducation de la jeunesse se fondant sur des méthodes pratiques. (Extrait du texte adjoint à continuation sur L’utopie et la Paix par Verdiana Grossi pour le Centre international de formation pour l'enseignement des droits de l'homme et de la paix : CIFEDHOP, en Suisse).

« Les nations comme les individus sont susceptibles d’éducation» Frédéric Passy (1er lauréat avec Henry Dunant du Prix Nobel de la paix,1901).

Le sort de la France, de L’Europe et du Monde (peut-être de la planète elle-même) dépend de la prise de conscience réelle par les Hommes de ce qui suit. C’est donc aussi le sort de nos propres enfants et petits enfants, les vôtres, les miens, qui est en jeu. C’est cela également, plus égoïstement, en plus de ma conviction profonde d’y voir clair, qui me pousse à friser le ridicule, ou à être catalogué d’illuminé et de fou, en vous adressant et diffusant cette lettre. Mais ce ne serait pas la première fois qu’un « fou » au départ, ait eu raison à l’arrivée… … alors qu’il était déjà trop tard et qu’il ne soit resté que les larmes pour pleurer !!!

Au-delà de cet aspect personnel, vous êtes le garant de la vie de TOUT le peuple français, par choix personnel de Nous le proposer, et parce que la majorité l’a concrétisé ainsi. LA FRANCE EST EN DANGER… Vous devez la sauver, c’est votre obligation. Si vous n’agissez pas, notre pays va couler lentement, mais sûrement durant les prochaines décennies avec le reste du Monde…et ce n’est pas la gestion de la crise par la politique actuelle qui va La sauver. Même si votre politique semble plutôt adéquate (en partie, car manque le social) adaptée au concept de société existant de nos jours. Mais ce modèle fou de société matérialiste mondialisée à outrance, sans tenir compte de la finalité humaine, basée sur la conservation égoïste et suicidaire du pouvoir par le profit par quelques uns minoritaires, nous mènera inexorablement, c’est certain, entre quelques décennies et un siècle au maximum, à la disparition totale de l’humanité.

Dans le passé les grandes Cultures antiques hyper développées, l’Egypte ou Rome, les Mayas et autres sociétés mésoaméricaines, les Arabes, Chinois et bien d’autres encore ont disparu sous le poids de leur orgueil, de leur laisser-aller, de leur incompétence et/ou de leur(s) action(s) « naturophage ». Mais elles étaient toutes de taille acceptable pour la planète et ne possédaient pas le dixième de notre développement industriel actuel. Elles pouvaient s’éteindre sans autres séquelles pour la Terre. Ce n’est pas notre cas aujourd’hui. Nous ne pouvons, c’est impératif, continuer de regarder sans agir la décadence de notre civilisation, avec EN PLUS l’extension de son modèle à tous les peuples du monde qui va les entrainer dans le même cahot à plus ou moins brève échéance … Les accords sur les actions écologiques à réaliser pour exploiter les matières premières et éliminer nos déchets ne sont pas suffisants. Dans l’immédiat ils sont fondamentaux, mais on doit aller beaucoup plus loin dans le futur très proche et pratiquer aussi dès maintenant l’écologie sociale et mentale, ce qui est totalement omis des plans de relance. L’attrait financier, le miroitement des profits obligatoires nous enferment dans une « prison sociale » masochiste et incontrôlable mettent l’Humanité en danger. Il est même bien possible que la planète elle-même ne résiste pas à notre mode de vie contemporain s’il continu à être mondialisé.

Engagé vous-même pour et avec Nous sur le long chemin de la création d'un nouveau monde occidental par le biais de la construction européenne, par ailleurs encore quelquefois bien « loufoque » et archaïque, vous ne pouvez pas vous dérober de proposer à TOUS vos homologues du Monde l’étude plus qu’urgente d’un virage social total. Profitant de la crise actuelle du système capitaliste, vous avez la responsabilité de faire étudier dès maintenant la création d’un nouveau système mondial de société humaine, dont la finalité ne sera plus celle de générer des différences entre les êtres humains, afin que seulement certains décideurs, puissants mais malades, puissent bénéficier seuls des bienfaits matériels, fruit du travail de TOUS. Ce qui, s’ils continuent ainsi, sera très bientôt par ailleurs la raison de leur propre anéantissement, puisqu’ils vont couler avec le navire Terre, qu’ils sabordent depuis si longtemps. De toute façon, s’ils veulent survivre, ils n’ont pas le choix, car malgré les lois créées pour les protéger, malgré les polices, malgré les armées à leur service, un jour proche (probablement au cours de ce siècle-même), il leurs sera demandés agressivement des comptes. Ceci par les « simples » hommes exploités et laissés-pour-compte depuis des millénaires mais devenus enfin conscients. Les matelots du navire Terre vont se mutiner devant les capitaines fous à lier, pour sauver leurs vies et leurs progénitures… et les armées de plus en plus « encore plus » intelligentes, elles aussi, risquent alors de les suivre. (Comme Madagascar en ce moment !!!)

Avec l'évolution de l'éducation, grâce aux systèmes informatiques fleurissants sur la planète, les peuples vont murir très vite (trois ou quatre décennies maximum) et tous ensemble tôt ou tard, grâce à leur conscience nouvelle, mener à bien la plus grande révolution de l'histoire de l'humanité. Ce sera une révolution planétaire, qui, à l'image de notre révolution française, ou de celles des grands pays du monde, détruira par la force le système qui opprime la majorité de l’humanité. Elle «condamnera à la disparition» les responsables qui devront rendre des comptes aux Peuples. (Les tribunaux Internationaux sont déjà créés. Ce ne sera que pour les plus «chanceux»…) Car les Hommes, croyez-le, seront alors avec eux d’une cruauté et d’une «sauvagerie» sans bornes et tous ces anciens tortionnaires de l’humanité, n’auront pas la «chance» d’accéder aux tribunaux. La douleur est trop grande, partout le mal est devenu trop insupportable par leur faute… S’ils doivent connaitre l’enfer, ce sera pour ces «négriers», ce Jour là. (Voyez par exemple comment fut «expédiée» en son temps, la sentence de Ceausescu!!!)

Ce soulèvement ne serait pas le premier de l’Histoire, mais en mondialisant l’économie, ils ont aussi mondialisé la Révolution prochaine… Mai 1968 n’en était qu’une répétition minimaliste avec la seule TV en noir et blanc et la radio comme relais internationaux… alors avec Internet … !!! Et plus proche de nous, demandez à son niveau à Renaud MUSELIER, Député RPR des Bouches-du-Rhône, venu seulement soutenir les manifestants, et, pourtant passé à tabac, sans défense, juste pour son statut de responsable politique, dans quelle attitude il a senti les 3 ou 4 syndicalistes de Marseille qui l’on envoyé à l’hôpital lors du blocage du Port en 1993 ? Alors avec 5 ou 6 milliards en colère … !!!

Cette grande révolution culturelle mondiale vient d’ailleurs à mon sens intellectuellement de commencer, avec l'élection démocratique du Président Obama, et, pour nous en France, avec la situation de l'Outre-mer et les démonstrations de rue continues. Voyez par exemple comment le peuple chinois appuyé par les militants de nos capitales (passage de la flamme olympique, ou voir article joint à la suite de ce courrier, etc.) commence déjà lui aussi, malgré l'immense répression, à se défendre. Ils ne se préoccupent pas des sanctions. Elles ne créent que des rancœurs plus profondes et des héros, donnant chaque jour plus de motifs et de courage aux innombrables parents de tous les pays du monde. Ceux-ci lassés de subir les outrages des nantis-esclavagistes des temps modernes, vont se rebeller, n'en doutez pas. Par instinct de conservation, tels des lions dont la progéniture serait en danger, ces géniteurs en colère, fatigués de tant d’injustice, « dévoreront » sans aucune hésitation les « agresseurs » potentiels. L’adrénaline estompe la peur, et le nombre vaincra !!! (M OBAMA est un modèle pour les peuples opprimés. Il est la preuve qu’ils ont accès eux-mêmes à la Direction de leur destiné s’ils s’éduquent et se réunissent. Il est leur oxygène, et ceci est indépendant de sa volonté. Il représente l’Homme et l’on n’y peut rien. Avec une image de protecteur, d’un calme responsable, et d’une impérative force de persuasion, ne laissant pas non plus de côté le fait qu’il possède si nécessaire les armes de la dissuasion, il symbolise comme «chef de sa Nation », l’action plutôt paternaliste mais moderne et respectueuse dans la non-violence, pour l’instant en tout cas… Malgré tous ses pouvoirs, il privilégie le dialogue, donc l’intelligence des Hommes pour orienter et NON ordonner… IL RESPECTE LES HOMMES… Il n’est pas certain que sans le Président Obama élu, la Guadeloupe se soit rebellée si tôt. Même si le feu en Outre-mer couvait depuis longtemps. J’ai senti cela lors d’un séjour d’un mois à la Réunion en Novembre dernier, juste après son élection.)

Si je fais des comparaisons entre le fonctionnement de notre société humaine et celle des mammifères, (Lions ou autres peut importe), c'est qu'effectivement, nous les Hommes, sommes restés encore aussi en majorité de grossiers mammifères mais en plus : prédateurs. Pourtant notre espèce ayant été choisie, par volonté de l'Univers, ou par hasard, qui sait, pour développer sur cette planète une supériorité cérébrale par rapport aux autres animaux, ne croyez-vous pas qu'à l'heure actuelle, où la connaissance sur notre état d'hommes a dépassé toutes les limites de l'entendement jamais imaginé par nos ancêtres, il serait temps de s'en servir pour «remercier» la Création. On pourrait alors avec de la volonté, concevoir enfin ce monde meilleur, juste et rempli de bien être qui grâce au développement des technologies à notre portée, peut nous permettre enfin aujourd'hui de commencer d'instaurer pour toute la planète une société égalitaire, basée sur une finalité équilibrée : corps / esprit ? … En commençant par nous réformer nous-mêmes et l’Europe, comme modèle pour le Monde… Une vie intérieure riche, qui nous imprègnerait tous, serait le reflet ici bas de ce qui nous attend si le paradis existe vraiment. L'intelligence entraîne la création, supprime l’agressivité car élimine les instincts qui sont contrôlés alors par l’usage de l’acquis intellectuel au moyen de l’éducation et l’expérience au quotidien. Ce simple fait, nous transforme en Etres supérieurs par rapport aux autres espèces. La créativité, par le biais de tous les moyens mis à notre disposition par notre cerveau pour «modeler la nature» : intelligence, sensations, émotions, est elle-même le moteur principal du bonheur de vivre terrestre. Ne dit-on pas par exemple que « l'Art est le langage de l'âme » et que « L’Homme conscient est le trait d’union entre l’Essence et le créé pour former l’Homme Entier »… et quoi de plus fort pour l’Homme que le ressenti des émotions et sentiments ? D’où, entre autres, les créations artistiques et culturelles qui ont cette finalité …

À ce sujet, nous devons dissocier l’œuvre, créée par l’homme, de la valeur matérielle que le marché lui donne, et qui ne veut rien dire. Ceci afin que tous puissions sentir devant l’œuvre créée ce moment d'espace temps, que l’humain géniteur de celle-ci, par son état de grâce temporel, a su imprimer dans la matière. La compréhension, la communion avec ce langage des âmes tous ensemble, est la clé du bonheur de l'humanité. Elle ne doit pas être réservée qu’aux élites qui en font mauvais usage, mais donnée à tous, partout sur le globe. Les sociétés tribales le savent bien avec leurs ustensiles et statuaire savamment sculptés, dans un but non artistique, et seulement esthétique pour, par le dialogue des Hommes avec les forces vitales, remercier et honorer «La Vie». Pour nous, ce n'est que par l'éducation profonde que nous y arriverons. Ceci n'entraînant pas une demande hyper matérialiste de la société, mais au contraire une finalité de bien-être intérieur, diminuant nos consommations et nos rejets jusqu’à des normes devenues enfin intelligentes et rationnelles, bien qu’amplement suffisantes.

Ceci doit être la seule finalité réelle d'une nouvelle société humaine mondiale.

UTOPIE ! IMPOSSIBLE ! C’EST UN FOU !!! Je perds mon temps !!! C’est ce que vous vous dites sûrement. Pourtant, je vous en prie, Monsieur le Président, allez jusqu’au bout de cette lettre…car je sais que j’ai raison…

Il n’y a pas d’alternative à ce que je vous décris si nous ne changeons pas de cap. A 59 ans, je le sais depuis l’âge de 13 ans. J’ai organisé ma vie pour le vérifier par moi-même. On pourra le confirmer en la regardant de près... Et comme j’aurais aimé avoir tort !!! Tous c’est confirmé lors de mes périples de part le monde et les sociétés humaines comme je le discernais déjà à cet âge…

Bien sûr, comme en science fiction, dont je ne suis pas adepte et dont je ne m’inspire pas, croyez moi, (seul l’amour des Hommes et de mes enfants orgueilleusement dans la modernité du futur car tous métissés, sauf un, me pousse, et ma vie active en est le témoin), il faut accepter que pour arriver à une société de vie intelligente, notre corps, machine admirable, doit être en parfaite condition de fonctionner. D'où l'obligation de continuer notre développement scientifique et industriel, afin de lui apporter tout le confort nécessaire à l'utilisation des forces qu'il contient. Dans un seul nouveau but : donner au cerveau toute sa capacité fonctionnelle. L’acte industriel devenant moyen et non une finalité comme aujourd’hui. L’acte marchand disparaissant de la face de la planète !!! La société nouvelle de 2100 doit être basées sur des règles de conduites responsables et « responsabilisatrices », au service de tous et chacun. (???…oui je sais c’est inimaginable !!!)

Mais le plus incroyable et encore plus utopique par rapport au présent, et pourtant encore plus indispensable pour demain, condition « sine qua non » (sans quoi non) à la résolution des maux de l’humanité EST que les Hommes ne doivent plus continuer de vivre en fonction seulement du référant matériel : LES MONNAIES. Ils ne peuvent plus accepter d’être jaugés et autorisés à vivre seulement en fonction du volume de métal, ou de papiers ou de chiffres, « possédé », sous forme de monnaies trébuchantes ou de comptes et cartes bancaires aux fonds virtuels et informatisés. Ceci fut «décrété» arbitrairement comme « l’étalon social et économique » par les «profiteurs idiots de l’antiquité », coutume qui est toujours de mise, mais qui es sûrement la plus grande bêtise et la plus grande erreur de toute l’histoire des Hommes. Comment peut-on accepter plus longtemps un système archaïque, basé sur une manière diabolique de contrôle par quelques hommes de leur pouvoir sur les masses prolétaires, il ya des millénaires, au sein duquel, encore aujourd’hui, le fait d’Avoir ou ne pas Avoir nous autorise ou pas à jouir ou non de la vie… Modernisé à outrance en nos temps «soi-disant » modernes par le système boursier, ceci nous amène à vivre, en cette année 2009, ne nous leurrons plus, LA PLUS GRANDE CRISE FINANCIERE ET SOCIALE DE TOUS LES TEMPS … Première conséquence concrète, pour boucher la fuite dans le bateau social qui coule, on décide aujourd’hui, 12 mars 2009, d’éliminer l’aspect financier de la raison d’expulsion immédiate de ceux qui ne peuvent plus payer leur loyer, jusqu’ à ce qu’on leur trouve un relogement !!! Enfin !!! … C’est un tout petit début de ce que je préconise. On en arrive, ce n’est pas trop tôt, et comme solution d’urgence, à commencer à «décider » la VIE sur des critères prioritairement humains, en supprimant l’élément financier qui hier encore était la cause principale des expulsions... Ce qui me donne raison dans mon analyse et la nécessité de développer un monde sans finance !!! …Au plan national par exemple : «ne pas pouvoir enterrer des lignes électriques haute tension», comme je l’ai entendu lors de la dernière tempête : «impossible ! Coût 1200 milliard d’€» et laisser des centaines de millier de personnes sans énergie pendant plusieurs semaines…avec répétition à la prochaine catastrophe, engendrant de nouveau pertes d’énergie humaine et des matériels à remplacer, alors que 6 millions de travailleurs potentiels sont au chômage indemnisé, se sentant inutiles socialement et qui (avec joie et passion, n’en doutez pas) pourraient s’en occuper bénévolement pour le bien de la Nation !!! Il suffirait de lancer intelligemment un défit citoyen (ne l’avons-nous pas fait lors des mobilisations guerrières ?) pour voir combien répondraient présents, surtout chez les jeunes et les 45/60 ans actuellement les plus laissés pour compte. Les femmes, protectrices par essence de leurs enfants et de la Nation, mais aussi productrice d’énergies intellectuelles et physiques extraordinaires y seraient en premières lignes, tant que l’action demandée n’est pas pour générer des profits aux spéculateurs, mais au seul bénéfice de la Patrie !!! (Voir Marianne, chef de file de notre Révolution, drapeau national à la main, prenant tous les risques sur les barricades, et figure symbolique sacrée de notre République). Ne pourrions-nous pas demander à nos militaires par exemple d’encadrer professionnellement de tels travaux pour la richesse et le développement plus rapide et définitif des infrastructures nationales ? Nous le faisons bien pour porter secours dans le monde lors des catastrophes naturelles ou humaines !!! Le concept de monnaies n’est pas indispensable pour notre organisation sociale. Il est même la résultante de tous nos maux, LA CAUSE, restant quant à elle, les quelques hommes imbus de pouvoir qui ont créés ce principe et ceux qui aujourd’hui encore n’ont pas eu la volonté humanitaire et/ou politique de s’en débarrasser. Ce qui est pire encore quant ils continuent d’en profiter en nous vampirisant jusqu’au sang…

Nous sommes au XXIème siècle que diable… Quel délire .

(MONNAIE = Matière : nom commun synonyme du très français et «cambronesque» « Merde », Philosophiquement la matière n’est que de l’excrément de l’univers comme nos « matières » sont l’excrément de notre Univers créé personnel, notre corps humain, construit à notre échelle à l’image du cosmos. Elles sont un moyen incontournable et indispensable à notre survie physique mais en aucun cas un but. Alors quand arrêterons-nous,-nous les sois disant vivants à l’éducation irréprochable, d’être «dirigés» par la matière ? Quand arrêterons-nous de prendre comme finalité de nos sociétés la vie matérielle qui ne devrait être qu’un moyen et non une fin ? Comme si la finalité de notre action quotidienne individuelle devait être de fabriquer et récupérer nos excréments pour en jouir abondamment en ayant oublié totalement nos sentiments et nos émotions !!! Dans le même schéma, quand arrêterons-nous de n’aspirer qu’au profit, de jouir goulument de «l’excrément de la Vie» tels des porcs qui s’y vautrent sensuellement ??? Est-ce que le Monde ne serait pas devenu seulement un vaste élevage porcin ?

Pourtant que la lumière est belle et saine. Pourquoi ne pas y retourner ? Pourquoi rester toujours dans l’obscurité ? Pourquoi ne pas revenir vers l’Origine : au Jardin D’Eden ??? Pour vivre, nous devons apporter, certes, notre contribution matérielle et/ou intellectuelle à la société pour maintenir notre corps en excellent état de fonctionnement puisqu’il est le trait d’union inaliénable entre la vie et la conscience. Mais l’organisation de cette activité doit s’établir en fonction de choix réalisés sur des critères différents que ceux de coûts et de profits ». Il faut utiliser le potentiel intellectuel individuel, créateur et/ou manuel, au service de tous, et, que la société nous donne en échange les moyens matériels de développer nos capacités, corporelles et mentales. Ceci existe déjà, et encore plus chez nous, en France. Comme par exemple, certains systèmes sociaux de base qu’il faut développer pour en faire une norme à un niveau très supérieur à celui actuel, contre les services rendus à la Nation et à la Communauté. De même que notre système de santé qui nous permet dans l’absolu d’avoir accès pour tous aux traitements médicaux, sans dépense personnelle. La nouvelle société doit être basée sur l’accès à la meilleure Vie pour tous contre le fait de collaborer avec Elle intelligemment, en créant la passion et le sens de notre utilité au sein de chaque citoyen, de façon organisée et structurée. Ceci sans notions de possession, de pouvoir, de monnaie, qui sont complètement étrangères au monde de l’Humain vrai. Ceci existe pour les soins médicaux, instaurons-le peu à peu pour commencer dès maintenant pour de larges tranches de notre vie quotidienne. Les impôts étant remplacés par les obligations d’être actif d’une manière ou d’une autre au sein de la Nation. Aucun homme passionné ne restera sans rien faire si la finalité est juste. L’activité est tellement génératrice d’émotions et de sentiments, donc de VIE. La paresse n’est que l’apanage de ceux qui s’ennuient. Finies les 35 heures, finie l’exploitation de l’Homme par l’homme. La vie quotidienne sera la Vie tout court… A chacun d’accomplir sa tâche selon ses propres critères intelligents et réfléchis, comme cela se passe déjà dans beaucoup de structures aujourd’hui qui laborent à temps variable selon un créneau normatif choisi. Le but étant de remettre le résultat escompté en temps donné et prévu par les coordinateurs de chaque tâche…

IL FAUT FAIRE DISPARAITRE LES MONNAIES DE NOTRE PLANETE !!! et créer une inter connectivité entre tous les membres de la société, indépendamment de l’âge, qui est une richesse et non un frein, comme à l’heure actuelle, pour des raisons d’agilité physique ou rapidité mentale : Jeunesse = vigueur - Maturité = savoir, elles sont complémentaires. Monsieur le Président, «On a vraiment perdu de vue le paradis». Il est grand temps d’y retourner en essayant dès maintenant de planter les bases d’un nouveau système humain qui pourrait générer de nouveau l’espoir d’un futur REDEVENU possible …

Cette société nouvelle du futur (TRES PROCHAINE ou mourir), doit être également construite non plus sur la dissimulation de la Connaissance, (ne vous fâchez pas s’il vous plait) comme c'est le cas actuellement, puisqu'aujourd'hui la finalité de la plupart des systèmes d'enseignement n'est que de former des producteurs et des consommateurs. Producteurs, consommateurs, et humains non-Humains, ils sont la base de notre système de survie. Vous laissez l’Homme dans «l’Ignorance » afin qu’il ne prenne pas la place des privilégiés du pouvoir. UN «bon» citoyen, lorsqu’il est bien intégré, n’est souvent plus ou moins qu’un homme formaté dans le moule du bon vouloir des puissants… Aujourd’hui l’Homme en général est +plus esclave que les esclaves du XVIIème siècle qui eux au moins avaient conscience de leur état et pouvaient donc essayer de s’en évader. Ce qui n’est pas le cas de la majorité des populations actuelles, pressées comme des citrons, bêtes comme des moutons et qui courent actuellement groupées en troupeau inconscient vers l’abîme de leur disparition… Misère culturelle partout !!! (Car «intellectuel», «diplôme», n’est pas forcement synonyme de Conscience et Connaissance) (Mais par instinct tout de même, pour la plupart d’entre-nous, pas de perte de l’impression d’un manque qui sera le déclencheur au moment crucial du réveil). Performance, performance !!! BAC plus 5, double maitrise, une en sociologie et une en gestion commerciale, pour 1220 € net par mois de salaire pour une technicienne du tout nouveau PÔLE EMPLOI !!! (France –Inter, « Un temps de Pochon »)... et souffrance parce que frustration de ne pas pouvoir être efficace… «On leur ment»… «On se sent mal». C’est la norme parait-il… C’est voulu, c’est infâme !!! Ceci est la description du quotidien de la société majoritairement intégrée dans le système, celle qui n’est pas exclue, l’autre partie, qui n’a «QUE matériellement» pas besoin de mon plan à continuation, l’autre France, que vous défendez à coup de milliards aux banques et aux industries… comme si un « sparadrap » pouvait enrayer les voies d’eau du paquebot !!!

Les Peuples en tiendront rigueur à ceux qui participent à ce génocide du Savoir planétaire au nom du profit et de la « matière »… Producteurs, consommateurs !

Le paradoxe est que le système de production /consommation s’essouffle quant on ne fabrique plus que des demi-producteurs-consommateurs, puisqu'une grande partie des Hommes producteurs est remplacée par des machines. Or, ce ne sont pas les machines qui consomment le plus mais bien les Hommes pour qui les produits ont été inventés. Mais l’utilisation des machines empêche que tous les Hommes aient un emploi ou une activité suffisamment «rétributrice», donc des revenus suffisants pour bien consommer. Il y a donc de moins en moins de consommateurs potentiels, (les retraités « riches » ne seront pas éternels pour soutenir la consommation) et ce système est voué à l'échec (rallongement de la vie, augmentation de la population, dévaluation du salarié à partir de 40 ans alors que l’on va vivre plus de cent ans en moyenne, lutte pour les coûts moindres, délocalisations, critères inhumains, manque de services et de contacts entre les Hommes. C’est la folie complète). Il faut arrêter ce monde barbare qui crée la souffrance, car basé sur la conquête de territoires réels et/ou sociaux, tels les mammifères mâles dominants qui doivent lutter ainsi pour la survie de leur espèce par la sélection du plus fort. Animaux ! Mammifères ! États desquels on devrait quand même penser aujourd'hui à s'éloigner, nous les Humains, afin d'assumer enfin notre rôle … …« peut-être ? »… … d’espèce supérieure. Mais serons-nous un jour supérieur, vraiment ?

NOUS SOMMES ENCORE DANS LA PREHISTOIRE… REVEILLONS-NOUS !!!

Pour cela, profitant de la grave crise humaine, et NON seulement financière comme on pourrait (ou vous pouvez le croire), et qui accable la majorité des hommes, il faut commencer ensemble à réfléchir sur des moyens de transition. Tout de suite, en urgence, IL FAUT COMMENCER à imaginer comment créer demain cette nouvelle organisation sociale à finalité seulement humaniste, en remplacement de celle actuelle matérialiste qui est devenue le cancer de la planète.

OUI il est temps de quitter cette Préhistoire, d’étudier et d’écouter les philosophes, les poètes et les savants, les Hommes, les Humains vrais, nos Pères spirituels, en sachant que de toute façon pour les rassurer et les rallier à cette cause, il faut inviter les nantis d'aujourd'hui et leur offrir la chance non seulement de conserver leur confort actuel, mais encore de l'augmenter par le bonheur intérieur de participer à l'évolution du monde universel et au sauvetage de la Planète... C'est la seule façon pour eux de se « sauvegarder » et de s’intégrer sans souffrance au nouveau Monde des Humains et de ne pas nous transformer, -Nous, le Peuple, encore une foi, en assassins. On ne veut pas le sang. Et il n’est pas trop tard... mais ne refusez pas la main tendue… (Quelques grosses fortunes, bien que minoritaires, ont déjà commencés à rejoindre la raison de La Vie, voir les articles scannés joints)… (D’ailleurs à ce sujet et dans ce même schéma, encore lui, M OBAMA semblerait vouloir engager le dialogue avec les Talibans non intégristes et même l’Iran sur le nucléaire ! N’est-ce pas ici le même concept de concertation et d’union intelligente mondialisée que je prône par cet exposé ? Où est donc l’utopie que vous pourriez voir dans mes réflexions ?)

En effet quoi de plus incroyable que de participer à éliminer par la culture, par l’entendement, par l’enseignement des Connaissances Vraies, cet état de bêtes sauvages qui anime encore aujourd'hui au XXIe siècle, et c'est incroyable, les quelques hommes au pouvoir, cause de ce carnage social. Ces hommes restés par ignorance encore « archaïques » ne savent pas le bonheur qu'ils perdent en n’étant pas humains. Comment peut-on mépriser les populations avec autant de dédain. Comment peut-on générer encore de nos jours directement ou indirectement autant de souffrances physiques et psychologiques et même de massacres d’hommes, de femmes et d'enfants ? Comment peut-on laisser mourir physiquement et intellectuellement des continents complets, parce que la seule raison d'être du monde moderne serait la possession de biens matériels et de pouvoirs ? Et ne nous voilons pas la face : «J’ai vu dans ma vie de part les continents bien des hommes mourir de faim, mais aussi combien, inconscients, autour de nous aujourd’hui, «mourir» de « trop manger » ??? (Matérialisme à outrance et/ou obésité vraie depuis l’enfance maintenant)

On se rend compte, lors de séjours sur place ou reportages, qu’encore quelquefois, certaines populations autochtones protégées de nos concepts diaboliques sont restées aujourd'hui bien plus «sereines » que nos civilisations à l’occidental modernes ? Est-ce qu'il leur faut des systèmes bancaires, monétaires, intellectuels, pour trouver dans la vie l'essence même du bonheur ? Demandez-leurs. Ils rient souvent de nous voir tels des pantins désarticulés, nous débattre au milieu de nos consciences polluées pour essayer de trouver un sens à la vie. Eux ont conservés avec ravissement et humilité depuis des générations, l’héritage de la sagesse de leurs ancêtres qu’ils vénèrent, ce que l'on reconnaît maintenant dans notre monde moderne jusque dans les plus grands musées et Centres de Culture du monde entier. Et si on les touches, comme le serpent offrant la pomme: ils meurent !!! Ne serait-ce pas la un signe d’alarme envoyé par la Vie pour nous tous ???

Au musée du Quai Branly à Paris… véritable dépositaire de la sagesse humaine… il faut étudier le simple geste quotidien et sa raison d’être, par exemple pour y rencontrer l’enseignement, la philosophie, la conscience de la vie pure, non souillée, comme lors de l’exposition en 2007 sur «les objets réparés» pour lesquels la restauration est un choix conscient au lieu du remplacement, une marque de savoir, de respect envers la trajectoire existentielle de l’objet «chargé» de la vie de tous ses utilisateurs passés, un véritable acte initiatique … ou bien aussi, entre beaucoup d’autres, les peintures symboliques sur écorce des Aborigènes d’Australie… etc. ). Quel pourcentage de notre société française a eu accès à ces prémices de la Connaissance ? (et même si les fréquentations des musées sont maintenant quelque peu supérieures grâce au tourisme international et à la gratuité, (peu d’augmentation du nombre réel de visiteurs concitoyens), lors des visites, où sont les vraies explications massives qui entraineraient la Communion des visiteurs «communs» avec les Hommes qui ont réalisés les œuvres ?)… Mais par contre nous les encourageons à chaque pas de la vie quotidienne à acheter des supers héros, jouets de plastic minables, fabriqués à la chaine par les enfants-esclaves des sociétés totalitaires !!! (Selon les médias, les chaînes TV commerciales ne s’attachent t’elles pas par des programmes trop superficiels à «préparer les cerveaux pour y faire entrer les messages publicitaires de ses annonceurs pendant les coupures publicitaires ?») Et quelle est cette attitude de nos concitoyens soit disant instruits par notre école républicaine qui se laissent ainsi voluptueusement berner « vautrés comme des Romains » dans l’ambiance chaude de leurs salons «polyestérisés» ?

A leur décharge, et c’est pour changer cela que je prends des risques aujourd’hui en diffusant ce texte, les consommateurs en sont souvent inconscients… Je leur dis «ne m’en voulez pas». L’Amour des Hommes et de la Vie sont mes seuls moteurs… Qu’ils cherchent à me comprendre avant de me lapider, et qu’ils se regroupent pour établir la Vérité… Ne nous laissons plus «masturber » par l’éloquence des «puissants». Ils ne sont pas nos amis et ne nous considèrent pas, comme le suggérait avec dérision le plus que brillant mais «irrévérencieux» Luc Ferry en son temps à Jacques Chirac. Au retour d’une visite à un des rassemblements altermondialistes, Luc Ferry, envoyé par le Président en «visite d’évaluation» de ce mouvement citoyen lui rendit compte de son impression par ces mots : «ils ne sont qu’une bande de «veaux» peu dangereux ». (Confidences faites avec humour (noir) lors de son exposé développé lors de la soirée des débats du Chêne de Michelle Alliot- Marie, (plus de 300 personnes présentes rue de L’Université à Paris le 14 janvier dernier à 18h, dont le Premier et autres Ministres et une poignée de journalistes qui n’en ont jamais soufflé mot). (Et de rappeler à M Luc Ferry que ce sont ces «VEAUX» qui ont construits de leurs mains, à la sueur de leur corps endolori, Versailles, l’Elysée, Paris, Venise, Kheops, le Taj Mahal et tout ce qu’il aime de sculptural dans le Monde… On se demande quelle philosophie est celle qu’il pratique, avec son verbiage parfait et son talent de grand enfant bourgeois trop choyé… Et pourtant que vous êtes brillant Mr Ferry !!! C’est pour cela qu’il faut vous pardonner cet écart, vous laisser le bénéfice de circonstances atténuantes dues à la «griserie» du pouvoir et de la rhétorique)… Mais tout de même, quand va-t’on rétablir la remise à l’honneur des travailleurs et du travail manuel dans nos sociétés. (Louis XVI n’était-il pas horloger à ses heures, le dernier Empereur de chine en exil : jardinier et n’est-ce pas les mains miraculeuses de la frêle Camille Claudel qui ont sculpté au marteau et au burin dans le plus dur minéral quelques uns des plus grands chefs d’œuvres de notre histoire de l’art pré-contemporain ?

Évidemment, aujourd’hui comme toujours, l’état de conscience des derniers Hommes n'est viable que lorsqu'on laisse aux peuples la possibilité de développer leur société locale. Car lorsqu'un dirigeant, souvent dictateur, généralement issue de leur propre état, aussi esclavagiste que les esclavagistes du XVIIe siècle, convainc une armée de le soutenir contre quelques pouvoirs ou poignées de diamants, et avec la complicité de la communauté internationale, évidemment la vie paisible, généreuse, créatrice et passionnante avec conscience intérieure n'est plus possible. D'où la misère des peuples et des continents qui se sont laissés dominer par des croyances «conditionnantes» criminelles et archaïques ou par la force des armes modernes souvent par ailleurs occidentales …

Mais les Hommes se réveillent et la démocratie se développe ainsi de par le monde avec sa dose d'éducation et donc de savoir puis de conscience. La Chine, l'Inde, en sont deux grands exemples. Mais si le savoir technologique arrive, la Conscience citoyenne du saccage social et écologique, n’est pas encore au rendez-vous. Que va-t-il se passer si l'on ne fait rien et qu'on les laisse se développer à ce rythme vertigineux sur notre modèle passé, sans les prévenir, en les regardant réaliser les mêmes erreurs que notre monde occidental. Tout chez nous n’est que paillettes. Mais dessous, réellement ? Existe-il dans nos modes de vie ce réel paradis auquel croient les flots d’immigrés qui essayent de nous rejoindre à tout prix ? Que ce soit d’ailleurs en se déplaçant chez nous, ou en nous mimant chez eux… ce qui est aussi grave pour leur propre futur…

Il est certain que si la planète a pu résister aux indigestions de matières premières et aux déjections de notre petit monde, de notre petite société occidentale, elle ne résistera pas aux mêmes excès multipliés par 10, 20 ou 100 de tous les hommes devenus que des producteurs et des consommateurs. La catastrophe est imminente. Et vue la vitesse d’évolution de nos technologies, on ne verra peut-être même pas le XXIIème siècle. Si nous n'agissons pas tout de suite, en changeant de cap social, cette planète ne se sauvera pas de la destruction. Peut-être que la nature est plus forte que l'on ne le croit, et que seule l'humanité disparaîtra, mais ceci revient au même pour nous les Hommes. Et l’on détruira en même temps peut-être toute la vie animale du Globe… et pourquoi pas aussi végétale… en a-t-on le droit ? Sommes-nous si machiavéliques, masochistes et imbus de nos soi-disant certitudes ??? Mais, Monsieur le Président, depuis votre position privilégiée, est-ce que cela vous préoccupe vraiment, là-bas au soleil de Manzanillo ou à Mexico, ce bout de ma deuxième patrie que je connais si bien (double nationalité Tourangeau-naturalisé mexicain) ? Demandez alors à votre épouse et à vos enfants s’ils ont envie de tenter l’aventure ? Veulent-ils vraiment attendre sans rien changer, en profitant des meilleurs produits de consommation de luxe, juste pour voir si ce que je pressens n’arrivera pas !!! Et ont-ils envie de faire prendre ce risque à leurs enfants, vos petits et arrières petits enfants ? … … (Frissons !!!) …

Non assistance à famille, à Patrie, à Humanité en danger … ce serait lourd à porter cette responsabilité devant les Vôtres, devant NOUS et devant l’HISTOIRE !!!

Non, Monsieur, refusez cela !!! S’il vous plait !!! Les Lobbys vous utilisent… restez avec Nous du bon côté !!! (Faites confiance aux conseils de Carla, autre personnage de notre politique qui humanise votre image et celle du pays. Malgré ses origines qui auraient pu la faire basculer, sa famille et elle-même ont l’air d’être du bon côté… il nous semble !!!) L'instinct de conservation doit Vous, Nous pousser à réagir tout de suite. Il faut abandonner d'urgence les clivages politiques, les batailles de partis, l'immaturité des dirigeants imbus de pouvoirs et d’orgueil, les guerres de religions, pour s'atteler tous ensemble dès que possible, au plus vite, à la tâche de construire ce monde humain que la Vie même demande aux Etres qui composent notre communauté internationale. Il faut faire enfin naître l’Homme «Entier », le Vrai, celui dont parlent aussi comme moi ici, les Mayas Quiché, dont le texte à ce sujet et gravé en toutes lettre sur le fronton d’une des portes intérieures droite du patio du Musée d’anthropologie de Mexico et issu d’un de leur deux plus beau livres Le POPOL- VUH, littéralement « Livre du Conseil » ou «Livre de la Communauté» : «¡Qué aclare! Que amanezca en el cielo y en la tierra. No habrá gloria ni grandeza Hasta que no exista la criatura humana, El hombre formado.» (Que la lumière soit ! Que le jour se lève sur la Terre comme au Ciel. Il n’y aura pas de Gloire ni «d’Excellence» jusqu’ ce qu’existe la Créature Humaine, l’Homme Accompli.)

Ce qui prouve bien que ce but est universel et non seulement régional et/ou occidental… et, gravé dans la mémoire des Hommes, trouve ses origines aux débuts des temps. Ce qui nous autorise à offrir aussi ces concepts à tous les peuples du Monde, qui voudront bien le comprendre, l’analyser et l’adopter. Notre destin est commun. Nul ne peut en douter. Plus personne ne peux évoluer égoïstement de son côté, sans se préoccuper des résultantes de son action sur les autres peuples.

MOBILISATION GENERALE, MONSIEUR, MOBILISATION GENERALE, française, européenne puis mondiale… Et nous en avons parfaitement les moyens…

Monsieur Sarkozy, vous nous avez prouvé durant votre présidence à la tête de l'Europe que vous savez convaincre. Le président Obama pourrait, dans sa lignée nouvelle, commencer à comprendre notre point de vue et s’allier à l’Europe et à toute la planète. C’est une main tendue par la Vie que cette élection historique… Il faut réunir tous les hommes aux pouvoirs et créer des états généraux pour la sauvegarde immédiate de l'humanité. L’écologie seule n’est pas suffisante. Résoudre les problèmes de la finance n’est pas la solution unique si vous laissez le problème humain de côté. Il faut enfin commencer à dessiner les bases d’une société future dans le but d'apporter une vie de bien-être à tous les hommes de cette planète unique. Il faut abandonner ce qui ne fonctionne plus, ce qui est dépassé et le remplacer par autre chose, avec les mêmes «Talentueuxs» qui ont dirigés les industries et les finances pour leur grande expérience, pourquoi pas, en leur insufflant une autre base d’idées de départ !!! Et en leurs adjuvant surtout tous les nouveaux talents qui n’attendent que cela de part toutes les nations… Pas de guerre ! De l’intelligence, de la concertation, de l’action, de l’humain partout… dans la paix peu à peu pour éviter ainsi le cahot qui sans cela ne manquera pas d’en résulter. Tous y viendront avec le temps sans recourt à la force, en suivant l’exemple des pionniers… Il semblerait que Nous et notre système solaire soyons une exception dans l'univers. C’est ce que disent les scientifiques, éloignant pour l’instant, la possibilité d’existence d’autres êtres vivants dans le cosmos. Alors respectons-nous en respectant le miracle de cette Création peut-être unique dans l’Univers.

Il paraitrait que déjà, certains Hommes fortunés l’aient compris. Ils agissent en créant la conscience, ou en s’impliquant dans la conservation de quelques paradis écologiques idylliques sur la planète. C'est le cas par exemple, entre autres, de Bill Gates, qui grâce à son entreprise, celle qui indirectement donnera par sa technologie, la liberté sans le vouloir, aux hommes de cette Terre, passe son temps maintenant avec sa Fondation à apporter du meilleur à une partie de la population défavorisée de notre planète. Mais ont-t-ils vraiment raison de s’occuper seulement de minorités. C’est comme s’ils s’attaquaient à colmater quelques trous du navire, alors que l’urgence est la réfection totale de la coque qui va lâcher bientôt de toutes parts ? Oui pour ces actions, mais en changeant plutôt de grands madriers structurels qu’en colmatant seulement quelques brèches superficielles!!!

J'imagine qu'il y a de nombreux cas comme Bill Gates parmi les seuls 4% de la population de la planète et qui sont au pouvoir, qui me donneront raison. Et si nous les amenons à cette conscience du danger imminent et du bien fondé d’engager ensemble, de façon coordonnée, le plus grand chantier universel de l’histoire de l’humanité : la construction, par tous les Hommes, du monde de demain, alors tous nous rejoindront tôt ou tard. (Quelques copies d’articles au hasard jointes sur ce fait du Magazine GO de février 2009)

J'ai quant à moi essayé de faire ce que j'ai pu pour apporter tout au long de ma vie www.cledart.com quelques gouttes de réconfort intellectuel à ceux qui m'ont côtoyé. Et je continue… C'est aussi pour cela que je vous ai écrit plusieurs fois, pour vous proposer une action facile et peu couteuse dont je vais développer les grandes lignes à continuation. Je n’ai eu en retour qu’une ou deux réponses formatées hors sujet, de vos services, que je respecte, mais qui semblent complètement inconscients de la gravité du sujet. Ce que je peux comprendre vue la masse de courrier à traiter. Je suppose qu’ils n’ont pas le temps de tout analyser... Je n’ai donc pas d’autre choix que de vous contacter de nouveau d’une manière différente, mais cette foi en rendant publique en même temps ce courrier afin de ne plus perdre de temps, et ainsi, essayer plus fortement de provoquer une réponse de votre part ainsi que des forces vives de cette Nation et des autres qui le désireront.

Ne pouvant vous rejoindre dans une Rolls Royce rose à petits poids, afin de me faire remarquer et être reçu par Vous, je me permets de vous faire parvenir cette enveloppe géante, qui je l’espère, et à moindre coût pour moi, passera moins inaperçue qu’un simple courrier et aura attiré votre attention… pour que, si vous êtes en train de lire ces lignes, on ait pu enfin vous en faire parvenir personnellement le contenu original…Veuillez donc trouver ci-joint à continuation, de nouveau, une présentation succincte du projet que je vous envoie depuis deux ans maintenant, sans réponse de votre part, et qui intègre seulement, en attendant mieux, pour commencer sa mise en place sans retard, des moyens financiers actuels déjà existants en grande majorité dans le budget social de la Nation.

Il est certain que pour essayer ne serait-ce qu'à visualiser, et ma prévision, et l’idée de base développée ici, il vous faut, en tant qu’homme de pouvoir, lâcher du lest, respirer à fond et vous ouvrir à un autre concept de vie que peut-être vous n'avez jamais considéré. Peut-être êtes-vous, vous aussi, sans le vouloir vraiment, le produit d'une société superficielle, intellectuellement seulement matérialiste et arriviste, qui vous empêche de voir la réalité du contenu de la vraie Lumière. (Je ne veux pas croire que vous en soyez complice volontairement). J’ai plutôt l’impression que vous voulez faire bien, mais que, faute d’autres options, faute d’autres références, vous faites au mieux. Un homme dur, parce qu’il veut faire bien, mais un homme tout de même perdu devant l’abime, la monstruosité de la tâche !!! Vos sentiments quelquefois débordent et votre «timidité introvertie » vous humanise aussi !!! C’est ce que je ressens et c’est aussi pour cela que je m’adresse à Vous. Bravo pour votre courage, indépendamment des erreurs, vous avez essayé. Qui peut le faire réellement de tous ceux qui vous «assassinent» par ignorance et dérision ? Avez-vous toutes les armes en main pour réussir ? Les financiers, les lobbies, vous laissent ils vraiment le choix? En tout cas, s’il vous plait, ne perdez pas cette opportunité de «prendre en marche le TGV de l’histoire»... et de participer en première ligne à la construction d’un vrai monde nouveau qui fait défaut à toute l'humanité. Sous peine de voir la disparition à très court terme de celui que vous protégez aujourd’hui, et qui n’a vraiment plus d’avenir…

Malheureusement, dans le doute que ce courrier soit mis au rebut par vos fonctionnaires avant qu’il vous arrive, en même temps qu’a Vous j’ai du retransmettre cette lettre aux médias, en espérant que quelques-uns la rendent publique. Tous mes contacts de la société civile européens mais aussi du monde l’on reçue par les moyens électroniques à ma disposition et le service postal classique. S’ils la trouvent opportune elle ne sera pas enterrée avant même de commencée à être étudiée et pourra alors ressurgir en cas de fin de non recevoir de votre part… J’aurai préféré vous en donner la primeur pour attendre vos réactions. J’en suis désolé… mais c’est tellement difficile pour un citoyen de base de parler franchement et librement à son Président…

C'est pourtant à Vous directement, M Sarkozy, pour votre position privilégiée et votre modernisme volontaire, que je m'adresse aujourd’hui pour prendre la barre du vaisseau. Il me semble que cette tâche vous irait bien, comme elle irait bien à notre pays, vu son passé et son histoire. L’humanité vous en serait gré. Je vous communique donc, en annexe à suivre, après quelques pièces jointes, un résumé de ma proposition de plan d'action réalisable dans l’immédiat, pour toute la France, envers ceux qui souffrent dans notre pays, notamment chômeurs , RMIstes , retraités , condamnés , exclus de tous genres , afin d’en faire dès maintenant la nouvelle richesse sociale et humaine de notre Pays et résoudre dans un temps plus que très court, une ou deux années, les maux de notre société française, comme un modèle possible, par notre exemple, pour les autres qui le désireront…

Avec tout le respect du à l'homme et à la fonction, veuillez agréer, Monsieur le Président, Monsieur Nicolas Sarkozy, l'expression de toute ma Considération Distinguée.

Marc Lesnay/Lépinay

Président de La Fondation Culturelle Marc Lesnay A.C.

___

pouvoir OU VICTOIRE ?

LA VIE EST UN JOYAU CREE

POUR FAIRE CONNAITRE A L’HOMME

LE GOUT DE LA VICTOIRE ...

L’HOMME A FAIT DE LA VIE UN FAUX JOYAU

POUR FAIRE CONNAITRE A L’HOMME LE GOUT

DU POUVOIR...

VICTOIRE !

POUVOIR !

L’UN EST "DIVIN"

L’AUTRE EST HUMAIN

QUI VEUT LE POUVOIR ?

CELUI QUI N’A PAS LA VICTOIRE !

MAIS « LA VIE » EST VICTOIRE

ELLE POSSEDE TOUT LE POUVOIR.

L’HOMME AVEUGLE NE VEUT PAS LE VOIR

IL VEUT TOUT LE POUVOIR

POUR GAGNER LA VICTOIRE.

L’HOMME LUTTE CONTRE L'UNIVERS,

SE CROIT LE MAITRE DE LA TERRE,

MAIS AUCUN POUVOIR,

JAMAIS,

N’ATTEINDRA

LA VICTOIRE ...

MARC LESNAY (1975)

__

DE L'UTOPIE DE LA PAIX A LA CULTURE DE LA PAIX

Extrait du texte sur L’utopie et la Paix par Verdiana Grossi pour le « Centre international de formation pour l'enseignement des droits de l'homme et de la paix : CIFEDHOP » en SUISSE. Texte complet et autres sur leur site web.

http://www.cifedhop.org/publications/thematique/thematique8/grossi.html#IV

De l’utopie de la paix à la culture de la paix

L’une des caractéristiques principales des utopies est qu’elles traversent les siècles en reprenant des thèmes déjà chers à Platon, Socrate, Saint Augustin, Tommaso Campanella, Thomas More, Aldous Huxley, George Orwell. Des traités philosophiques à la science fiction, tous ces écrits ont en commun un monde non-existant qui se présente sous la forme d’un lieu : de la République de Platon, à La Cité de Dieu de Saint-Augustin en passant par toute une série de représentations de pays imaginaires comme le pays de Cocagne, les îles paradisiaques, ou encore le rêve de mondes meilleurs.

L’utopie de la paix en tant que valeur universelle est souvent associée à d’autres concepts, en particulier, à ceux de liberté, de démocratie et de solidarité, véhiculés par les premières figures emblématiques qui prônent ce type de paix : Victor Hugo et Giuseppe Garibaldi.

Victor Hugo contribue à rendre le mouvement pacifiste populaire. C’est grâce à lui que l’appellation d’États-Unis d’Europe, une autre utopie pacifiste, est répandue et que l’étiquette de «doux rêveurs et d’utopistes» est bravée. En 1849, il inaugure le Congrès de la paix de Paris en «humble et obscur ouvrier» et dit qu’il fait partie de ces «doux rêveurs» qui ouvrent brusquement la porte rayonnante d’un avenir délivré des fléaux des guerres. Ces idées choquent puisqu’elles font paraître «l’impossible et l’idéal». Pourtant, les idées pacifistes sont dans l’air et c’est toujours lors du Congrès de la paix de Paris qu’apparaît la résolution de déraciner les préjugés politiques et les haines héréditaires par une meilleure éducation de la jeunesse se fondant sur des méthodes pratiques.

Giuseppe Garibaldi, quant à lui, apporte une contribution à la fraternité entre les peuples. Lors du Congrès de Genève de la Ligue de la paix et de la liberté, en 1867, il tient les propos suivants : «Toutes les nations sont sœurs. La guerre entre elles est impossible...»

En affirmant que la fraternité et l’amitié entre nations rendraient la guerre impossible, Garibaldi redonne espoir aux peuples d’Europe et le modèle des États-Unis d’Europe représente, pendant plusieurs décennies, le modèle d’un système idéal vers lequel le continent doit s’acheminer. Nouvel ordre politique, centré sur la démocratie, mais également nouvel ordre juridique qui va permettre à tous les peuples d’accéder à leurs droits.

Les Nations deviennent les composantes à partir desquelles le nouvel ordre de la paix régnera. La morale universelle devrait appliquer aux relations internationales les mêmes principes de justice et d’humanité, appliqués dans les relations privées.

Les États-Unis d’Europe n’ont certes pas vu le jour sous la forme prévue par Hugo et Garibaldi. Néanmoins, après 1945, l’Europe n’a cessé de tendre vers une organisation plus politique de sa communauté économique initiale. Quant au recours des États à l’arbitrage international celui-ci a trouvé dans la création de la Cour internationale d’arbitrage, qui a succédé aux Conférences de La Haye, un lieu où désormais est consacrée la primauté du droit sur la guerre.

L’aspect social de la paix marque la rupture entre utopies politiques et utopies économiques ; entre ceux qui prétendent que pour parvenir à la paix il faut la révolution et la guerre, et ceux qui, au contraire, condamnent la guerre sous toutes ses formes. Ces derniers sont beaucoup plus rares. Le recours à la guerre semble être le seul moyen envisagé pour que les peuples deviennent libres. Cette fracture se retrouve également au sein des socialistes et des anarchistes qui prônent un changement radical de société. Ainsi la paix oscille entre une état violent et non-violent. La violence est justifiée en tant qu’outil qui libère l’homme de son joug et le rend libre. Une fois libéré, l’homme pourra se consacrer «à la fondation d’un ordre nouveau» et poser les fondements d’un modèle qu’il a imaginé et qu’il essaye de mettre en pratique. L’imaginaire et le collectif se préparent et se travaillent. Imaginer une décade entièrement consacrée à la paix, c’est faire preuve à la fois de réalisme et de prophétie. L’homme a besoin de s’habituer aux nouvelles idées. Il a besoin de figures emblématiques qui représentent un concept, celui de la paix. Pour faire vivre ces idées, l’éducation à la paix doit puiser dans le réservoir des lauréats du Prix Nobel et dans le réservoir institutionnel.

Quoi de plus controversé lorsque, par exemple, en 1998, Microsoft s’empare de personnages charismatiques parmi lesquels Gandhi pour en faire des égéries de ses icônes tapageuses? Salman Rushdie n’a pas manqué de dénoncer ce phénomène : «Gandhi est devenu un concept flottant... une partie du stock de symboles culturels disponibles, une image qu’on peut emprunter, utiliser, détourner, réinventer dans toutes sortes de buts, et peu importent l’historicité et la vérité.»

Microsoft serait-il devenu le porte-parole de la non-violence pour représenter l’ère de la mondialisation? Et Gandhi, un personnage qui a refusé la modernité, un symbole pour représenter l’ère de la mondialisation?

En guise de conclusion

Hélas, on ne peut donner de sens qu’à un enseignement qui s’inscrit dans la pratique. Enseigner des concepts tels que les droits de l’homme et la culture de la paix, c’est démontrer les liens entre théorie et pratique, entre textes juridiques, chartes, ou déclarations et la réalité, proche ou lointaine. C’est également nouer des liens entre présent et passé, entre inconnu et connu, entre rêve et réalité en voie de réalisation. C’est également créer des moyens d’agir, d’observer, de comprendre et, surtout, d’élargir à travers une meilleure connaissance de l’autre, son horizon culturel et humain.

Ayant pour but suprême l’amélioration de l’homme dans le sens large du terme, l’éducation à la paix a dû sans cesse lutter, et ceci depuis ses débuts, contre les mentalités environnantes. Celles-ci étaient et sont encore, dans la plupart des cas, des mentalités belliqueuses, centrées sur la compétitivité, le gain et la concurrence.

Finalement, cette éducation est le produit de l’utopie, mais elle est transformée en quelque chose qui devrait permettre aux États de mieux y adhérer. Alors quel est le côté par lequel il convient d’aborder l’éducation à la paix? Par la création de matériels pédagogiques? Par des réformes? Par des manuels d’histoire ou par leur révision? Ou encore par la mondialisation et la création d’institutions supérieures qui «codifieraient, coordonneraient et organiseraient» l’éducation en la comparant, en la classant, en l’élaborant, comme l’ont proposé Otlet et La Fontaine?

Toutes ses tendances reflètent les hésitations mais surtout le cheminement d’un travail qui a procédé d’abord en éveillant l’intérêt parmi le public des instituteurs. Allaient-ils s’intéresser tous soudainement à la paix? Ou, au contraire, fallait-il les sensibiliser? Revoir les manuels chauvins qui véhiculaient une idéologie nationale qui mettait en jeu «l’ennemi», le «boche» et «l’autre»? Ou, fallait-il travailler davantage sur l’enfant et l’homme, leur psychologie, leurs instincts d’agressivité? À tout cela vont s’ajouter les problèmes d’une époque, d’une société marquée par deux guerres mondiales : l’émergence du nucléaire, la décolonisation, les problèmes d’environnement, de pauvreté? Ainsi chaque cause a ses leaders. Chaque utopie cherche à se réaliser à travers quelques figures emblématiques qui vont montrer l’exemple même à l’école.

La dialectique de l’utopie de la paix est confrontée dans sa mise en œuvre, aux diverses composantes de celle-ci. Certaines de ces composantes peuvent se réaliser, d’autres ne se réaliseront jamais. Les utopies perdraient-elles, dès qu’elles se réalisent leur caractère dynamisant? Est-ce dire que les utopies sont des représentations sans lesquelles un projet ne se réalisera pas? Et du moment qu’il se réalise, perd-il le côté utopique qui a été à sa source?

Et comme le disait Lucian Boia, historien des mythes et de l’imaginaire, en se référant à l’Europe, le grand problème est l’adaptation du tandem identité et altérité. L’Europe ne peut donc pas se faire contre les identités nationales. Quoi qu’il en soit, une chose semble certaine pour Boia : «l’Europe se fera aussi dans l’imaginaire ou ne se fera pas.» Nous sommes tentés de dire que «la culture de la paix se fera aussi dans l’imaginaire ou ne se fera pas».

Nous voici au cœur de cette année 2000, vouée entièrement à la «culture de la paix» et aussi au cœur de la décennie 2000-2010, Décennie internationale pour la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde. Aura-t-il fallu attendre un nouveau millénaire pour tenter de mettre en pratique dans les relations culturelles des peuples les mots de non-violence et de paix? Les nations seraient-elle enfin prêtes à s’éduquer réciproquement, comme le laissait entendre Frédéric Passy?

La paix est souterraine. C’est une décision intérieure, mais aussi collective que prendront les hommes qui auront décidé de ne pas tolérer la violence dans toutes ses formes. Éduquer à la paix, c’est ne pas abandonner l’espoir «d’élever l’homme». Et comme l’a écrit l’écrivain norvégien Bjoernstjerne Bjoernson au début du siècle : «La force n’est pas dans la victoire. Le plus fort est celui qui fait un pacte avec l’avenir». Voilà une façon de croire encore dans le bien-fondé des utopies!


_

MA PROPOSITION CONCRÈTE

…Et ceci résoudrait entre autre ce que vous demandez pour la violence dans cet article rajouté ici à continuation en dernière minute !!! Mais aussi la souffrance sociale et psychologique de nos concitoyens …

"Nicolas Sarkozy réclame un plan contre les "bandes violentes"

NOUVELOBS.COM | 12.03.2009 | 10:33Le chef de l'Etat réagit à l'intrusion d'une vingtaine de personnes cagoulées et armées dans le lycée professionnel de Gagny.

Nicolas Sarkozy a demandé, mercredi 11 mars, à Michèle Alliot-Marie "de lui présenter d'ici fin mars un plan d'action" pour renforcer la lutte contre les "bandes violentes", après avoir reçu des élèves et enseignants de Gagny (Seine-Saint-Denis), théâtre d'une expédition punitive, a annoncé la présidence. "Le chef de l'Etat a assuré que tout serait mis en œuvre pour qu'un tel événement ne se reproduise pas" car "l'école doit rester un sanctuaire, préservé, plus qu'aucun autre lieu, des violences de toute nature", affirme l'Elysée.

Il a demandé aux ministres de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et de l'Education Nationale Xavier Darcos, qui ont tous deux assisté à l'entretien, "de lancer, en concertation avec les collectivités locales concernées, une réflexion destinée à renforcer par des mesures opérationnelles la sécurisation des établissements scolaires", précise-t-on de même source.

Rapidité d'intervention

"Parallèlement, il a demandé à Michèle Alliot-Marie de lui présenter d'ici fin mars un plan d'action destiné à renforcer la lutte contre le phénomène des bandes violentes", ajoute-t-on. Selon le communiqué de la présidence, lors de l'entretien, Nicolas Sarkozy a "salué le comportement exemplaire de l'ensemble de la communauté éducative du lycée, ainsi que la rapidité de l'intervention de la police qui a permis l'arrestation de 13 individus".

Treize jeunes de 14 à 20 ans étaient en garde à vue mercredi soir au commissariat de Gagny, dont trois directement en lien avec l'expédition punitive menée mardi par une bande cagoulée et armée au lycée Jean-Baptiste Clément, selon une source judiciaire ;

A ceci, je réponds humainement, NON !!!

__CECI EST UNE REALITE MAIS LES SOLUTIONS REPRESSIVES OU « D’EDUCATION-DRESSAGE » QUI SERONT SUGGEREES VRAISSEMBLABLEMENT NE RESOUDRONT RIEN !!! LES HOMMES NE SONT PAS DES CHEVAUX ET L’ART DU DRESSAGE ANIMAL NE SERA JAMAIS DE MISE AVEC L’HUMANITE… (voir l’ambiance dans les prisons) MON PROGRAMME, PAR LE RESPECT DES HOMMES, LEUR INTEGRATION PASSIONNANTE ET INDISPENSABLE AUX BIENFAITS DE LA NATION PAR L’EDUCATION HUMANISTE ENRICHISSANTE ET LA MISE EN JOUISSANCE DE LA VIE DES HOMMES PAR L’USAGE PAR CHACUN DE L’INTELLIGENCE, EST LA SEULE SOLUTION… CES JEUNES, SI NOUS LES FORMONS SERONT LES MEILLEURS «PROFESSEURS» DE MON CONCEPT, DES DEMAIN, SI VOUS LEURS DONNEZ UNE CHANCE. SINON, ILS NOUS DETRUIRONT … ET (philosophiquement) ILS N’AURONT PAS TORT CAR «VOUS» CONTINUEZ DE CONTRIBUER A CREER «VOUS-MEMES» PAR HABITUDE DEPUIS LE DEBUT DES TEMPS, LA LOI DE LA JUNGLE… AUTORISEZ-MOI À LE PROUVER… Guy BEDOS a déjà fait en son temps une expérience absolument positive en ce sens dans une banlieue de Paris…__

« UNE NOUVELLE RENAISSANCE »

__Proposition de création d’un réseau national de structures de développement artistique dans chaque commune française afin d’intégrer l’Art dans la vie quotidienne de TOUS les citoyens, en utilisant la main d’œuvre et la richesse intellectuelle disponible parmi les artistes déjà formés, les intermittents du spectacle, les exclus des activités professionnelles comme RMIstes, chômeurs, retraités, condamnés à une peine de justice selon critères, sans abris, sans papiers, industriels et millionnaires partenaires, etc. …

…afin de remettre de l’humain dans notre vie quotidienne , de l’intérêt à la Vie , et , en supprimant la souffrance psychique chronique par une vie intellectuelle riche et profonde , avec à la clé une reconnaissance sociale , résoudre enfin les problèmes de dépression , de violence et de pauvreté de notre société , etc. .__

…L’ACTE « ART-CREATION » POURRAIT DEVENIR AINSI LE CARBURANT DE LA NOUVELLE POLITIQUE SOCIALE PLANETAIRE…

Ayant décrit suffisamment dans la lettre de présentation les fondements de ma motivation, je vous demande officiellement, monsieur Le Président, de former une équipe nationale afin de pouvoir y apporter, sur la base de ma propre expérience, ma collaboration de coordinateur et concepteur, pour l’élaboration puis la mise en marche d’un plan de participation au changement effectif de société qui est nécessaire pour le futur de humanité, selon les critères qui suivent.

En effet si 6 000 000 ou bientôt 7 000 000 et plus de nos concitoyens (chômeurs, contrats précaires, minimas sociaux, etc.) sont en disponibilité faute d’activité à leur proposer pour de seules raisons financières, puisque les machines les ont remplacés, il faut s’ingénier à les réintégrer utilement dans notre société pour leur redonner, par un projet personnel, équilibre psychologique et sens profond de leur utilité au sein de notre nation.

Tous, TOUS, tous les maux de notre pays peuvent être résolus vraiment par ce plan. Puis ainsi, sur ce modèle, s’ils le désirent, ceux de l’Europe et du Monde. On n’a pas le choix, il faut maintenant que nous avons les technologies pour créer du bien-être matériel, avec la fabrication robotisée des outils, qui entraine la libération de plus en plus du temps pour les Hommes, il nous faut permettre aux Humains de remplir de façon passionnante les créneaux libres de leur vie qui de plus s’allonge largement chaque nouvelle année scientifique qui passe.

Dans notre France culturellement riche à sa base, il faut utiliser ce quart de la population qui n’est pas intégrée au marché du travail pour lui auto-générer du bien-être et servir humainement et culturellement en même temps l’autre part de populations actives.

A l’exception de concepts de mobilisations citoyennes nationales pour mettre à jour les infrastructures en retard par rapport à nos connaissances scientifiques actuelles, il ne faut plus penser utiliser cette masse de savoir et de connaissances potentielles pour fabriquer plus de biens matériels déjà en surproduction, et dont on pas besoin. (Il faut produire maintenant et très vite que des biens qui ne soient pas «de consommation» et dont le seul but serait de faire tourner les machines, les marchés et créer des profits. Ce temps est révolu. Fini l’époque du pillage des matières premières et la pollution industrielle, cancer de la planète … Il nous faut, et on saurait très bien le faire, des biens durables, fabriqués avec des matériaux modulables et recyclables pour conserver toujours dans un état de perfection mécanique et esthétique parfait jusqu’à leur remplacement, les biens d’usage quotidien, lorsqu’obsolètes. D’où la nécessité absolue de la Recherche et de la mise en place radicale d’une nouvelle politique absolument futuriste … Mais on en est pas là…. Puisqu’une grande partie de la population active est déjà au service des besoins fondamentaux de la société, l’autre partie inoccupée, ces 7 millions de citoyens, doit contribuer à son auto-enrichissement intellectuel et à celui de toute la Nation quelle soit active ou non opérationnelle (dans le cas des malades et retraités par exemple). Ceci en générant partout, ce qui devra un jour être le but de toute la société humaine unifiée et mondiale, les conditions d’une vie pensante, intelligente et créatrice.

Comment faire aujourd’hui pour nous engager dans ce chemin ? En pleine crise, sans chambouler tout, et avec les «moyens du bord» afin que l’utopie commence à devenir réalité ??? Puisque l’argent est encore, et pour longtemps malheureusement je le crains, le moteur de notre fonctionnement de base, utilisons dans l’immédiat les disponibilités déjà versées mensuellement à chacun sous forme d’allocations (hors allocations familiales et retraites qui n’entrent pas dans l’assistanat) pour créer des actions utiles humainement et intellectuellement pour tous.

Pour se servir d’abord de la main d’œuvre déjà budgétée des chômeurs indemnisés, des RMIstes, des handicapés «valides» et de tous les citoyens assistés, nous pouvons créer à terme par la loi, comme condition de recevoir leurs indemnités, «l’obligation» de collaborer dans les structures, humanistes, culturelles et artistiques qui auront été organisées et mises en place au préalable dans chaque commune. (Coût minime de gestion du concept)

On peut commencer à répertorier toutes les structures humaines, les espaces immobiliers existants et sous employées, ou mal employées des communes, réunir les équipes, définir les compétences puis réaliser les actions. Ceci ne touche en aucun cas les professionnels actuels du spectacle et de l’industrie de divertissement existante, qui pourrait s’adapter avec le temps à ce changement de marché et mettre tout son talent au service de cette nouvelle structure avec enfin la participation de Tous dans l’action, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui !!! Nous aurons ainsi les lieux, les intellectuels, les scientifiques ou les littéraires, avec ou sans formation, ce qui dans la création artistique n’est pas indispensable puisqu’il y aura mélange entre les genres et que l’apprentissage se fera interactivement dans l’intérêt de tous pour la réalisation de ou des œuvres finales... et il y aura aussi, ce qui fait défaut souvent par manque de moyen financier aux créateurs purs : la main d’œuvre artisanale et technique.(Plus de temps morts pour les intermittents du spectacle par exemple, qui sont membres à par entière et en premier lieu de ce concept, puisque professionnels ils pourront développer tous leurs talents à former les nouveaux venus à la création plus facilement avec leur aide et collaboration passionnée) …

Car pour créer une œuvre d’art, il faut bien-sûr l’idée intellectuelle mais aussi les mains compétentes pour la réaliser, (décors, podiums, scènes, œuvres, sculptures, mise en scènes, techniques, locaux, gestions, déplacements, intendance, etc.).

C’est ainsi que dans ces structures, les handicapés non employés seraient aussi les bienvenus, intégrés complètement avec les équipes, faisant disparaitre ainsi leur handicap et la souffrance qui va avec. C’est aussi le cas des détenus dont la quantité incarcérée devrait diminuer au cours des ans si on ne laisse plus par cette méthode de gens sur le carreau (Il y aurait alors très vite trop de cellules dans les prisons et au lieu de construire de nouvelles structure pénitencières, on construirait des théâtres, des salles de concert, des lieux verts de développement culturel, des studios de ciné, des labos de recherche, des musées, ou salles et lieux divers d’expositions… etc.). Les détenus, malades mentaux seraient eux hospitalisés, exclus de ces activités, pour ne garder qu’en prison que les irréductibles, ce qui ferait peu de cas réellement je pense. On utiliserait la compétence des informaticiens, des électriciens, des ingénieurs, des architectes, des menuisiers, des chauffeurs, des poètes, des acteurs, des facteurs d’instruments, des musiciens, des plombiers, des cameramen, des directeurs, des sculpteurs, des cuisiniers et serveurs, des peintres en bâtiments et des artistes des beaux arts, etc., etc., etc., enfin toutes les compétences et les intelligences pour créer d’où reconnaissance sociale indépendamment des diplômes obsolètes pour certaines activités et remplacés par la formation et l’expérience au jour le jour….

Créer et présenter quoi ? : Dans toutes les communes, au choix selon les talents, les intérêts de chacun, et les types de locaux disponibles, des scénari de film, de TV, et leur tournage, des œuvres et comédies musicales, populaires ou classiques, des sculptures pour intérieurs ou géantes pour le plein air, pour «culturiser» tous nos ronds-points, boulevards, autoroutes, parcs, etc., des œuvres de théâtre inventées ou existantes, des concerts et festivals musicaux ou a thèmes, ou de danses classique ou modernes, des œuvres contemporaines, vidéo ou sur toiles, des installations, des spectacles de variété, des TV ultra locales diffusées sur internet limités à sa rue, son quartier, son village, sa commune, des formations d’informatique, de musique, de théâtre, de danse, de beaux arts, de philosophie et de psychologie, etc., des défilés à thèmes, et, de nouveau comme d’antan , des supers carnavals qui faisaient la joie des enfants et des familles entières. Etc., Etc. . On pourrait refaire revivre, A GRANDE ECHELLE, le cirque, les animations de rues, les saltimbanques, les collections (de timbres !!! ???), individuelles ou collectives et toutes les autres si enrichissantes, y intégrer le sport comme œuvre du corps et non un simple exutoire comme c’est trop souvent le cas actuellement, les conférences, les films commentés par leurs auteurs, des expositions en centres commerciaux, ramener PARTOUT gratuitement le contact humain dans les activités hebdomadaires, aller chercher les personnes du troisième âge pour les représentations ou aller chez ou vers elles dans leur vie quotidienne individuelle ou collective (transformer les « mouroirs » en réel lieu de vie envahis par la jeunesse et joie de vivre de ces troupes artistiques locales), aller dans les hôpitaux remonter le moral aux malades (représentations, lectures, ou « causettes » intellectuelles et culturelles), etc., etc., etc..

CE SERAIT UNE NOUVELLE RENAISSANCE, après celle du XVIème siècle !!! (il serait temps !!!)

Evidemment au delà des structures existantes pour démarrer, il faudra ensuite construire et/ou adapter avec ces mêmes mains d’œuvre les salles ou lieux de diffusion, les parcs, les théâtres en plein air, les places des communes, les amphithéâtres, les halls, etc. sans coût supplémentaire de personnels par rapport aux budgets actuels puisqu’on paye déjà chaque mois toutes leurs indemnités à tous et à chacun.

Je crois pouvoir dire, que si au tout début, les chômeurs risquent de grincher, comme tout bon français qui s’honore, il suffit de faire des tests sur quelques communes avec des volontaires, avec peut-être un petit complément d’indemnité au démarrage, de par exemple 200 € mensuel, (somme à la mode aujourd’hui), pour se rendre compte qu’ils retrouveront aussitôt, en plus d’un complément de revenu, provocant une meilleure consommation dans l’immédiat, un moral de fer, une santé psychologique et qu’eux-mêmes voudront sûrement dans leur majorité prendre la tête de nouvelles structures et convaincre tous les autres du bien fait de ce plan pour l’équilibre de la société nouvelle et des Hommes. Une psychologie appliquée au «vivre dans l’Instant Présent» étant nécessaire afin de faire disparaître les «souffrances» intimes générées par le conflit entre l’ego, le mental et le Moi, enseignement qui devrait aussi être dévoilé à tous les citoyens des Nations pour leur «mieux-être » profond…

La population active auraient ainsi accès en dehors de son temps de travail à toute une série de représentations, de divertissements, de conférences, d’activités intellectuelles diverses, sans coût, et qui enjoliveraient alors le train train quotidien et augmenteraient l’activité intellectuelle… (Les sociétés communistes occidentales ont utilisé souvent dans leur passé l’accès et la pratique des arts comme source de bonheur, en compensation des restrictions libertaires. A Berlin Est, où j’ai vécu quatre années après la chute du mur, les ex- allemands de L’Est me disaient souvent regretter l’ancienne époque où ils pouvaient aller à l’opéra pour presque rien ou faire enseigner la musique classique gratuitement à leurs enfants. Ce qui n’était plus possible après la réunification car le coût trop élevé de la vie avait remplacé les anciennes chaînes politiques et leur qualité de vie ne s’était pas forcement améliorée. Frontière ouverte, certes, mais impossibilité financière de voyager et moins de vie culturelle… où était l’avantage ? ).

Bien sûr, en attendant que les concepts de monnaies disparaissent un jour de la planète, il est certain que ces structures permettraient aussi dans un immédiat moyen de créer de nouveaux postes de base en commençant à intégrer à ces postes non plus des salaires mais la remise, à chacun des participants, de son logement (à étudier quels types qui doivent être très divers chacun et esthétiquement beaux agréables pour ne pas retomber dans les citées ouvrières d’antan, ce qui n’est pas notre propos ici), son moyen de déplacement et tous les moyens de vie, pour commencer à tester une vie active sans concept de salaire, remplacé par une prise en charge adaptée par rapport au système déjà existant. Ceci ne changerait presque pas les volumes financiers utilisés actuellement et demanderait seulement une adaptation dans le mode de gestion indépendant de flux financiers. Ceci fonctionne d’ailleurs très bien depuis très longtemps déjà en partie dans les Kibboutz d’Israël. Et selon ce que j’ai pu voir personnellement en 1991, lors d’un de mes reportages vidéo, les membres des kibboutz avaient l’air d’être en parfaite harmonie et n’étaient privés de rien. (Voyages à l’étranger, vêtements modernes fournis, éducation, confort, réunions sociales, véhicules à disposition, (a-t-on toujours besoin d’un véhicule personnel ? , argent de poche, etc., etc. etc.)

C’est de cette nouvelle société, déjà réalisable demain, à laquelle je rêve pour le futur, avec beaucoup plus encore de robots/machines pour fabriquer des biens utiles et durables à faible coût/temps, et de plus en plus d’hommes au «service» des Hommes et de l’Homme. ET qu’on ne me taxe pas de «Communiste» car ceci n’a rien a voir avec l’usage qu’on a fait de l’idée de Marx dans le passé et en tout état de cause si cela était, alors les Kibboutz d’Israël seraient communistes, ce dont je doute amplement… Voila, résumé ma proposition devant les français, qui j’espère sera relayée par les médias, prise en charge par votre gouvernement et qui instaurera l’aube d’une nouvelle ère pour le bien de l’humanité et peut-être même de l’Univers tout entier…

Que la sagesse vous fasse réfléchir tous et nous permette ensemble d’enclencher avec tous les volontaires ce plan ambitieux qui ne doit absolument pas rester au plan d’utopie, de scénario de livre ou de film de science fiction… J’attends les réactions et la collaboration de tous pour y arriver et, bien sûr quoi de mieux si cela pouvait se réaliser dans un cadre politique et juridique adéquat, ce que je vous demande de constituer, Monsieur Sarkosy.

Je suis conscient de l’immense fossé qui sépare ce concept de la réalité actuelle, bien que… pas si difficile à réaliser. S’il y a une volonté politique, on le fera et on entrainera le monde futur avec nous… et sinon que toutes les forces vives en accord avec ce principe me rejoignent pour créer, indépendamment du Pouvoir, les structures qui Le convaincront… Merci d’avance à tous ceux qui voudront bien monter dans ce bateau, journalistes, politiques, intellectuels, scientifiques, philosophes, artistes, ouvriers, techniciens, ingénieurs, architectes, metteur en scène et autres penseurs visionnaires, pour réaliser ce fantastique programme, avec ou sans moi, car je compte sur tous pour perpétuer cette idée…et la faire devenir réalité… si je ne devais pas, pour des raisons physiques indépendantes de ma volonté, continuer mon chemin dans cette vie !!!

Bien sûr lorsque vous lirez cela, ces textes seront déjà sur internet, dans le Monde, et les graines étant semées on verra bien ce qu’il en adviendra…

Si les temps sont venus, ce sera enfin l’été sur Terre… Sinon … « A la grâce de Dieu »… «Inch Allah»… ou toute autre formule qui vous convienne selon vos croyances...

La volonté ou non d’un changement radical de civilisation est maintenant en ce qui me concerne dans la main des Hommes… ayant le sentiment pour ma part d’avoir accompli ma tâche demandée par la Vie. Car on ne pourra pas réformer le système capitaliste ni reprendre les systèmes concurrents du passé. Tant que le profit par la monnaie sera le but de la vie et la finance le référant du droit à la vie, ce ne sera pas possible de trouver la paix et de sauvegarder la planète…

Je reste donc à votre écoute, Monsieur le Président, avec espoir de m’être bien fait comprendre, sans ambigüité, pour toute suggestion et collaboration à l’étude et à la mise en œuvre de ce projet, me portant volontaire pour entrer officiellement au service de la France et des Français, sans AUCUN AUTRE BUT que de participer au mieux-vivre de mes concitoyens. Avec tous mes remerciements pour votre attention.

Bien à Vous.

Marc Lesnay

 

Extrait du texte de présentation envoyé en Novembre 2007 par le biais du site web présidentiel « écrire au Président » limité à 4000 caractères et donc en style plus ou moins abrégé et télégraphique…

M le Président, … D'abord il a fallut choisir ici l'emploi comme sujet principal, mais cela couvre aussi la Culture et la Qualité de la vie. Je suis prêt à vous envoyer un dossier complet pour améliorer votre vision de ce qui suit, mais un rendez vous serait bienvenu, vu l'importance du thème. J'ai essayé en son temps de faire passer l'idée par "Le Chêne" de MAM , mais rien. Pas de vision globale à ce sujet… 20 ans au Mexique, 4 ans à Berlin, conférencier, journaliste, producteur de TV au Mexique, 4 langues et aujourd'hui directeur artistique de spectacles culturels et artiste, je considère que la vie actuelle en générale est une vie sans culture. Nos sociétés sont plongées dans une misère intellectuelle sans nom. Il faut mettre l'art et la culture dans la vie des citoyens. « L'Art est ce qui rend la vie plus belle que la vie ». Il faut organiser de vastes structures communales reliées départementales régionales et nationales pour développer les spectateurs mais aussi les acteurs. Chaque citoyen peut avoir accès à une action concrète dans ce domaine. Car l'acte-création nous amène à nous différencier ainsi de l'animal. En dopant l'aspect créateur des citoyens vous donnez de l'oxygène à l'Humain. L'Art est le Créateur de l'idée de l'objet ou de l'œuvre. Mais pour cela il faut des mains, d’artistes et d’artisans autant que des cerveaux. Alors pourquoi ne pas organiser des structures spéciales depuis les communes, dans lesquelles TOUS les chômeurs devraient participer pour recevoir leurs indemnités… la rédaction des projets, l'écriture de livres ou œuvres de ciné ou théâtre, la réalisation des pièces, de la peinture des décors ou l'éclairage, la musique de tout type, etc. etc. Enfin 1 manne d'emplois passionnants faisant découvrir le vrai sens de la vie à tous les citoyens qui pourraient y participer bénévolement aussi en dehors de leurs emplois de base s'ils le désirent et tous seraient en même temps créateurs et spectateurs puisqu'alors on aurait des présentations partout. Un peu moins de télé, bien plus de communication entre les hommes, pas de solitude et plus du tout de vrai chômage et d'exclusion. Donc beaucoup moins de violence car moins de souffrance et enfin de l'intelligence pour sortir de la préhistoire humaine. On a tout sur le plan matériel. Les robots font le travail des hommes d'hier. Il faut remettre tout le monde à l'activité intellectuelle. Vous pouvez faire de la France le modèle mondiale de la nouvelle société nécessaire au bonheur du monde moderne. Ceci ne touche pas le pouvoir des groupes financiers, ni politiques. Au contraire, permettant l'ouverture de plus de consommation de luxe, de biens et de désirs de plus de confort et la productivité des fonds sociaux et de chômage. J'ai bien sûr plusieurs projets pour instituer l'art partout dans la vie quotidienne … Pour éduquer, et relier le quotidien avec nos richesses nationales. Ce n'est pas de l'utopie. Cela mérite un vrai ministère. En attendant je suis prêt à vous exposer le programme, que l'on peut essayer sur le plan local puis régional, mais ce serait dommage de perdre du temps. Une structure forte, un texte adapté, des experts et conseillers, je suis à votre disposition. 57 ans, suivi par la médecine anti-âge à Paris, en pleine forme, j'ai la pêche d'1 homme de 30 ans avec 1 nouveau foyer en 2001, et aujourd'hui 1 fils de 2 ans et une fille de 2 mois. Alors vivre jusqu'à 120 ans pourquoi pas mais surtout sans retraite, pour "manger" cette vie passionnante que vs connaissez bien et comprenez si bien. Vous seul dans mon entourage pourriez visualiser ce futur idéal mais réalisable pour donner un sens à la planète.

__

EXTRAIT D’UN COURRIER DU 17 JANVIER 2009 A MICHELLE ALLIOT-MARIE au Chêne… lors d’un compte rendu d’une réunion au siège rue de L’Université.

… La donne ayant évoluée avec la crise actuelle, peut-être reprendrez-vous à votre compte avec moi, cette idée dont vous avez différents éléments et description dans mon dossier au Chêne (Marc Lépinay marclepinay37@wanadoo.fr) et qui met en avant le développement de la création artistique comme moyen d’évolution de l’être humain au sein même de nos sociétés modernes futures. Ceci avec la participation des chômeurs et Rmistes qui peuvent devenir créateurs puisque l’art c’est aussi des artisans qui fabriquent les matières, les supports et les structures matérielles des œuvres ou les décors. D’où une activité potentielle qui n’est pas exploitée. Contre leurs indemnités, tous les indemnisés sociaux devraient appartenir à un groupement artistique et participer à la création et à la représentation des œuvres sur tout le territoire, créant ainsi du bien être gratuit, aux populations, aux retraités, etc., ce qui devrait être le but de nos sociétés de vie, modernes, au lieu du suicidaire simple profit.

Il y a 6 millions de personnes potentiellement capables en France de créer ce nouveau marché et on les laisse abandonnées dans une misère intellectuelles encore plus grande que celle des citoyens incérés … Il serait temps de ne plus avoir peur de donner la conscience de la Vie aux Hommes afin de créer des sociétés de vie modèles qui seraient un exemple pour les peuples en développement du XXIème siècle. Il est possible de créer des structures adéquates dans chaque commune. Tout cela créerait aussi de la croissance dans le cadre de l’industrie des services et loisirs… et collaborerait au sauvetage de notre planète. (Utopie !!! mais n’en avez-vous pas accepté l’utilité durant les exposés de cette soirée ?)…

QUELQUES EXTRAITS DES BUTS ET STATUTS DE MA FONDATION CULTURELLE

Article 2 : OBJET DES STATUTS Association pour, au sein de la vie quotidienne, l’aide à l’accès libre aux fondements et à la compréhension de l’Art et de la Culture. (Beaux Arts, danse, musique, arts premiers et populaires, cérémonies ancestrales, etc.) par la participation bénévole à la création d’événements, d’œuvres et de «mises en art» artistiques et/ou culturelles, autour des projets, des œuvres, des évènements et des créations de « Marc Lesnay », artiste et directeur artistique contemporain (ainsi qu’autour de certaines propositions artistiques ou culturelles de ses membres futurs choisis par le C.A. en assemblée générale) et à leur implantation définitive ou temporelle dans les lieux communs de vie des populations non ou peu initiées en priorité, autres que les musées classiques. (Villes, ronds-points, boulevards, foires, centres commerciaux, zones rurales, entreprises, administrations, etc.)

Article 4 : OBJECTIFS : Les raisons de la raison

« L’ART EST CE QUI REND LA VIE PLUS BELLE QUE LA VIE » (Anonyme)

C’est avec cet esprit que la Fondation veut vous entraîner dans un monde subliminale, celui de l’ART, qui bien que réel et quotidien pour les initiés, n’est que rarement perçu tel quel, par la grande majorité des hommes modernes.

L’art n’est pas réservé aux élites, n’est pas de la décoration, n’est pas, dans son essence première, un marché lucratif. Il n’a pas à être beau ou laid, il n’a juste qu’à être, puisqu’il est expression totale de la pensée et du ressentir des êtres humain au quotidien depuis le début des temps.

Autrefois, rois et mécènes sollicitaient les artistes et l’art accompagnait la vie. François 1er fit venir en France quelques-uns des plus grands artistes de la Renaissance, de Venise, de Florence, de toute l’Italie, pour que l’art s’inscrive dans la cité, dans le quotidien de nos existences.

Réservée aux élites, la compréhension de l’art reste, pour longtemps, peu accessible à l’homme moyen. L’avènement du XIXème siècle et de sa révolution artistique, en parallèle avec l’évolution industrielle et scientifique, nous a apporté, avec en plus aujourd’hui l’outil Internet, la possibilité d’accéder à toutes les connaissances. Dès lors, le développement de la machine, et donc, la réduction graduelle du temps de travail, nous permettent d’imaginer des activités tournées de plus en plus vers la création artistique et de loisir, qu’elles soient bénévoles, comme ici, ou professionnelles dans la vie active.

Dans ce mouvement ancré résolument dans la modernité et anticipant un futur qui devient chaque jour l’actualité, La Fondation Culturelle Marc Lesnay A.C. fait un pas de plus vers l’homme afin de l’entraîner dans le plaisir du langage et de l’expression artistique : le langage de l’Âme. D’où cette création d’un pôle d’art dépouillé de toute sophistication, afin de donner l’envie d’aller plus loin… et de s’y rendre.

Avec ce concept, au cours des mois et des année à venir, les membres viendront chercher ici, avec nous, peu à peu, pour les redonner aux autres, quelques clés de ces chemins de l’Art, tellement riches en plaisirs intérieurs, en se plongeant dans l’intimité des œuvres, différentes, mois après mois, présentées par Marc Lesnay, metteur en Art, et ses « complices » artistes, qui vous entraînera ainsi, à chaque fois, dans le monde de la vie sublimée, avec aide et coopération de chacun, vers une vie différente, dans laquelle le langage de l’âme deviendra aussi important que le langage humain.

L’ART ABSTRAIT Par Marc Lesnay

Peut-on parler réellement d’abstraction, si on accepte le fait que l’existence ne soit pas qu’apparence extérieure, mais aussi « ressentis » intérieurs intenses ? La vie incombe la fusion de l’âme et de la matière pour engendrer des sensations des plus improbables. Les surprises de la vie créent alors, entre autres sensations, le bonheur. Le hasard donne un ordre aux choses et le mouvement devient le Merveilleux…

Notre vie, souvent trop matérialiste, ne nous permet que rarement de nous évader au sein même de notre conscience. Ne devrions-nous pas laisser plus souvent notre esprit vagabonder ? Ne pourrions-nous pas nous détacher de temps en temps du contour des choses ? Pourquoi toujours chercher à matérialiser ses impressions ?

L’art abstrait nous permet de répondre à ces questions. Il est le trait d’union entre notre conscience et la compréhension de nos sensations. C’est le langage de l’âme.

Il est inconcevable de ne pas s’imbiber d’intenses impressions devant un tableau de maître classique. L’art classique nous entraîne vers l’appréhension des sentiments terrestres, parce qu’il nous raconte une histoire humaine qui nous touche. L’art abstrait veut au contraire nous détacher de ce lien extérieur avec le ressenti humain. L’art abstrait nous fait plonger au cœur même de l’âme qui nous habite. Il nous permet de ne pas être attachés au contour ou à la couleur des choses. Il nous permet la découverte de notre véritable « soi-même », de notre essence, nous ouvrant la porte de notre « moi ». Devant une œuvre d’art abstrait, la notion de temps ne doit plus exister. Prendre son temps, laisser son esprit vagabonder au sein de l’œuvre, ne pas essayer de matérialiser ses impressions ou de rechercher des représentations aux formes visitées par l’œil. Il faut se déconnecter du réel, essayer de ressentir, de se détacher, de se libérer et puis… s’envoler au sein de l’œuvre ! Elle vous invite à rejoindre l’artiste dans son « moment présent » qui lui a suggéré la forme, la couleur et le mouvement du trait imprimé pour l’éternité sur son support. Peu importe que ce soit du dessin, de la peinture, de la sculpture, de la céramique ou de l’architecture. Peut importe que ce soit une installation bizarroïde, une cérémonie ancestrale, de la danse, un repas gastronomique ou un concert, tous exceptionnels de techniques, de recherche, de nouveauté. Peut importe que ce soit beau, ou extrêmement rebutant, puisque l’art abstrait n’est pas de la décoration, ni du loisir, mais le langage fondamental de votre « moi ». L’acte fondateur de l’impression du moment qui se fige pour l’éternité est la seule raison d’être de l’œuvre qui vous parle, vous parlera et vous survivra.

Pour l’admirer ou participer à sa construction, il faut donc se mettre en phase avec l’œuvre qui n’est que le trait d’union entre vous-même et l’âme de l’artiste… et alors ressentirez-vous peut-être ce bonheur, cette souffrance, cette question ou affirmation, en tout cas ce moment de vie intense que vous offrent comme un cadeau éternel, l’œuvre ou l’artiste devenus, pour vous seul à ce moment, vos uniques interlocuteurs… L’art abstrait est un moyen de communication fondamental, qui permet ainsi à l’homme de se perpétuer et d’assurer la transmission de sa connaissance intime au cours de l’évolution de l’humanité. Il touche à la trame de l’âme, à la compréhension du temps, à la construction de l’avenir… Il est, au contraire de l’art figuratif classique et moderne, mémoire fondamentale du temps passé, la vision du futur éternel puisque créé sur des impressions immuables qui ont existées, qui existent et existeront toujours pour l’éternité du temps humain… L’art abstrait, qui reflète le plus profond de l’âme, est sans aucun doute la clé de la compréhension de la vie… C’est pour cette raison qu’il est si difficile d’y avoir accès, de supprimer les censures personnelles à son encontre, de le laisser pénétrer notre intimité. Les plus grands maîtres de l’art abstrait ont tous suivi auparavant un parcours classique, et ce n’est souvent qu’après avoir épuisé les sensations de la représentation du concret qu’ils ont voulus et pus accéder, tout naturellement, au cours de leurs découvertes profondes des secrets de la vie, à ce langage si pur et si profond... comme un retour aux sources, souvenir du début et de la raison des temps…

L’histoire de l’art nous le prouvera, qui commença l’abstrait dès le début, il y a 25 000 ans avec la reproduction d’une main en négatif sur les murs des grottes préhistoriques, après s’être envolé 2000 ans auparavant en passant par les Vénus de la fécondité du paléolithique aux extraordinaires figures sculptés des Cyclades, il y a 4000 ans, aussi modernes et pures que les plus belles statues de Modigliani, Picasso ou Braque au XXème siècle.

Même les plus grands Maîtres de la peinture classique comme INGRES, arriveront à déformer les corps, pour aller au-delà de la réalité, et truffant leurs toiles d’innombrables symboles, ils nous parlent encore et toujours aujourd’hui de leur état d’âme à l’instant créateur. Tout ceci et bien d’autres choses encore, avec votre aide, par le biais de cette Fondation, je l’espère, nous permettra de ressentir ce bonheur d’effleurer pour quelques instant les prémices des secrets de la vie…


_

 

« XXème siècle : La philosophie est Morte ! » « XXIème siècle : Vive l’art contemporain ! »

 

La philosophie du XXème siècle s’interroge et doute de sa raison d’être. Les catastrophes de ce siècle n’ont pas seulement atteint la philosophie dans leur propre vie, mais elles ont aussi et surtout ébranlé durablement la foi dans le pouvoir affectif de la raison. Dès lors, la philosophie n’ose plus tenter une réconciliation susceptible de dépasser la division qui se produit au niveau de la pensée. Elle propage plutôt, à travers les nombreuses voix de ses représentants, sa propre abdication, que ce soit au profit de l’art, de la science ou de la politique…

…Paradoxalement, cet auto reniement s’accompagne d’une « scientifisation» exemplaire de la philosophie. Il n’y eu jamais dans le passé autant que maintenant de personnes à exercer la philosophie sur un plan professionnel dans les universités du monde entier et jamais n’a-t-on vu une pareille différenciation entre les disciplines à l’intérieur de la philosophie… …Suite à l’histoire bouillonnante du XXème siècle, la philosophie tente de faire face aux bouleversements de l’époque. Les certitudes du rationalisme et du positivisme sont remises en question. De nouveaux thèmes sont au centre de l’interrogation philosophique : la vie, le langage et la société.

… Jean Paul Sartre (1905-1980) est le fondateur d’une conception du monde existentialiste qui pose l’existence comme précédant l’essence. L’ « égo » n’est pas dans la conscience. Il est en dehors, dans le monde où il trouve son lieu d’existence. Conformément à sa constitution ontologique, l’homme n’a pas vocation à être quelque chose de précis, il lui faut lui-même se donner une nature en agissant dans le monde…

Les peintres, les sculpteurs, les écrivains se détachent dès la fin du XIXème siècle de la réalité des choses… Le XXème siècle a alors été perçu comme une folle accélération et de dissolution d’une perspective unifiée sur le monde. Ces deux tendances, qui ne laissent pas la philosophie intacte, s’expriment surtout dans le cubisme. La perspective y est brisée en une infinité de perspectives différentes qui restent juxtaposées et se fondent plus en une image d’ensemble… acceptation de la dynamisation du progrès scientifique (positivisme) en refusant la pluralité des modes de connaissance, ou considération du progrès comme une fatalité malheureuse…

Les grands thèmes des peintres, des sculpteurs, des écrivains, tournent alors autour des questions intérieures de l’être. A la frontière entre mort et hasard, culpabilité et lutte, l’homme s’aperçoit qu’il lui est impossible de s’en remettre à quoi que ce soit dans le monde. Il subsiste toujours un fossé ultime entre le sujet et l’objet. Il est trop facile de se masquer les yeux face à l’inéluctable de l’échec et de se consoler à coup de phantasmes religieux ou idéologiques… Dès lors, c’est surtout dans une attitude d’attention aimante en faveur des autres, dans une communication existentielle, que l’homme peut saisir l’occasion de se trouver lui-même. (Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, l’existentialisme)... Faute de pouvoir répondre à la question fondamentale, après 5 000 ans d’existence, la philosophie se saborde au milieu des théories contradictoires qui la font tourner en rond. L’art est alors le support de cette nouvelle recherche fondamentale sur l’origine et la raison d’être de « soi »… Les artistes comme Picasso, Popova, Hans Harp, Dali, Chagall, Munch, Van Gogh, Giacometti, Magritte, Moore et tous les grands noms de l’art moderne en général, ont été les découvreurs de cette nouvelle intercommunication entre l’homme et son essence, perpétuée de nos jours par les artistes contemporains.

Devant une œuvre contemporaine, l’homme se retrouve plongé, s’il en a les clés, au plus profond de son ressentir. Les questions se bousculent, les réponses aussi… pas toutes, mais sensuellement exprimées, personnellement absorbées, honnêtement pressenties…Le monde extérieur n’exerce plus d’influence, l’ «être ou ne pas être», peut alors prendre son véritable sens, sans mots savants, sans fioriture, juste entre l’ «existant» et soi…

Marc Lesnay

(Bib. «L’histoire De La philosophie…» édition place des Victoires, Paris)

___

Voici en annexes un article du Monde du 09 Mars 2009

C’est l’actualité ceci M Le Président !!! Mon plan est aussi adaptable en partie pour eux … vaut-il mieux les laisser inoccupés et sacrifier les potentialités de leur génération ?

_LES 16-25 ANS, GÉNÉRATION QUI A PERDU LA FOI EN L'AVENIR__
 

LE MONDE | 09.03.09 | 13h53 • Chômage, pauvreté, perte de confiance en l'avenir : la situation des 16-25 ans interpelle. Le haut-commissaire à la jeunesse, Martin Hirsch, lance lundi 9 mars la concertation qui doit aboutir à une nouvelle politique de la jeunesse, favorisant l'autonomie : insertion professionnelle, logement, santé, participation à la vie sociale seront les thèmes abordés.

"Il est urgent d'agir", prévient l'un des participants, le sociologue de la jeunesse Olivier Galland, dont les travaux nourrissent largement le diagnostic gouvernemental. Directeur de recherches au CNRS et président du comité scientifique de l'Observatoire de la vie étudiante, ce dernier met en évidence, dans un livre à paraître en avril, Les jeunes Français ont-ils raison d'avoir peur ? (Armand Colin), la cause majeure du malaise : le modèle d'"élitisme républicain" sur lequel se fonde le système éducatif est "en crise" profonde.

"Toutes les enquêtes montrent que la jeunesse française va mal, dit-il. Les jeunes Français sont les plus pessimistes de tous les Européens. Ils n'ont confiance ni dans les autres, ni dans la société. Ils apparaissent repliés sur leur classe d'âge et fatalistes. Pour une société, surtout en période de crise, c'est un handicap énorme."

Certes, reconnaît le sociologue, l'école n'est pas seule en cause. Le marché de l'emploi fait peu de place aux jeunes, et leurs problèmes sont par ailleurs mal pris en compte dans les politiques publiques.

Mais surtout, regrette M. Galland, les causes du malaise liées à la manière dont la nation forme ses jeunes sont trop négligées. Le modèle méritocratique de l'école de la République était efficace quand nombre d'élèves n'avaient pas accès à l'enseignement secondaire. "Il ne fonctionne plus dans une école de masse qui doit gérer des talents et des aspirations scolaires de plus en plus diverses, constate-t-il. Ainsi, "l'obsession du classement scolaire, qui est à la base de l'élitisme républicain, la vision dichotomique de la réussite qui sépare les vainqueurs et les vaincus de la sélection scolaire, mais également la faillite de l'orientation, aboutissent à un système qui élimine plutôt que de promouvoir le plus grand nombre", explique le chercheur.

Les vaincus, parfois écartés sans ménagement, sont découragés et atteints dans leur estime de soi. Une étude du ministère de l'éducation nationale, reprise dans l'ouvrage, montre que le découragement s'amplifie au fur et à mesure que les élèves avancent dans leur scolarité. Fondée sur le suivi d'une cohorte de 8 000 jeunes pendant leurs années de collège, elle révèle une chute de la motivation scolaire, une montée du stress et un accroissement des attitudes de fatalisme. "Beaucoup, rappelle M. Galland, adoptent des attitudes de repli ou d'abandon ("je cesse d'écouter", "je ne fais pas l'exercice")". Les formes radicales d'abandon sont préoccupantes : les "décrocheurs", sortant du secondaire sans diplôme, sont estimés à 120 000 tous les ans.

C'est un des points que Martin Hirsch entend traiter. Des propositions sont attendues pour prendre en charge les jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire, aujourd'hui trop peu suivis et souvent "perdus" par les institutions.

Olivier Galland souligne le manque de courage de responsables politiques "qui ont peur de la jeunesse". En témoignent les multiples reculades du pouvoir, de 1986, lors du mouvement contre la réforme Devaquet instaurant la sélection à l'entrée de l'université, à 2006, lors de la contestation du contrat première embauche. Cette peur provoque selon lui un "jeu pervers" : "Les responsables politiques font leurs réformes à la sauvette, sans tout dire de leurs intentions ni convaincre de la nécessité d'agir, ce qui provoque défiance et échec. La dernière réforme du lycée en est un bon exemple", assure le chercheur.

Les enseignants - et "le conservatisme des syndicats" - ont leur part de responsabilité, mais le sociologue se défend de les stigmatiser. Car "c'est un modèle que tout le monde partage dans la société". Les jeunes eux-mêmes défendent paradoxalement cette "égalité formelle", bien qu'ils en soient les premières victimes. Le chercheur estime qu'il faut établir un nouveau pacte républicain entre l'école et la nation. Le haut-commissariat n'a pas la main sur les contenus et l'organisation de l'enseignement. "C'est un risque d'échec, reconnaît M. Galland. Si M. Hirsch conçoit sa mission comme l'instauration d'une politique transversale de la jeunesse, c'est intéressant, à condition qu'il ait les moyens de la mettre en oeuvre."

L'un des sujets les plus sensibles est la réorganisation annoncée du système d'information et d'orientation des élèves, réforme que plusieurs gouvernements ont tentée en vain. "C'est un enjeu absolument central, poursuit le chercheur. Dans un système éducatif aussi complexe que le nôtre, l'information est une ressource fondamentale. Les inégalités entre les jeunes sont ici énormes, et elles s'accroissent."

Benoît Floc'h

<COMMENTAIRES SUR :

LES PRINCFIPALES MESURES DU PROJET DE LOI CRÉATION ET INTERNET

LEMONDE.FR | 09.03.09 | 12h14 • Mis à jour le 09.03.09 | 17h20

"Faire cesser l'hémorragie des œuvres culturelles sur Internet" :

Bien sûr, c’est logique dans le cadre actuel, mais il faut tout changer et faire passer la création artistique et culturelle dans le service public sans lui imprimer une valeur «monnaie ». C’est bien pour cela qu’il faut fournir au créateur tout ce dont il a besoin pour créer et donc pour vivre contre l échange de ses talents envers la société… Ce devra être comme cela dans quelques décennies ou un siècle. La vraie richesse sera alors l’intelligence de chaque Nation et non le poids de l’or en réserve dans ses coffres. (ou le poids de son industrie, de son commerce, etc. etc. etc. …)

Vous avez tout faux pour le futur… ou si vous voulez conserver la chance d’un futur …

LE PROJET DE LOI "CREATION ET INTERNET"

"Maintenant que la liberté devient pratique, elle fait peur"

L'assemblée Nationale s'apprête à débattre du projet de loi "Création et Internet". Pourquoi y êtes-vous farouchement opposé ?

- Fondamentalement, ce texte est la négation du problème, pas une solution.

Le problème est simple: il existe une industrie dont le métier est de copier des supports physiques et de vendre ces copies. Pour permettre la rémunération des créateurs, cette industrie a été contrainte de verser une part de son chiffre d'affaires aux créateurs, interprètes, etc. C'est ce qu'on appelle le droit d'auteur. Or cette industrie est dépassée, comme l'industrie des fabricants de diligences a été dépassée. Du coup son chiffre d'affaires est en chute libre. Ce qui n'est pas en soi un problème : une industrie devenue caduque qui ne sait pas se réformer est vouée à disparaitre. Par contre, en conséquence, les créateurs ne sont plus rémunérés. Et, ça, c'est un problème. Ce que propose le texte, c'est l'équivalent du "Locomotive Act" (en 1865 la Grande Bretagne a voté une loi disant que tous les véhicules à moteur devaient être précédés d'un piéton portant un drapeau rouge. Cf. Wikipédia), à savoir nier le progrès et tenter, à force de loi, de maintenir une industrie incapable de se réformer.

Le problème de fond, c'est la rémunération des artistes, et la loi ne parle, elle, que de conforter les revenus des éditeurs

Plus précisément, qu'est-ce que la riposte graduée ? En quoi est-elle contestable ?

- L'idée du texte est de couper l'accès Internet des gens qui téléchargent des contenus couverts par une licence commerciale (par définition, tous les contenus sont couverts par le droit d'auteur, au moins le droit moral imprescriptible, mais certains sont librement échangeables, par exemple ceux placés sous licence "Creative Commons" ou encore les logiciels libres). Ce qui est contestable, c'est que c'est absurde. C'est aussi absurde que le Locomotive Act de 1865. Une fois qu'on est entré dans le monde de l'absurde, on peut discuter tant qu'on veut, plus rien n'a de sens.

Dans ce monde digne des Monthy Python, ce sont les éditeurs qui donnent la liste des téléchargeurs à sanctionner.

Comment est-elle établie? On ne sait pas. Quelle preuve matérielle existe-t-il? On ne sait pas. Comment est-ce qu'on identifie le contrevenant? Par son adresse IP, information technique peu fiable (les opérateurs gardent une trace de cette information, mais comme pour eux elle est sans valeur, aucune précaution n'est prise pour fiabiliser ces relevés). Dans la poursuite à la Benny Hill des internautes, il y aura un fichier des interdits d'Internet, comme il y a un fichier des interdits bancaires.

Mais comment y seront identifiés les gens? Par leur nom et prénom? On sait bien qu'il y a des homonymes. Avec leur adresse en plus? Il suffit de changer d'appartement pour re-télécharger en paix. Par un numéro de sécu? Il faudrait alors le donner à son fournisseur d'accès... Pour ouvrir un accès ADSL, faudra-t-il présenter ses papiers?

Comment dans ce cas légaliser les échanges sur internet sans contrarier la création artistique ?

- En revenant au fond du problème. Internet génère de l'argent. Il faut qu'une part de cet argent serve à rémunérer la création.

Je suis un informaticien, pas un économiste. Donc mon avis sur la question ne fait pas autorité. Mais des solutions, il y en a. Par exemple le modèle de la libre concurrence: que chacun ait le droit de faire commerce de contenu, pour peu qu'il reverse ce qu'il doit. Et pour les échanges non-commerciaux, puisqu'il n'y a pas de flux financier, on ne peut pas y prélever de fonds.

On considère que les fournisseurs d'accès gagnent leur vie en partie grâce au téléchargement? Peut-être. Dans ce cas là, qu'ils contribuent à la création de contenu. Le livre de Philippe Aigrain ("Internet et Création", In Libro Veritas, 2008, Librement téléchargeable ici) contient des pistes intéressantes sur ce sujet-là.

Vous comparez internet à la révolution provoquée par la création de l'imprimerie et ses opposants de l'époque. En ce sens, qui aurait intérêt à une régression et pourquoi ?

- Pour faire simple, tous les gens qui ont des intérêts en place remis en cause par l'arrivée du Net.

Ça peut être des gens dont le business est bouleversé, comme les éditeurs, mais pas uniquement. Les politiques aussi en ont peur, comme autrefois ils avaient peur des livres. Longtemps, pour être imprimeur, il fallait un privilège royal. Il a fallu attendre 1881 pour que la loi sur la liberté de la presse soit votée.

Il suffit de lire ce que nos politiques disent d'Internet pour comprendre qu'ils en ont peur. Ils tournent toujours autour de "rendez-vous compte, n'importe qui peut écrire n'importe quoi, sans contrôle". Or, oui, rendez-vous compte, en France, tout le monde a le droit de dire ce qu'il veut.

Avant, pour que ce soit publié, il fallait qu'un journal l'accepte, il y avait un contrôle, fait par des gens qu'on connait, qui sont raisonnables, sur qui les politiques peuvent faire pression quand il le faut. Mais maintenant, cette liberté peut s'exercer sans ce contrôle a priori de la parole. La liberté en elle-même, plaisait beaucoup, tant qu'elle était théorique. Maintenant qu'elle devient pratique, elle fait peur.

Les fournisseurs d'accès aussi aimeraient bien pouvoir influencer le réseau, le faire évoluer vers un modèle plus centralisé. Ils en seraient alors le centre, recréant le lieu de contrôle de la parole. Et recréant un point de passage obligé où ils pourraient prélever une dîme (sur le modèle du Minitel, qui a été une source de gros profits pour beaucoup de gens). Qui a intérêt à brider l'émancipation liée à Internet ? Tout le monde, sauf les internautes !

Interview de Benjamin Bayart par Sélim Batikhy


___

EN CHINE INTERNET MÈNE L'ENQUETE

LE MONDE | 09.03.09 | 14h50 • Mis à jour le 09.03.09 | 14h50

SHANGHAÏ CORRESPONDANT

Li Qiaoming, 24 ans, mort durant sa détention provisoire dans une prison du district de Jining, près de Kunming, dans le Yunnan, a bien été frappé à mort par ses codétenus. La porte-parole de la police l'a reconnu il y a quelques jours, fustigeant les "pratiques erronées de gestion" et les "manquements de la surveillance" dans l'établissement : le système de vidéo "était détraqué depuis six mois" ; des "caïds" ont acquis "une influence considérable". Une demi-douzaine d'officiels du centre de détention, de la police et du gouvernement local ont été sanctionnés. Cet aveu, doublé d'excuses à la famille, est intervenu après trois semaines d'un étrange manège entre les autorités du Yunnan et les internautes de tout le pays. Tout a commencé le 12 février, avec l'annonce lapidaire qu'un prisonnier était mort à l'hôpital de Kunming, quatre jours après s'être blessé en jouant à cache-cache dans sa cellule avec ses codétenus. Le cas émeut : Li Qiaoming, qui était d'ethnie baï, était jeune. Il attendait d'être jugé pour un délit mineur : l'abattage d'arbres sans autorisation.

L'hypothèse d'un jeu de cache-cache mortel est raillée par les internautes, qui n'en croient pas un mot. On échafaude des théories, on passe en revue d'autres cas de violence policière. En juin 2008, des milliers de jeunes étaient descendus dans la rue et avaient mis le feu au siège du parti à Weng'an, une petite ville du Guizhou, après que la police eut conclu un peu vite au suicide d'une adolescente retrouvée morte dans une rivière, alors qu'on soupçonnait un meurtre. Dépassés par les événements, les organes de propagande locaux avaient lâché la bride aux journalistes, considérant qu'une presse un peu plus critique valait mieux que des internautes enragés.

Au Yunnan, les rumeurs et les sarcasmes montent autour de l'improbable partie de cache-cache. Pour rester maîtres du jeu, les autorités imaginent une parade : créer un comité d'enquête composé de "netcitoyens" locaux et de représentants de la société civile. Une annonce circule sur les forums de discussion. L'appel à candidatures est clos le 19 au soir. L'internaute Fengzhimoduan (Extrémité du vent), l'un des premiers à appeler, est désigné directeur du groupe d'internautes, composé de dix membres. Citoyen marginal est son adjoint. Le lendemain, le comité assiste à un compte rendu des faits par la police et visite la prison. Mais il ne peut ni interroger les codétenus de la victime ni visionner la vidéo de surveillance de la prison. Secret d'Etat, dit-on. "Ça ne nous laisse pas grand-chose à voir", constate Citoyen marginal.

La police a conclu que la victime, qui avait le rôle du chat, a attrapé l'un des cinq autres détenus qui participaient au jeu, une bagarre a éclaté et Li s'est cogné contre la porte. Le compte rendu des membres du comité provoque des dizaines de pages de réactions sur Internet : les uns posent de nouvelles questions, d'autres décrient un "piège" du département de la propagande.

Et puis, coup de théâtre. Par le "moteur de recherche à chair humaine", nom donné en Chine au travail collaboratif de recherche d'informations en ligne, on apprend bientôt que les deux dirigeants du comité, Fengzhimoduan et Citoyen marginal, appartiennent (ou ont appartenu) à des médias proches du pouvoir. Il n'en faut pas plus pour semer le doute : on les accuse de faire partie de la "bande à 5 centimes", ces internautes qui diffusent des opinions favorables au gouvernement.

Au département de la propagande du Yunnan, c'est un jeune cadre, Wu Hao, âgé de 37 ans, qui a piloté toute l'expérience. Cet ancien journaliste de Xinhua, qui affirme "résoudre les problèmes de l'opinion publique en ligne par les lois d'Internet", est l'archétype de ces jeunes loups "soucieux de montrer aux grands manitous du parti qu'il a compris la logique de l'ère d'Internet et peut fournir à Hu Jintao ce qu'il a demandé quand il incite à un nouveau mode de guidage de l'opinion publique", décrypte David Bandurski, spécialiste des médias à l'université de Hongkong.

Il offre sur son site, China Media Project, une analyse très documentée de la stratégie poursuivie. Mais la polémique qui monte sur Internet autour du rôle de Wu Hao et de son équipe pousse ce dernier à jouer franc jeu : dans un souci inédit de transparence, il met en ligne les conversations qu'il a eues avec le groupe d'internautes lui servant à mesurer la température de l'opinion publique. Un groupe dans lequel on retrouve justement des internautes membres du comité.

Entre-temps, la presse et la blogosphère se sont emparées de l'affaire :

Internet, se félicite-t-on, a exercé une forme de supervision collective des abus de pouvoir et conduit à plus de transparence ; la Cour suprême a pu jouer son rôle et imposer une nouvelle enquête.

Dans le milieu des avocats, dont la marge de manoeuvre est extrêmement réduite par l'arbitraire d'un système où police, administration carcérale et cour de justice sont inféodées à l'autorité d'un même comité du parti, on met en garde contre cet exercice de relations publiques qui n'a pas sa place dans la procédure légale, pour réclamer de vraies garanties de défense et de supervision.

Dans un récent éditorial, la revue Caijing assénait : "Pour que la vérité éclate, il faut plusieurs conditions institutionnelles de base, précisément l'indépendance de la justice, l'ouverture de la procédure au public (de manière que les avocats puissent exercer leur rôle) et la liberté d'expression. Ces conditions institutionnelles sont une garantie pour obtenir la vérité dans n'importe quelle société. Et la Chine en est pour l'instant dépourvue."

Brice Pedroletti


__

Et aussi du 9 Mars !!!

TOULON


Toulon : le port de commerce bloqué par les dockers

___

Et aussi ce même jour 09 mars !!!

VERS UN DEFICIT RECORD DES HOPITEAUX PARISIENS !!!

LEMONDE.FR | 09.03.09 | 16h04


Selon des informations du quotidien économique Les Echos publiées, lundi 9 mars, sur son site Internet, le déficit de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'élèverait pour 2009 à 104 millions d'euros, contre environ 20 millions en 2008. Le quotidien, qui cite le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen, également président du conseil du plus grand hôpital de France, affirme que ce déficit est inscrit dans le budget pour 2009 qui sera présenté au conseil d'administration de l'AP-HP le 27 mars. Pour expliquer cette explosion du déficit, le quotidien économique avance "la baisse attendue des subventions d'accompagnement, négociées il y a plusieurs années pour la mise en œuvre de la tarification à l'activité." Le site Internet relaie également les propos de Jean-Marie Le Guen selon lesquels le budget 2009 prévoit des économies substantielles "demandées par la ministre de la santé." Des économies qui atteindraient 57,8 millions d'euros au total, dont 46,3 sur la masse salariale, selon le député. Les Echos croient finalement savoir que ces économies devraient se répercuter sur les personnels. Il affirme que 700 postes permanents parmi le personnel non médical pourraient être supprimés.
 

LE SYSTEME HUMAIN PLANETAIRE N’EST PLUS TENABLE !!!

LE MONDE EN PREND CONSCIENCE…

CHANGEONS ENSEMBLE !!!

IMMEDIATEMENT !

AVANT

QU’IL NE SOIT TROP TARD !!!
 

LIEN DIRECT VERS " QUI EST MARC LESNAY ? "

RETOUR AU DEBUT DE CE BILLET

samedi 14 mars 2009

LA CARTA GIGANTE AL PRESIDENTE FRANCES NICOLAS SARKOZY

FOTOS Y TEXTOS DE ESTE SITIO SON LIBRES DE DERECHOS PARA UN USO NO COMERCIAL

Como homenaje al Sr Presidente, filatelista según la Prensa, con esta realización a manera de una carta del siglo XIX, con papel antiguo, y el primer timbre francés yuxtapuesto al ultimo editado... 160 años los separan !!!

En cuanto a la « República » Ella busca la Luz en el seno del Cosmos que la espera… durante este tiempo leo Hombres duermen "acostadotes" en sima del "Mundo" en perdición …

Maillé, le 16 Mars 2009

M Nicolas Sarkozy

Président de la République Française

Palais de l'Élysée

75 008 Paris

«LETTRE A TOUS LES FRANÇAIS »

(OJO : Por falta de tiempo esta versión réalizada por alumnos de escuelas de México, ayudados de traducciones informáticas, todavía no esta bien revisada. reportarse a la carta original para incomprehensiones posibles todavia)

Cansado como ciudadano de no tener la palabra y de no poder hacer directamente conoser a nuestros gobiernos de las ideas de interés general para nuestro país, me decidí a enviarle el 16 de marzo de 2009 la carta adjunta al Elíseo en un sobre gigante. Espero que por lo menos así no pase inadvertida. Usted encontrará en anexo el contenido d’éste en su versión íntegra en fichero juntado sobre Word.

El archivo de texto (.doc) está disponible también para Oficio 2007 (.docx) a petición por vuelta de mail. Gracias por la ayuda y gracias por la difusión que usted podrá efectuar alrededor de esta acción, (manera de ser más visible) (contenido por la carta letra. Esperando usted conv.aincre desarrollar el sujeto e ir más lejos, esto en el marco de una acción ciudadana libre y no dependiente de ningún partido político... Gracias d’antemano.

Señor Presidente,

me le dirijo, por instinto de supervivencia, en nombre de se todos los que como mí hoy están aterrorizados por la gestión y el uso por los Humanos de la Vida sobre nuestro planeta, con los resultados de pesadilla que se sabe.

Más allá del desarrollo de mi reflexión sobre el estado de los Hombres en el siglo XXI y más allá de el futuro de esta sociedad mundial aberrante, quiero proponerle aquí el plano de un programa de acción inmediata, sin esperar, a coste financiero +plus que mínimo, para hacer salir fácilmente del sufrimiento moral y físico los "eliminados" del mundo del trabajo (es posible y sometido a un test sobre 46 años), al final, bajo vuestro quinquenio, la resolución así problemas de exclusión, de seguridad y del estado depresivo de los franceses.

Y del mundo, sobre el estado actual y el futuro a medio plazo de nuestra civilización planetaria. Que va a seguir es una claridad límpida pero las pistas y acciones futuristas que sugiero para cambiar de rumbo deben estar consideradas todavía por ahora sólo como una utopía sin embargo a término(plazo) Pero debo también, antes de volver al aspecto concreto de este proyecto, primero desarrollar intelectualmente mi visión +plus que realista, como ciudadano francés realizable. Le parecera desplazada hoy, y muy lejana de su técnicas y métodos de gestiones políticas contemporáneas. (¡ Que está De la Europa, pensada por Napoléon, luego por De Gaulle y siempre todavía hoy al punto de sus primeros balbuceos! ¡! ¡!) sí, habrá que ser paciente para convencer, pero sin retraso venir allá obligatoriamente desde mañana. Lea por favor hasta el fin con paciencia y atención, usted no perderá su tiempo. Porque habrá que tenerlo en cuenta luego, para la comprensión del estudio de factibilidad inmediata de mi plano para la reintegración social y humana de nuestros ciudadanos en la exclusión o el estado precario que emanaría de eso como punto de partida. Lo que Le permitiría comprometernos concretamente en seguida, sin no más retraso, en esta nueva vía del futuro. Después de esta lectura atenta, no dudo que usted querrá por lo menos ofrecerme la oportunidad de Defender este programa delante de usted y su consejeros lo más de prisa posible y abastecerme los medios y los colaboradores que permitirán llevarlo a cabo …

El mundo es ciego. Las visiones de base, las soluciones propuestas o desarrolladas por los interventores universitarios de todo borde pero sin experiencia efectiva " sobre el montón ", otras que las intelectuales, pues virtuales y basadas en las acciones del pasado, sin nuevo enfoque, son delirantes. Queremos resolver por los mismos métodos las problemáticas ya creas por ellos mismas antes. Esto no puede funcionar. Los responsables juegan al avestruz, porque no tienen respuesta tangible o no quieren atentar contra sus privilegios. Que no tienen respuesta tangible o no quieren atentar contra sus privilegios. Están dando vueltas como una ave en vuelo en una pieza sombría, detrás de los cristales de una ventana luminosa pero cerrada y quien quiere salir cueste lo que cueste … ¡ Toma de tierra forzosa! … K.O. ¡! … ¡ Toma de tierra forzosa! ... K.O. Y … defunción por aturdimiento y pérdida de conciencia.

Mientras que hacía ya ya cuatro días llenos, que interrogándome sobre sonido bien fundado, le elaboraba minuciosamente esta carta basada en una cincuentena de años de curiosidad, de experiencias en el mundo(gente), de análisis personales y de reflexiones (www.cledart.com), por la mañana del 10 el marzo, sobre France-Inter hacia las 8h 50, oigo(entiendo) (como un "signo" de la Vida) un comentario que me anima a le enviárselo con menos dudas: (más o menos esto): " hay que crear la riqueza cerebral, es la manera etc., etc. " ¡! ¡!!

Esto me devuelve de la esperanza y me confirma en mi acción desconsolada. Porque, para mí es un caso de conciencia que de enviarle a este correo. Vista la estructura del mundo actual, y los millares de años sobre los cuales reposición su elaboración, tomo el riesgo de ser asimilado ahora, en este siglo, por este análisis, a un iluminado y a un " enfermo mental " … ¿ Posiblemente es demasiado temprano? Pero es imperativo sin embargo que la utopía presentada aquí se haga realidad muy rápida. Lo que no sería por otra parte la primera en la historia de la humanidad. Es la utopía de los Hombres, en el curso de su historia, que supo hacer evolucionar positivamente nuestras civilizaciones aportándoles las ideas nuevas a los sociólogos y a los científicos... Hay que recordar a Julio Vernes y hoy Enki Bilal pero también Platon, Sócrates, Santo Augustin, Tommaso Campanella, Thomás Moro, Aldous Huxley, Jorge Orwel y entra muchos otros todavía: Victor Hugo que como ejemplo, contribuye en su tiempo haciendo pacifista el movimiento popular. Es gracias a él que la denominación de los Estados Unidos de Europa, otra utopía pacifista, es difundida y que la etiqueta de " dulce soñadores y de utopistas " es desafiada. En 1849, inaugura el Congreso de la paz de París en " obrero humilde y oscuro " y decir que forma parte de estos " dulce soñadores " que abren precipitadamente la puerta radiante de un futuro librado de las plagas de las guerras. Estas ideas chocan ya que dejan ver " el imposible y el ideal ". Sin embargo, las ideas pacifistas están en el aire y es siempre en el momento del Congreso de la paz de París dónde parece la resolución desarraigar los prejuicios políticos y los odios hereditarios por una mejor educación de la juventud que se funda sobre métodos prácticos. (Extraído del texto añadido a continuación sobre La utopía y la Paz por Verdiana Grossi. Para el Centro internacional de formación para la enseñanza de los derechos de hombre y de la paz: CIFEDHOP, en Suiza).

" Las naciones como los individuos son susceptibles educativos " Federico Passy (1r laureado con Henry Dunant du Prix Nobel de la paz, 1901). La suerte de Francia, de Europa y del mundo (posiblemente del planeta mismo) depende de la conciencia efectiva por los Hombres de lo que sigue. Es pues también la suerte de nuestros propios niños y chicos, las suyas, las mías, que está en juego. También es esto, más egoistamente, además de mi convicción profunda de ver allí claro, me empuja a rizar el ridículo, o a ser catalogado por iluminado y por loco, enviándole y difundiendo esta carta. Pero no sería la primera vez para que un "loc o" al principio, hubiera tenido razón para la llegada … mientras que ya era demasiado tarde y para que hayan quedado sólo unas lágrimas para llorar .

Más allá de este aspecto personal, usted es el fiador de la vida de TODO el pueblo francés, por elección personal de proponérnoslo, y porque la mayoría lo concretó así. FRANCIA PELIGRA … Usted debe salvarla, es su obligación. Si usted no actúa, nuestro país lentamente va a fluir, pero seguramente durante décadas próximas con resto del mundo y no es la gestión de la crisis por la política actual que va a salvarla. Aunque su política parece más bien adecuada (en parte, porque falta el social) adaptada al concepto de sociedad que existe en nuestros días. Pero este modelo loco de sociedad materialista universalizada a exceso, sin tener en cuenta la finalidad humana, basada en la conservación egoísta y suicida del poder por el provecho por algunos unos minoritarios, nos llevará inexorablemente, está seguro, entre algunas décadas y un siglo como máximo, a la desaparición total de la humanidad.

En el pasado las grandes Culturas antiguas hiper desarrolladas, Egipto o Roma, las Mayas y otras sociedades mesoamericanas, los Árabes, chinos y muchos otros todavía desaparecieron bajo el peso de su orgullo, de su abandono, de su incompetencia y\o de su acción " naturofagia ". Pero eran capaces totalmente aceptable para el planeta y no poseían el décimo de nuestro desarrollo industrial actual. Podían apagarse sin otras secuelas para la Tierra. No es nuestro caso hoy. Nosotros no podemos, es imperativo, continuar todos mirando sin actuar la decadencia de nuestra civilización, con DE ALLÍ MÁS la extensión de su modelo los pueblos del mundo que va en el mismo traqueteo a vencimiento más o menos breve … Los acuerdos sobre las acciones ecológicas que hay que realizar para explotar las materias primas y eliminar nuestros residuos no son suficientes. Por ahora son fundamentales, pero debemos ir mucho más lejos en el futuro muy próximo y practicar tan desde ahora la ecología social y mental, lo que es totalmente omitido por planos de reactivación. El atractivo financiero, el brillo de los provechos obligatorios nos encierran en una " prisión social " a masoquista e incomprobable ponen en peligro la Humanidad. Es hasta muy posible que el planeta mismo no resiste a nuestro modo de vida contemporáneo si él continuo a ser universalizado.

Voluntario para y con Nosotros sobre el camino largo de la creación de un nuevo mundo occidental por el rodeo de la construcción europea, por otro lado todavía algunas veces "muy "chaveta" y arcaico, usted mismo no puede ocultarse de proponerles a TODOS su colegas del mundo el estudio más que urgente de una curva social total. Sacando provecho de la crisis actual del sistema capitalista, usted tiene la responsabilidad de hacer estudiar desde ahora la creación de un nuevo sistema mundial de sociedad humana, cuya finalidad no será más la generar diferencias entre los seres humanos, con el fin de que responsables solamente ciertos todos, poderosos pero enfermos, puedan gozar sólo beneficios materiales, fruto del trabajo, Lo que, si continúan así, es muy pronto por otro lado la razón de su propia destrucción, ya que van a fluir con buque Se Esconde, ya que barrenan después tanto tiempo.

Con todo modo, si quieren sobrevivir, no tienen la elección, porque a pesar de las leyes creadas para protegerlos, a pesar de las policías, a pesar de los ejércitos a su servicio, un día próximo (probablemente en el curso de este mismo siglo), sus serán pedidas agresivamente unas cuentas. Esto por los hombres "simples" y explotados y mercaderías rechazadas desde milenarios pero vueltos por fin conscientes. Los marineros del buque Escóndete van a amotinarse delante de los capitanes locos de atar, para salvar sus vidas y sus progenituras también y los ejércitos cada vez más "todavía más" inteligentes, corren peligro entonces de seguirlos. (¡ Como el Madagascar de momento! ¡! ¡!).

Con la evolución de la educación, gracias a los sistemas informáticos florecientes sobre el planeta, los pueblos van a madurarse (tres o cuatro décadas máximo) y todos juntos tarde o temprano, gracias a su conciencia nueva, llevar a cabo muy rápidamente la revolución más grande de la historia de la humanidad. Será una revolución planetaria, que, a la imagen de nuestra revolución francesa, o de las grandes países del mundo, destruirá por la fuerza el sistema que oprime la mayoría de la humanidad. " Condenará a la desaparición " los responsables que deberán rendir cuentas a los Pueblos. (Los tribunales Internacionales son ya creados. Esto será sólo para "más "afortunados") Porque los Hombres, créalo, serán entonces con ellos de una crueldad y de un "salvajismo" ilimitado y todos estos antiguos verdugos de la humanidad, no tendrán la "posibilidad" de acceder a los tribunales. El dolor es demasiado grande, por todas partes el dolor se volvió demasiado insoportable por su (culpa) … Si deben connaitre el infierno, esto será para estos "negreros", este Día allí. (¡ Vea por ejemplo cómo "fue expedida" en su tiempo, la sentencia de Ceausescu! ¡! ¡!). Este levantamiento no sería el primero de la Historia, sino universalizando la economía, también universalizaron la Revolución próxima … ¡ Mayo de 1968 era de allí sólo un ensayo minimalista con la sola TV en negro y blanco y la radio como las paradas internacionales entonces con Internet! ¡!!.

¿ Y más próximo de nosotros, pide a su nivel en Renaud MUSELIER, Delegado RPR de Bouches-du-Rhône, venido solamente para sostener a los manifestantes, y, sin embargo pasado a tabaco, sin defensa, justa por su estatuto de responsable político, en cuál actitud sintió a los 3 o 4 sindicalistas de Marsella que enviado al hospital en el momento del bloqueo del Puerto en 1993? ¡ Entonces con 5 o 6 mil millones enfurecidos! ¡!!

Esta gran revolución cultural mundial acaba por otra parte a mi juicio intelectualmente de comenzar, con la elección democrática del Presidente Obama, y, para nosotros en Francia, con la situación de Ultramar y las demostraciones continuas de calle. Vea por ejemplo cómo el pueblo chino apoyado por los militantes de nuestras capitales paso de la llama olímpica, o ver artículo junta en consecuencia de este correo, etc.) ya comienza él también, a pesar de la represión inmensa, a defenderse. No se preocupan de sanciones. Crean sólo rencores más profundos y héroes, consagrándose cada día más motivos y coraje a los padres innumerables de todos los países del mundo. Éstos cansados de sufrir los ultrajes de los pudientes-esclavistas de los tiempos modernos, van a rebelarse, no se fíe de eso. Por instinto de conservación, tales leones cuya progenitura peligraría, estos genitores enfurecidos y cansados de tanta injusticia, "devorarán" sin ningunas vacilación los "agresores" potenciales. ¡ La adrenalina difumina el miedo, y el número vencerá! ¡!! ! ¡! ¡! (M OBAMA es un modelo para los pueblos oprimidos. Es la prueba que tienen accesos mismos a la Dirección de sus destinado si se educan y se reúnen. Es su oxígeno, y esto es independiente de su voluntad. Representa al Hombre y no podemos allí nada. Con una imagen de protector, de un responsable tranquilo, y de una fuerza imperativa de persuasión, no dejando a un lado tampoco el hecho que posee tan necesario las armas de la disuasión, simboliza " como jefe de su Nación ", la acción más bien paternalista pero moderna y respetuosa en la acción sin violencia, por el momento en todo caso … A pesar de todos sus poderes, privilegia el diálogo, pues la inteligencia de los Hombres para orientar y NO.

Ordenar … RESPETA A LOS HOMBRES … No está seguro para que sin el Presidente Obama elegido, Guadalupe se haya rebelado tan temprano. Aunque el fuego Ultramar se incubaba desde hace tiempo. Sentí esto en el momento de una estancia de un mes en la Reunión el noviembre pasado, justo después de su elección.) si hago comparaciones entre el funcionamiento de nuestra sociedad humana y la de los mamíferos, (Leones u otros puede importa), es que efectivamente, nosotros los Hombres, Nos quedamos todavía también en su mayoría de mamíferos groseros pero en más: depredadores. Sin embargo al haber sido escogida nuestra especie, por voluntad del Universo, o por casualidad, que sabe, para desarrollar sobre este planeta una superioridad cerebral con relación a otros animales, no se crea que en la actualidad, donde el conocimiento sobre nuestro estado de hombres jamás sobrepasó todos los límites del entendimiento imaginado por nuestros antepasados, sería el tiempo de servirse de eso para "agradecer" la Creación.. Podríamos entonces con la voluntad, concebir por fin este mundo y lleno mejor y justo de ser bien que gracias al desarrollo de las tecnologías a nuestro alcance, puede permitirnos hoy comenzar por fin a instaurar para todo el planeta una sociedad igualitaria, basada en una finalidad equilibrada: ¿ cuerpo / espíritu? … Comenzando por reformarnos yo mismo y Europa, como modelo para el mundo …

Una vida interior rica, que nos impregnaría a todos, sería el reflejo aquí bajo de lo que nos espera si el paraíso verdaderamente existe. La inteligencia arrastra la creación, suprime la agresividad porque elimina los instintos que son controlados entonces por el uso de la experiencia intelectual por medio de la educación y la experiencia al diario . Este hecho simple, nos transforma en Seres superiores con relación a otras especies. . La creatividad, por el rodeo de todos los medios puestos en nuestra disposición por nuestro cerebro para " modelar la naturaleza ": inteligencia misma, sensaciones, emociones, es el motor principal de la felicidad de vivir terrestre. ¿ No decimos por ejemplo que " el Arte es el lenguaje del alma " y que " El Hombre consciente es el guión entre la Esencia y el creado para formar al Hombre Entero " y qué de más mucho para el Hombre que el sentido de las emociones y los sentimientos? De donde, entre otras cosas, las creaciones artísticas y culturales que tienen esta finalidad …

Para este sujeto, debemos disociar la obra, creada por el hombre, por el valor material que el mercado le da, y que no quiere decir nada. Esto con el fin de que ellos todos pudieran sentir delante de la obra creada este momento de espacio el tiempo, el fin de que el humano genitor de éste, por su estado temporal de gracia, supo imprimir en la materia. La comprensión, la comunión con este lenguaje de las almas todos juntos, es la llave de la felicidad de la humanidad, No debe ser reservada que a las élites que lo hacen mal uso, pero consagrada a ellos todos, por todas partes sobre el globo. Las sociedades tribales lo saben bien con sus utensilios y estatuario sabiamente esculpidos, en un fin no artístico, y solamente estético para, por el diálogo de los Hombres las fuerzas vitales, agradecer y honrar " La Vida ". Para nosotros, es sólo por la educación profunda que llegaremos allá. Esto que no arrastra una demanda hiper materialista de la sociedad, pero al contrario una finalidad de bienestar interior, disminuye nuestros consumos y nuestras desestimaciones hasta normas vueltas por fin inteligentes y racionales, aunque aunque ampliamente suficientes.

« Esto debe ser la sola finalidad efectiva de una nueva sociedad humana mundial ».

¡ UTOPÍA! ¡ IMPOSIBLE! ¡ ES UN LOCO! ¡! ¡! ¡ Pierdo mi tiempo! ¡! ¡! Es lo que usted se dice seguramente. Sin embargo, por favor, Señor Presidente, vaya hasta el fin de esta carta porque sé que tengo razón …

No hay alternativa a lo que le describo si no cambiamos de rumbo. En 59 años, lo sé desde la edad de 13 años. Yo mismo organicé mi vida para verificarlo. Podremos confirmarlo mirándola de cerca... ¡ Y como me habría gustado tener la culpa! ¡! ¡! Ellos todos es confirmado en el momento de mis periplos de parte el mundo y las sociedades humanas como ya lo discernía a esta edad …Por supuesto, como en ciencia ficción, de la que no soy adepto y en la que no me inspiro, crea yo, (sólo el amor de los Hombres y de mis niños orgullosamente en la modernidad del futuro coche totalmente mestizados, salvo uno, me empuja, y mi vida activa es el testigo), hay que aceptar que para llegar a una sociedad de vida inteligente, nuestro cuerpo, máquina admirable, debe estar en condición perfecta de funcionar. De donde la obligación de continuar nuestro desarrollo científico e industrial, con el fin de aportarle toda la comodidad necesaria para la utilización de las fuerzas que contiene. En un fin sólo nuevo: dar al cerebro toda su capacidad funcional. El acto industrial que se vuelve medio y no una finalidad como hoy. ¡ El acto mercante que desaparece de la cara del planeta! ¡! ¡! La sociedad nueva de 2100 debe estar basada en normas de conducta responsables y responsabilisatrices ", al servicio de ellos todos y cada uno. (¿? ¿? ¿? ¡ Sí sé es inimaginable! ¡! ¡!).

Pero el más increíble y todavía más utópico con relación al obsequio, y sin embargo todavía más indispensable para mañana, condición " sine qua no " (sin el que no) a la resolución de los dolores de la humanidad ES que los Hombres no deben más continuar viviendo en función solamente de el que refiere material: LAS MONEDAS. No pueden más aceptar ser aforados y autorizados a vivir solamente con arreglo al volumen de metal, o de papeles o de cifras, "a poseso", en forma de monedas trabucantes o en forma de cuentas y tarjetas bancarias a los fondos virtuales e informatizados. Esto "fue decretado" arbitrariamente como " el marco social y económico " por los " aprovechados idiotas de la antigüedad ", costumbre que siempre es admisible, pero que eres seguramente la tontería más grande y el error más grande de toda la historia de los Hombres. Cómo podemos aceptar más tiempo un sistema arcaico, basado en una manera diabólica de control por algunos hombres de su poder sobre las masas proletarias, él ya milenarios, en el seno del cual, todavía hoy, el hecho de Tener o No Tener nos autoriza o no a gozar o no de la vida. … Modernizado a exceso en nuestros tiempos "supuestos" modernos por el sistema becado , esto nos hace vivir, en este año 2009, no nos adiestremos más, la CRISIS MÁS GRANDE FINANCIERA Y SOCIAL DE CADA TIEMPO … Primera consecuencia concreta, para tapar la huida en el barco social que vacía(fluye,hunde), decidimos hoy, el 12 de marzo de 2009, eliminar el aspecto., ¡ Financiero de la razón de expulsión inmediata de aquellos qué no pueden más pagar su alquiler, jusqu ' a aquel sólo les encontremos un alojamiento! ¡! ¡! ¡ Por fin! ¡! ¡! … Es un principio con todo lo pequeño de lo que preconizo. Llegamos de allí, no es demasiado temprano, y como solución urgente, a comenzar a "decidir" la VIDA sobre criterios prioritariamente humanos, suprimiendo el elemento financiero que ayer todavía era la causa principal de las expulsiones... ¡ Aquel qué me da la razón en mi análisis y la necesidad de desarrollar un mundo sin finanzas! ¡!!., … A nivel nacional por ejemplo: " no poder enterrar líneas eléctricas alta tensión ", como lo entendí en el momento de la última tempestad: " ¡ imposible! ¡ Coste 1200 mil millones de dólares " y dejar centenas de uno millar de personas sin energía durante varias semanas con ensayo a la catástrofe próxima, engendrando de nuevo pérdidas de energía humana y de los materiales que hay que reemplazar, mientras que 6 millones de trabajadores potenciales están en paro indemnizado, sintiéndose inútiles socialmente y qué (con alegría y pasión, no se fíe de eso) podrían ocuparse de eso como voluntario con buen fin de la Nación! ¡! ¡! Bastaría con lanzar inteligentemente uno deshizo a ciudadano (no lo hicimos en el momento de las movilizaciones, ¿ Guerreras?) para ver cuánto responderían presentes, sobre todo entre los jóvenes y los 45/60 años actualmente más dejados de cuenta. ¡ Las mujeres, las protectoras por esencia de sus niños y de la Nación, pero también la productora de energías intelectuales y físicas extraordinarias estarían allí en primeras líneas, tanto que la acción solicitada no es para generarles provechos a los especuladores, sino al solo beneficio de la Patria! ¡! ¡! (Ver a Mariana, dirigente de nuestra Revolución, bandera nacional en la mano, tomando todos los riesgos sobre las barricadas, y figura simbólica sagrada de nuestra República). militares por ejemplo encuadrar profesionalmente tales trabajos para la riqueza y el desarrollo más rápido y definitivo de las infraestructuras nacionales? ¡ Lo hacemos bien para llevar socorro en el mundo en el momento de los desastres naturales o humanos! ¡! ¡! El concepto de monedas no es indispensable para nuestra organización social. Hasta es el resultante de todos nuestros dolores , LA CAUSA, quedándose en cuanto a ella, algunos hombres imbuidos de poder quiénes crearon este principio y los que todavía hoy no tuvieron la voluntad humanitaria y\o política de desembarazarse de eso. Lo que es peor todavía cuant ellos continúan sacando provecho de eso en nosotros vampirisar hasta la sangre.

« Estamos en el siglo XXI que diablo … Cual delira. »

( AMONEDA = Materia: nombre común sinónimo del muy francés y el "cambronesque" "Mierda", filosóficamente la materia es sólo excremento del universo como nuestras "materias" son el excremento de nuestro Universo creado personal, nuestro cuerpo humano, construir a nuestra escala a la imagen del cosmos. Son un medio ineludible e indispensable para nuestra supervivencia física pero en ningún caso un fin. ¿ Entonces cuándo pararemos, - nos los seas diciendo a vivientes a la educación irreprochable, de "ser dirigidas" por la materia? ¿ Cuándo dejaremos de tomar como finalidad de nuestras sociedades la vida material que no debería ser sólo un medio y no un fin? ¡ Como si la finalidad de nuestra acción diaria individual debía ser fabricar y recuperar nuestros excrementos para gozar de eso abundantemente habiendo totalmente olvidado nuestros sentimientos y nuestras emociones! ¡! ¡! ¿ En el mismo esquema, cuándo dejaremos de aspirar sólo al provecho, de gozar goulument de " el excremento de la Vida " tal carne de cerdo quién nos revuelca allí sensualmente? ¿? ¿? ¿ Acaso el mundo no se habría hecho solamente una ganadería vasta y porcina?

Sin embargo que la luz es bella y sana. ¿ Por qué no regresar allí? ¿ Por qué quedarse siempre en la oscuridad? Por qué no volver hacia el Origen: ¿ al Jardín De Edén?.

Para vivir, debemos aportar, por cierto, nuestra contribución material y\o intelectual a la sociedad para mantener nuestro cuerpo en estado excelente de funcionamiento ya que es el guión inalienable entre la vida y la conciencia. Pero la organización de esta actividad debe establecerse con arreglo a elecciones realizadas sobre criterios diferentes que costes y provechos ". Hay que utilizar el potencial intelectual individual, creativo y\o manual, al servicio de ellos todos, y, que la sociedad nos da en cambio los medios materiales de desarrollar nuestras capacidades, corporales y mentales. Esto ya existe, y todavía más en nuestra casa, en Francia. Así como por ejemplo, ciertos sistemas sociales de base que hay que desarrollar para hacérselo una norma a un nivel muy superior al actual, contra los servicios devueltos a la Nación y a la Comunidad. Lo mismo que nuestro sistema de salud que nos permite en lo absoluto tener accesos para ellos todos a los tratamientos médicos, sin gasto personal. La nueva sociedad debe estar basada en el acceso a la mejor Vida para ellos todos contra el hecho de colaborar con Ella inteligentemente, creando la pasión y el sentido de nuestra utilidad en el seno de cada ciudadano, de modo organizado y estructurado. Esto sin nociones de posesión, de poder, de moneda, que son completamente extraña en la gente del Humano verdadero., . Esto existe para las curas médicas, instauremoslo poco a poco para comenzar desde ahora para rebanadas anchas de nuestra vida diaria. Los impuestos que fueron reemplazados por las obligaciones de ser activo de una manera o de otra en el seno de la Nación. Ningún hombre apasionado se quedará sin hacer nada si la finalidad es justa. La actividad es tan generadora de emociones y de sentimientos, pues de VIDA. La pereza es sólo la herencia de los que se aburren. Terminadas las 35 horas, acabada la explotación del Hombre por el hombre. La vida diaria será la Vida simplemente … A cada uno de acabar su tarea según sus propios criterios inteligentes y reflejados, como esto ya pasa en muchas estructuras hoy que laborent a tiempo variable según una almena normativa escogida. El fin que es devolver el resultado contado en el tiempo dado y previsto por los coordinadores de cada tarea.

¡ HAY QUE eliminar LAS MONEDAS DE NUESTRO PLANETA! ¡! ¡! Y crear un interconectabilidad entre todos los miembros de la sociedad, independientemente de la edad, que es una riqueza y no un freno, como en la actualidad, por razones de agilidad física o rapidez mental: juventud = vigor - Madurez = saber, son complementarias.

Señor Presidente, " verdaderamente perdimos de vista el paraíso ". Ya es hora de regresar tratando allí desde ahora de plantar las bases de un nuevo sistema humano que podría generar de nuevo la esperanza de un futuro VUELTA A SER posible …

Esta sociedad nueva del futuro (muy PRÓXIMA o morir), debe ser también construida tampoco sobre la disimulación del Conocimiento, (no le enfade por favor) como es el caso actualmente, ya que hoy la finalidad de la inmensa mayoría de los sistemas de enseñanza es sólo formar a productores y consumidores. Productores, consumidores, y humanos no humanos, son la base de nuestro sistema de supervivencia. Usted deja al Hombre en " la Ignorancia " con el fin de que no tome el sitio(plaza) de los privilegiados del poder. UN "buen" ciudadano, cuando es bien integrado, es a menudo más o menos sólo un hombre formateado en el molde del bono querer los poderosos … Hoy el Hombre en general es +plus esclavo que los esclavos del siglo XVII que ellos por lo menos eran conscientes de su estado y podían pues tratar de evadirse de eso. Lo que no es el caso de la mayoría de las poblaciones actuales, urgidas como los limones, tontas como los carneros y lo que corre actualmente agrupadas en rebaño inconsciente hacia el abismo de su desaparición … ¡ Miseria cultural por todas partes! ¡! ¡! (Porque "intelectual", "diploma", no es forzamiento sinónimo de Conciencia y Conocimiento) (pero por instinto sin embargo, la mayoría de entra, ninguna pérdida de la impresión de una falta que será el disparador en el momento crucial del despertar). Realización, realización! ¡! ¡! ¡ CUBA más 5, dobla maestría, una en sociología y una en gestión comercial, para 1220 dólares neto al mes de salario para una técnica del POLO con todo lo nuevo EMPLEO! ¡! ¡! (Francia-Inter, " El tiempo de Bolsa ") y sufrimiento porque frustración de no poder ser eficaz … " Les mentimos " … " Nos sentimos malos ". Es la norma se precavía … ¡ Es querido, es infame! ¡! ¡! ¡ Esto es la descripción del diario de la sociedad mayoritariamente integrada en el sistema, la que no es excluida, la otra parte, que no tiene " SÓLO materialmente " no necesidad de mi plano a continuación, la otra Francia, que usted defiende a base de mil millones a los bancos y a las industrias como si un "esparadrapo" pudiera cortar las vías de agua del paquebote! ¡!!

Los Pueblos guardarán rencor de allí a los que participan en este genocidio del Saber planetario en nombre del provecho y en nombre de la "materia" …¡ Productores, consumidores!

La paradoja es que el sistema de producción / consumo se sofoca cuanto fabricamos sólo medio - productores-consumidores, ya que una gran parte de los Hombres productores es reemplazada por máquinas. Entonces, no son las máquinas que consumen más pero bien los Hombres para los que los productos han sido inventados. Pero la utilización de las máquinas impide que todos los Hombres tuvieran un empleo o una actividad bastante rétruibuidora ", pues rentas suficientes para consumir bien . Hay pues cada vez menos consumidores potenciales, (los jubilados "ricos" no serán eternos para sostener el consumo) y este sistema es consagrado al fracaso (alargamiento de la vida, el aumento de la población, la devaluación del asalariado a partir de 40 años mientras que se va a vivir más de cien años por término medio, lucha por los costes menores, las deslocalizaciones, los criterios inhumanos, la falta de servicios y de contactos entre los Hombres. Es la locura completa).

Hay que parar este mundo bárbaro que crea el sufrimiento, porque basado en la conquista de territorios reales y\o sociales, tales los mamíferos varoniles dominantes que deben luchar así por la supervivencia de su especie por la selección de más mucho. ¡ Animales! ¡ Mamíferos! ¿ Estados de los cuales deberíamos a pesar de todo pensar hoy alejarnos, nosotros los Humanos, con el fin de asumir por fin nuestro papel … " posiblemente? " … de especie superior. ¿ Pero seremos un día superior, verdaderamente? Todavía somos en la prehistoria … ¡ Despertemosnos! ¡! Para eso, sacando provecho de la crisis grave y humana, y NO SÓLO siendo financiero como podríamos (o usted puede creerlo), y que agobia la mayoría de los hombres, hay que comenzar juntos a reflexionar sobre medios de transición. En seguida, con urgencia, HAY QUE COMENZAR a imaginar cómo crear mañana esta nueva organización social a finalidad solamente humanista, en sustitución de la materialista actual que se hizo el cáncer del planeta.

SI ya es hora de dejar esta Prehistoria, de estudiar y de escuchar a los filósofos, los poetas y los sabios, los Hombres, los Humanos verdaderos, nuestros Padres espirituales, sabiendo que con todo modo para calmarlos y reunirlos a esta causa, hay que invitar a la gente rica de hoy y ofrecerles la posibilidad no sólo de conservar su comodidad actual, sino que además de aumentarlo por la felicidad interior de participar en la evolución de la gente universal y en el salvamento del Planeta... Es el solo modo para ellos de "salvaguardarse" y de integrarse sin sufrimiento en el nuevo mundo de los Humanos y de no transformarnos, - nosotros, el Pueblo, todavía una fe, en asesinos. No queremos la sangre. Y no está demasiado tarde sino no niegue la mano tensa … (Algunas fortunas gruesas, aunque minoritarios, ya comenzaron a reunir la razón de La Vida, ver los artículos scanneados juntos) … (Por otra parte para este sujeto y en el mismo esquema(plan), todavía él, M OBAMA parecería. Por favor, comprometer el diálogo a los Talibanes no integristas y hasta Irán sobre el nuclear! ¿ No aquí el mismo concepto de concertación y de unión inteligente universalizada que predico por esta exposición? ¿ Dónde está pues la utopía que usted podría ver en mis reflexiones?

En efecto que de más increíble que participar a eliminar por la cultura, por el entendimiento, por la enseñanza de los Conocimientos Verdaderos, este estado de fieras que todavía anima hoy en el siglo XXI, y es increíble, algunos hombres al poder, la causa de esta carnicería social. Estos hombres quedados por ignorancia "todavía "arcaicos" no saben la felicidad que pierden no siendo humanos. Cómo podemos despreciar a las poblaciones con tanto desdén. ¿ Cómo todavía podemos generar en nuestros días directamente o indirectamente tantos sufrimientos físicos y psicológicos y hasta de matanzas de hombres, de mujeres y de niños?

Cómo podemos dejar morir físicamente e intelectualmente de continentes completos, porque la sola razón para ser del mundo moderno sería la posesión de bienes materiales y de poderes? Y no nos velemos la cara: " vi en mi vida de parte los continentes muchos hombres morir de hambre, pero tan cuánto(por muy cuánto), inconscientes, alrededor de nosotros hoy, "morir" ¿ de " demasiado comer "? ¿? ¿? (Materialismo a exceso y\o obesidad verdadera desde la infancia ahora)

Nos damos cuenta, en el momento de estancias en el mismo lugar o reportajes, que todavía algunas veces, ciertas poblaciones autóctonas protegidas de nuestros conceptos diabólicos quedaron hoy "mucho más "serenas" que nuestras civilizaciones al occidental modernos? ¿ Acaso les hacen falta sistemas bancarios y monetarios, intelectuales, para encontrar en la vida la misma esencia de la felicidad? Pida sus. A menudo se ríen de vernos tales marionetas desarticuladas, debatirnos en medio de nuestras conciencias manchadas para tratar de encontrar un sentido en la vida, Ellos conservaron con encantamiento y humildad desde generaciones, la herencia de la sabiduría de sus antepasados a los que veneran, lo que se reconoce ahora en nuestro mundo moderno hasta en los museos más grandes y Los centros de Cultura del mundo entero. Y si las teclas, como la serpiente que ofrece la manzana: ¡ mueren! ¡! ¡! ¿ No sería un signo de alarma enviado por la Vida para nosotros todos?

En el museo del Muelle Branly en París depositario verdadero de la sabiduría humana hay que estudiar el gesto simple y diario y su razón para ser, por ejemplo para encontrar allí la enseñanza, la filosofía, la conciencia de la vida pura, no manchada, como en el momento de la exposición en 2007 sobre " los objetos reparados " para la cual la restauración es una elección consciente en lugar de la sustitución, una marca de saber, de respeto hacia la trayectoria existencial del objeto "cargado" de la vida de todos sus usuarios pasados, un acto verdadero y iniciático o bien también, entre muchos de otros, las pinturas simbólicas sobre corteza de los Aborígenes de Australia etc.). Cual porcentaje de nuestra sociedad francesa tuvo. ¿ Acceso a estas primicias del Conocimiento? (¿ Y aunque las frecuentaciones de los museos ahora son superiores un poco gracias al turismo internacional y gracias a la gratuidad, poco aumento del número real de visitadores conciudadanos, en el momento de las visitas, donde están las verdaderas explicaciones profundas las cuales llegarian a crear la Comunión de los visitadores "comunes" con los Hombres que realizaron las obras?) … ¡ Pero en cambio los animamos a cada paso de la vida diaria a comprar súperes héroes, juguetes lastimosos de plástico, fabricados sobre cadenas por los niños-esclavos de las sociedades totalitarias! ¡!! ( ¿ Según los medios de comunicación, las cadenas TV comerciales no se atan tú no por programas demasiado superficiales a " preparar los cerebros para introducir allí los mensajes publicitarios de sus anunciadores durante los cortes publicitarios? ¿? ¿? ") ¿ y cuál es esta actitud de nuestros conciudadanos diga instruidos por nuestra escuela republicana que se dejan tan voluptuosamente burlarse " revolcados como romanos " en el ambiente caliente de sus salones " polyestérisados "?

A su descarga, y es para cambiar esto que me arriesgo hoy difundiendo este texto, los consumidores son a menudo inconscientes de eso … Les digo "no se ofenda conmigo". El Amor de los Hombres y de la Vida son mis solos motores … Qué procuren comprenderme antes de lapidarme, y qué se reagrupan para establecer la Verdad … No nos dejemos más "masturbar" por la elocuencia de los "poderosos". No son nuestros amigos y no nos consideran, como lo sugería con irrisión más que brillante pero "irreverente" Lucas Ferry en su tiempo a Jacques Chirac. De regreso de una visita a una de las alianzas altermondialistas, Lucas Ferry, enviado por el Presidente en " visita de evaluación " de este movimiento ciudadano le dio cuenta de su impresión por estas palabras: " son sólo una banda de "terneros" poco peligrosos ". (Confidencias hechas con humor (negro) en el momento de su exposición desarrollada en el momento de la tarde de los debates del Roble de Micaela Alliot-María, más de 300 personas presentes cocea de La Universidad en París el último 14 de enero a las 18 horas, entre las que están el Primero y otros Ministros y un puñado de periodistas que jamás susurraron palabra). ( Y de recordarle a M Lucas Ferry que son los "TERNEROS" quienes construyeron de sus manos, al sudor de su cuerpo dolorido, Versalles, el Elíseo, París, Venecia, Kheops, el Taj Mahal y todo lo que le gusta de escultural en el mundo … Nos preguntamos cual filosofía es la que practica, con su palabrería perfecta y su talento de gran niño burgués demasiado mimado … ¡ Y sin embargo que usted es brillante Mr Ferry! ¡! ¡! Es para esto que hay que perdonarle esta desviación, dejarle el beneficio de circunstancias atenuantes debidas la "embriaguez" del poder y de la retórica) … Pero sin embargo, cuando se va-t ' restablecer la entrega en honor de los trabajadores y en honor del trabajo manual en nuestras sociedades.

Evidentemente, hoy como siempre, el estado de conciencia de los últimos Hombres es viable sólo cuando se deja a los pueblos la posibilidad de desarrollar su sociedad local. Porque cuando un dirigente, a menudo dictador, generalmente nacido de su propio estado, tan esclavista como los esclavistas del siglo XVII, convence un ejército de sostenerlo contra algunos poderes o puñados de diamantes, y con la complicidad de la comunidad internacional, evidentemente la vida apacible, generosa, creadora y apasionante con conciencia interior no es posible más. De donde la miseria de los pueblos y de los continentes que se dejaron dominar por creencias " condicionantes " criminales y arcaicas o por la fuerza de las armas modernas a menudo por otro lado occidentales …

Pero los Hombres se despiertan y la democracia se desarrolla así en todas partes con su dosis educativa y pues de saber luego de conciencia. China, la India, son dos grandes ejemplos. Pero si el saber tecnológico llega, la Conciencia ciudadana del saqueo social y ecológico, todavía no está en la cita. Que va a pasar si no se hace nada y lo qué los deja desarrollarse a este ritmo vertiginoso sobre nuestro modelo pasado, sin prevenirlos, mirándolos realizar los mismos errores que nuestro mundo occidental. Todo en nuestra casa es sólo lentejuelas. ¿ Pero abajo, realmente? ¿ Existe en nuestros modos de vida este paraíso real en el cual creen los flujos de inmigrados que tratan de reunirnos cueste lo que cueste? Sea por otra parte desplazándose en nuestra casa, o imitándonos en su casa lo que es tan grave para su propio futuro …

Está seguro que si el planeta pudo resistir a las indigestiones de materias primas y a los escrementos de nuestro pequeño mundo, de nuestra pequeña sociedad occidental, no resistirá a los mismos excesos multiplicados por 10, 20 o 100 de todos los hombres hechos que los productores y los consumidores. La catástrofe es inminente. Y vista la velocidad de evolución de nuestras tecnologías, posiblemente no veremos hasta el siglo XXII. Si no actuamos en seguida, cambiando de cabo social, este planeta no se salvará la destrucción. Posiblemente que la naturaleza es más fuerte que lo creemos, y sólo sólo la humanidad desaparecerá, pero esto vuelve a lo mismo para nosotros los Hombres. ¿ Y destruiremos al mismo tiempo posiblemente toda la vida animal del Globo y por qué no por muy vegetal tenemos el derecho? ¿ Somos tan maquiávelicos, masoquistas e imbuidos de nuestras certezas supuestas? ¿??.

¿ Pero, Señor Presidente, desde su posición privilegiada, acaso esto verdaderamente le preocupa, allá al sol de Manzanillo o en México, este trozo de mi segunda patria que conozco tan bien (nacionalidad doble turonense - Naturalizado mexicano)? ¿ Pregunte entonces a su esposa y a sus niños si tienen ganas de probar fortuna? ¿? ¿? ¡ Verdaderamente quieren esperar sin cambiar nada, sacando provecho de los mejores productos de consumo de lujo, justo para ver si lo que presiento no llegará! ¡! ¡! Y tienen ganas de hacer tomar esto ¿ Riesgo a sus niños, sus pequeños y atrasas a chicos? ¿? ¿? … (¡ Escalofríos! ¡! ¡!) … ¡ no asistencia a familia, a Patria, a Humanidad en peligro esto sería pesado a llevar esta responsabilidad delante de las Suyas, delante de NOSOTROS y delante de la HISTORIA! ¡!!

¡ No, Señor, niegue esto! ¡! ¡! ¡ Por favor! ¡! ¡! ¡ Las Camarillas le utilizan quédese con Nosotros del buen lado! ¡! ¡! (Haga confianza a los consejos de Carla, otro personaje de nuestra política que humaniza su imagen y la del país. ¡ A pesar de sus orígenes qué habrían podido hacerla volcar, su familia y misma dan el aire de ser del buen lado nos parece! ¡! ¡!)

El instinto de conservación debe Usted, empujarnos a reaccionar en seguida. Hay que abandonar urgentemente los cruceros políticos, las batallas de partidos, la inmadurez de los dirigentes imbuidos de poderes y de orgullo, las guerras de religiones, para aplicarse todos juntos cuanto antes, lo más de prisa posible, a la tarea de construir esta gente humana que la misma Vida pregunta a los Seres quiénes componen nuestra comunidad internacional. Hay que originar por fin al Hombre "Entero", la Verdad, aquella del que hablan también como mí aquí, Mayas Quiché, del que el texto para este sujeto y grabado totalmente en carta en el frontón de una de las puertas interiores derecha del patio del Museo de antropología de México y nacido de uno de ellos dos más bello entregas El POPOL-VUH, literalmente " Libro del Consejo " o " Libro de la Comunidad ": " ¡ ¡Qué aclare! Que lo amanezca el cielo el tierra. No. gloria ni grandeza Hasta que exista la criatura humana, El hombre formado. "

Lo que prueba bien que este fin es universal y no sólo regional y\o occidental y, grabado en la mente por los Hombres, encuentra sus orígenes en los principios de los tiempos. Lo que nos autoriza a ofrecer también estos conceptos a todos los pueblos del mundo, lo que querrán comprenderlo, analizarlo y adoptarlo. Nuestro destino es común. Ninguno puede no fiarse de eso. Más nadie puede evolucionar egoistamente por su parte, sin preocuparse de resultantes de su acción sobre otros pueblos.

MOVILIZACIÓN ENSAYO GENERAL, MOVILIZACIÓN general, francesa, europea luego mundial … Y perfectamente tenemos los medios … Señor Sarkozy, usted nos probó durante su presidencia a la cabeza de Europa que usted sabía convencer. El presidente Obama podría, en su descendencia nueva, comenzar a comprender nuestro punto de vista y aliarse Europa y todo el planeta. Es una mano tendida por la Vida que esta elección histórica … Hay que reunirle a todos los hombres a Poderes y crear estados generales para la salvaguardia inmediata de la humanidad. La ecología sola no es suficiente. Resolver los problemas de las finanzas no es la solución única si usted deja a un lado el problema humano. Hay que comenzar por fin a dibujar las bases de una sociedad futura con el fin de aportarles una vida de bienestar a todos los hombres de este planeta único. ¡ Hay que abandonar aquel qué no funciona más, lo que es sobrepasado y reemplazarlo por otra cosa, con mismo "Talentuosos" que dirigió las industrias y las finanzas para su gran experiencia, por qué no, insuflándoles otro basa de ideas de salida! ¡! ¡! Y en sus coadyuvante sobre todo todos los nuevos talentos que esperan sólo esto de parte todas las naciones … ¡ Ninguna guerra! De la inteligencia, de la concertación, de la acción, del humano por todas partes en la paz poco a poco para evitar así el traqueteo que sin esto no dejará de resultar de eso. Ellos todos vendrán allá con tiempo sin recurre a la fuerza, siguiendo el ejemplo de los pioneros … Parecería que y nuestro sistema solar seamos una excepción en el universo. Es lo que dicen los científicos, alejando por el momento, la posibilidad de existencia de otros seres vivos en el cosmos. Entonces respetemosnos respetando el milagro de esta Creación posiblemente única en el Universo.

Pareceria que ya, ciertos Hombres afortunados lo hubieran comprendido. Actúan creando la conciencia, o implicándose en la conservación de algunos paraísos ecológicos idílicos sobre el planeta. Es el caso por ejemplo, entre otras cosas, de Bill Gates, que gracias a su empresa, la que indirectamente dará por su tecnología, la libertad sin quererlo, a los hombres de esta Tierra, pasa su tiempo ahora con su Fundación aportando del À mejor a una parte de la población desfavorecida por nuestro planeta. Pero verdaderamente tienen razón de ocuparse solamente de minorías. ¿ Es como si se ataquen a taponar algunos hoyos del buque, mientras que la urgencia es la refacción total del casco quién va a soltarse pronto de todas partes? ¡ Sí para estas acciones, pero cambiando más bien grandes maderos estructurales que taponando solamente algunas brechas superficiales! ¡!! Imagino que hay numerosos casos como Bill Gates entre el solos 4 % de la población del planeta y quien está en el poder, quien me dará la razón. Y si los hacemos a esta conciencia del peligro inminente y del bien fundado comprometer juntos, de modo coordinado, más grande obra universal de la historia de la humanidad: la construcción, por todos los Hombres, el mundo de mañana, entonces ellos todos nos reunirán tarde o temprano. (Algunas copias de artículos al azar juntadas sobre este hecho de la Revista GO de febrero de 2009).

En cuanto a mí he tratado de hacer lo que pude para aportarles a lo largo de mi vida www.cledart.com algunas gotas de consuelo intelectual a los que me rodearon. Y continúo … Es así para esto que le escribí muchas veces, para proponerle una acción fácil y poco costosa y voy a desarrollar sus grandes líneas a continuación. Tengo Tenido a cambio que una o dos respuestas formateadas fuera de sujeto, de sus servicios, que respeto, pero que parecen completamente inconscientes de la gravedad del sujeto. Lo que puedo comprender vista la masa de correo que hay que tratar. Supongo que no tienen tiempo de analizar todo... Pues no tengo otra elección que de ponerse en contacto de nuevo de manera diferente, sino esta fe haciendo pública al mismo tiempo a este correo con el fin de no perder más del tiempo, y así, tratar más fuertemente de provocar una respuesta de su parte así como fuerzas vivas de esta Nación y otras los que lo desearán.

No pudiendo reunirle en Rolls Royce rosa a pequeños pesos, con el fin de llamar la atención ver y ser recibido por Usted, me permito enviarle este sobre gigante, que lo espero, y a menor coste para mí, pasará menos inadvertida que un correo simple y habrá llamado la atención para que, si usted está leyendo estas líneas, se hubieran podido enviarle por fin personalmente el contenido original … Por favor, pues encuentre adjunto a continuación, de nuevo, una presentación sucinta del proyecto que le envío desde hace dos años ahora, sin respuesta de su parte, y que integra solamente, esperando mejor, para comenzar su colocación sin retraso, medios financieros actuales ya existentes en gran mayoría en el presupuesto social de la Nación..

Está seguro lo que para probar tendría que sólo hacer visible, y mi previsión, y la idea de base desarrollada aquí, usted hace falta, como hombre de poder, suelta del lastre, respirar a fondo y abrirse a otro concepto de vida que posiblemente usted jamás consideró. Posiblemente usted es, usted también, sin quererlo verdaderamente, el producto de una sociedad superficial, intelectualmente solamente materialista y arribista, que le impide ver la realidad del contenido de la verdadera Luz. (No quiero creer que de allí voluntariamente seas cómplice). Tengo más bien la impresión que usted quiere hacer bien, pero que, falta de otras opciones, falta de otras referencias, usted hace lo mejor posible. ¡ Un hombre duro, porque quiere hacer bien, pero un hombre sin embargo perdido delante del abismo, la monstruosidad de la tarea! ¡! ¡! ¡ Sus sentimientos algunas veces se debordan y su " timidez introvertida " le humaniza también! ¡! ¡! Es lo que siento y es así para esto que me Le dirijo. Bravo para su coraje, independientemente de los errores, usted probó. ¿ Quién realmente puede hacerlo todos los que le "asesinan" por ignorancia e irrisión? ¿ Tiene entre manos todas las armas para conseguir(tener éxito)? ¿ Los financieros, las camarillas, verdaderamente le dejan la elección? En todo caso, por favor, no pierda esta oportunidad de " tomar en marcha el tren de la historia " y de participar en primera línea en la construcción de un verdadero mundo nuevo que falta a toda la humanidad.

Desgraciadamente, en duda que este correo sea desechado por sus funcionarios antes de que pases, al mismo tiempo que tiene Usted tengo de retransmitir esta carta a los medios de comunicación, esperando para que algunos lo hagan pública. Todos mis contactos europeos de la sociedad civil pero también del mundo recibida por los medios electrónicos a mi disposición y el servicio postal clásico. Si la encuentran oportuna no será enterrada hasta antes de comenzada a ser estudiada y podrá entonces resurgir en caso de fin de recibir no de su parte … Habré preferido le dárselo la primicia para esperar su reacciones. Soy afligido pero es tan difícil para un ciudadano de base de hablar francamente y libremente a su Presidente … Es sin embargo a Usted directamente, M Sarkozy, para su posición privilegiada y su modernismo voluntario, que me dirijo hoy para tomar la barra del vaso. Me parece que esta tarea le estaría bien, como estaría bien en nuestro país, viendo su pasado y su historia. La humanidad sería vosotras grado.

Le comunico pues, en anexo que sigue, después de algunos anexos, un resumen de mi proposición de plan de acción realizable por ahora, para toda la Francia, hacia los que sufren en nuestro país, particularmente parados, desempleados asistidos, jubilados, condenados, excluidos de todo género, con el fin de hacerlo desde ahora la nueva riqueza social y humana de nuestro País y resolver en un tiempo más que muy corto, un o dos años, los dolores de nuestra sociedad francesa, como un modelo posible, por nuestro ejemplo, para otros que lo desearán …

Atentamente.

Marc Lesnay de La Fondation Cultural Marc Lesnay A.C.

¿ Poder O VICTORIA?

LA VIDA ES UNA JOYA CREADA

PARA hacer SABERLE AL HOMBRE

EL SABOR DE LA VICTORIA...

EL HOMBRE hizo LA VIDA UNA JOYA FALSA

PARA hacer SABERLE AL HOMBRE

EL SABOR DEL PODER...

¡ VICTORIA!

¡ PODER!

UNO ES "DIVINO" EL OTRO ES HUMANO

¿ QUIÉN QUIERE EL PODER? ¡ EL QUE No Tiene LA VICTORIA!

Pero " LA VIDA " ES VICTORIA POSEE TODO EL PODER.

EL HOMBRE CIEGO NO QUIERE VERLO

QUIERE TODO EL PODER PARA GANAR LA VICTORIA.

EL HOMBRE LUCHA EN CONTRA DEL UNIVERSO,

SE CREE EL DUEÑO DE LA TIERRA,

PERO, NINGÚN PODER,

JAMÁS

ALCANZARÁ

LA VICTORIA...

EL PROYECTO QUE SIGUE ESTA EN FRANCES YA QUE PARA REALIZARLO SE REQUIERE DE UNA ESTRUCTURA SOCIAL COMO LA DE LOS PAISES EUROPEOS QUE DAN A SUS CIUDADANOS SIN INGRSOS UN MIMIMO SOCIAL PARA VIVIR.

Ver la carta original...

- page 1 de 2